Agence Wallonne des Télécommunications, la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 2 août 2014

Contenu dynamique des sites Web communaux

La présence en ligne d'une commune ne prend sa véritable dimension que via un site Web "dynamique". L'analyse des applications et services dynamiques proposés par les sites Web communaux est donc particulièrement pertinente
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 06/12/2007 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Contenu dynamique des sites

Un site dynamique est plus exigeant pour un serveur Web qu'un site statique. Alors que pour un site statique, le serveur se contente d'afficher les pages, pour un site dynamique, il doit effectuer différents traitements et accès à des bases de données. Le passage des pages statiques vers les pages dynamiques requiert un investissement important au niveau financier et en ressources humaines, notamment en ce qui concerne les compétences informatiques. Mais les avantages justifient l'effort consenti:

  • mises à jour plus aisées du contenu, grâce à leur automatisation, en tout ou partie;
  • maintenance du site facilitée;
  • manipulation des informations et recherche facilitées;
  • possibilités infinies de développement pour les applications en ligne: agenda, multilinguisme, moteur de recherche, newsletter, personnalisation, etc. Par exemple: le citoyen pourrait, à sa connexion au site, disposer d'une page d'accueil personnalisée, configurée par lui, en fonction de ses véritables besoins. La commune, quant à elle, peut mieux connaître le profil de ses visiteurs et adapter son offre en ligne en conséquence

En pratique, pour les communes disposant d'un site Web actif, les applications dynamiques suivantes sont notamment offertes aux internautes:

Taux de sites actifs selon les applications dynamiques proposées
Taux de sites actifs selon les applications dynamiques proposées

L'agenda des événements dans la commune est l'élément dynamique le plus souvent présent dans les sites communaux (87% contre 84% en 2004). Mais il n'est pas facile de trouver des agendas "consistants", régulièrement mis à jour.

Un peu moins de 3 sites sur 4 proposent une rubrique "nouveautés". Si cela permet au citoyen de rapidement faire le tour des nouvelles informations, ce n'est pas pour autant qu'il y ait dispense de mettre à jour le contenu des rubriques concernées par ces nouveautés. L'information pertinente doit toujours se trouver à l'endroit attendu logiquement par le citoyen.

L'inscription à une newsletter est proposée par plus d'un quart des communes à leurs citoyens (1 sur 5 en 2004). Mais on ne connaît pas la fréquence d'envoi de la newsletter.

On compte 11 communes qui proposent un service d'information via SMS: Burdinne, Chaudfontaine, Ciney, Esneux, Jodoigne, Mons, Sainte-Ode, Saint-Ghislain, Seraing, Theux et Waterloo.

Quatre communes proposent du contenu audio: Ath, Saint-Vith, Sambreville et Soumagne. Ellezelles, Flémalle, Gerpinnes et Mont-de-l'Enclus accueillent le citoyen en musique sur leur site.

Par contre, 15 communes proposent du contenu vidéo: Ath, Bastogne, Blégny, Châtelet, Fontaine-l'Evêque, Gembloux, Hannut, Honnelles, Jodoigne, Morlanwelz, Saint-Vith, Seneffe, Sprimont, Wanze et Wellin. Jodoigne présente des extraits-vidéo de réunions du conseil communal: les prestations de serment des élus et la présentation du pacte de majorité.

Les 35 communes (13% contre 11% en 2004) qui ont un forum de discussion sont: Aiseau-Presles, Anhée, Aubange, Aubel, Blégny, Brugelette, Cerfontaine, Charleroi, Châtelet, Chaudfontaine, Dalhem, Ferrières, Fontaine-l'Evêque, Frameries, Gerpinnes, Houffalize, Incourt, Jodoigne, Juprelle, Jurbise, La Roche-en-Ardenne, Malmedy, Manage, Manhay, Meix-devant-Virton, Mons, Nassogne, Oupeye, Paliseul, Rochefort, Rouvroy, Sainte-Ode, Saint-Vith, Sambreville et Vielsalm. A noter que:

  • les forums de Cerfontaine et Rouvroy ne fonctionnent pas;
  • Chapelle-lez-Herlaimont indique que son forum est "fermé pour cause de hacking" (!);
  • le forum d'Houffalize est vide;
  • Marche-en-Famenne annonce un forum pour "bientôt";
  • Comblain-au-Pont propose un blog à ses citoyens;
  • le forum de Meix-devant-Virton a été envahi par un message qui dispose de liens commerciaux.

Le forum notamment pose la question, pour les gestionnaires du site, du contrôle de l'information insérée sur le site. L'ouverture à l'interactivité nécessite de se pencher sur la responsabilité de l'éditeur. C'est ainsi que certaines communes se sont organisées de façon à ce que toute information que le citoyen souhaite insérer sur une partie interactive du site (forum, agenda, annuaire...) soit auparavant validée par une personne chargée par la commune de jouer le rôle de modérateur.

Quant à l'existence de fils RSS, permettant aux citoyens de recevoir les dernières informations sur le site:

  • 3% des sites actifs proposent un flux qui est disponible et qui donne les nouveautés: Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dinant, Jodoigne, Marche-en-Famenne, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Sambreville et Wavre;
  • 1% des sites actifs proposent un flux qui est disponible, mais l'aggrégateur l'a refusé au moment de l'analyse du site: Mouscron et Rixensart;
  • les 248 communes restantes n'en proposent donc pas encore.

Enfin, les communes ont été interrogées sur la production de statistiques d'usage de leur site Web. Plus d'un quart des sites produisent des statistiques chaque mois. Cela démontre un certain intérêt de ces communes pour leur média Internet.

Taux de sites disposant de statistiques d'usage détaillées
Taux de sites disposant de statistiques d'usage détaillées

Services aux citoyens via canaux alternatifs au Web

Lors de l'enquête en ligne, les communes ont dit délivrer des services interactifs aux citoyens via les canaux suivants:

  • envoi de messages SMS. 19 communes (soit 7% des sites actifs) disent en proposer: Blégny, Burdinne, Chapelle-lez-Herlaimont, Chastre, Chaudfontaine, Ciney, Estaimpuis, Hannut, Jodoigne, La Roche-en-Ardenne, Les Bons Villers, Lessines, Mons, Quaregnon, Sainte-Ode, Saint-Ghislain, Seraing, Theux et Waterloo. Comme on l'a vu ci-dessus, à l'analyse des sites, seules 11 communes proposant des SMS ont été relevées. On n'a ainsi pas trouvé trace de proposition d'envoi de SMS par Blégny, Chapelle-lez-Herlaimont, Chastre, Estaimpuis, Hannut, La Roche-en-Ardenne, Les Bons Villers, Lessines et Quaregnon. Or, ces communes proposent l'envoi d'une newsletter. Le répondant de l'enquête en ligne de ces communes aurait-il confondu le canal de distribution via e-mail avec celui via SMS?
  • adaptation du site Web pour une consultation via GSM ou agenda électronique PDA. Deux sites seulement disent l'avoir fait: Brugelette et Hotton;
  • mise à disposition d'un centre d'appel et d'assistance téléphonique. 10 communes (soit 4% des sites actifs) disent proposer cette assistance: Andenne, Aubange, Bastogne, Floreffe, Fontaine-l'Evêque, Geer, Jalhay, Marche-en-Famenne, Morlanwelz et Saint-Georges-sur-Meuse.

88% des sites actifs ne proposent donc aucun canal alternatif au Web. Le tableau suivant présente les informations ou services délivrés via ces canaux alternatifs.

Population: communes proposant des informations et/ou services via des canaux alternatifs au Web
Informations et/ou services via des canaux alternatifs au Web Communes
Agenda local, informations culturelles 11
Informations communales, news 6
Informations de sécurité, trafic et perturbations, travaux 6
Informations spéciales, urgentes 6
Disponibilité du document administratif commandé 1
Informations pratiques 1

Environnements de développement Web

Lors de l'enquête en ligne, les communes ont cité les environnements de développement maîtrisés par leur informaticien. On peut regrouper ces informations comme suit.

Sites en fonction des environnements de développement
Environnements et langages maîtrisés Communes % de communes
Microsoft .Net (IIS, ASPX, etc.) 44 17%
LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP) 60 23%
Java (Java, JSP, Jrun, Tomcat, etc.) 35 14%
Oracle 30 12%
Technologies XML (XML, XSLT,...) 40 15,5%
C, C++ 7 3%
Cobol 4 1,5%
Visual Basic 8 3%
Windev 5 2%
Delphi 3 1%
AS400 3 1%
Python 3 1%
Plone 1 0,4%
Genero (4GL) 1 0,4%
RPG 1 0,4%
Aucun 145 56%

Environnement de développement Web en fonction du lieu de développement

Si l'on examine les environnements Web maîtrisés dans les communes en fonction du lieu de développement du site Web communal, les résultats sont les suivants.

Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du lieu de développement du site Web communal
Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du lieu de développement du site web communal

Environnement de développement Web en fonction du mode de gestion

Si l'on examine les environnements Web maîtrisés dans les communes en fonction du mode de gestion technique du site Web communal, les résultats sont les suivants.

Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de gestion technique du site Web communal
Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de gestion technique du site web communal

Si l'on examine les environnements Web maîtrisés dans les communes en fonction du mode gestion des contenus du site Web communal, les résultats sont les suivants.

Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de gestion des contenus du site Web communal
Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de gestion des contenus du site web communal

Si l'on examine les environnements Web maîtrisés dans les communes en fonction du mode de mise à jour du site Web communal, les résultats sont les suivants.

Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de mise à jour des contenus du site Web communal
Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction du mode de mise à jour des contenus du site web communal

Environnement de développement Web en fonction de la taille de la commune

Assez logiquement, il apparaît une nette corrélation entre les environnements maîtrisés dans les communes et la taille des communes.

Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction de la taille des communes
Taux de communes maîtrisant un type d'environnement en fonction de la taille des communes

CMS (Content Management System)

On ne peut que recommander le recours à un logiciel CMS (Content Management System) comme socle de développement du site web. Le CMS est un logiciel de structuration et de gestion de l'information qui permet la simplification de la création et de la gestion d'un site, sans connaissance particulière de la programmation informatique. Sous une interface web et graphique souvent similaire à celle d’un traitement de texte, il permet de publier du contenu (articles, agenda en ligne, inscriptions, etc.) de séparer les opérations de gestion de la forme et du contenu, de structurer le contenu et de gérer les droits d’accès.

CommunesPlone et Agor@cité

On peut saluer le projet CommunesPlone, qui regroupe des communes belges et françaises et est soutenu par l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Ce projet de collaboration entre communes a pour objectif le développement d'applications informatiques par et pour les communes et CPAS en utilisant deux outils libres (Zope et Plone). Les éléments suivants sont à la base du projet:

  • favoriser l'adéquation des outils aux besoins et attentes des utilisateurs et citoyens,
  • favoriser la mise en ligne de sites Internet collaboratifs (gérés au sein des services, par les associations, les commerçants, etc.),
  • promouvoir l'indépendance des communes vis-à-vis des fournisseurs informatiques et développer une plus grande indépendance des informaticiens communaux, 
  • utiliser les technologies les plus récentes, en évitant les frais de licence et en garantissant la publication des sources (licence de type GPL).

Les douze communes wallonnes participant actuellement au projet sont: Andenne, Anderlues, Châtelet, Fléron, Floreffe, Fontaine-l'Evêque, Morlanwelz, La Bruyère, Sambreville, Seneffe, Trooz et Visé. Une des réalisations intéressantes en cours est un modèle de site web communal à partir duquel toute commune pourra rapidement mettre en place par elle-même un nouveau site disposant d'outils performants (CMS, module de téléservices avec authentification du citoyen au moyen de la carte d'identité électronique, flux RSS, co-marquage, etc.).

Dans la foulée, la DGPL (Direction Générale des Pouvoirs Locaux, faisant partie du ministère de la Région Wallonne) propose le projet Agor@cité. Celui-ci consiste à mettre un CMS à disposition des communes et CPAS. Sur ce CMS peuvent être greffés des modules de guichet électronique (eID et signature électronique), cartographie (valorisation du portail cartographique régional: photos aériennes, cartes IGN, atlas des rues, données PICC) et statistique (statistiquess d'accès, nombre hits, etc.) sont développés.

L'objectif est de:

  • proposer aux communes un environnement de type portail pouvant être facilement adapté par chaque commune;
  • profiter de la mutualisation des développements pour mettre à disposition des communes un service spécialisé dans les problématiques des communes;
  • proposer un hébergement du site communal.

Les douze communes wallonnes participant actuellement au projet sont: Ath, Ans, Aubange, Bouillon, Gouvy, Hotton, Juprelle, Liège, Nassogne, Saint-Hubert, Soumagne et Theux. L'outil privilégié pour ce projet serait Jahia, un outil 'java' de gestion de contenu et de portail d'entreprise, basé sur une licence collaborative intégrant des librairies open source existantes.

Portail de la Région wallonne