Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mardi 26 juillet 2016

Equipement TIC

Indicateur fondamental de l'usage des TIC, le niveau d'équipement en ordinateurs dans les écoles wallonnes est trop faible, de manière absolue, mais surtout en comparaison avec avec les principaux pays voisins
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 31/05/2010 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Ordinateurs

L'inventaire des ordinateurs actuellement opérationnels dans les établissements scolaires de l'enseignement primaire, secondaire, spécialisé et de promotion sociale montre que 53.400 ordinateurs à vocation pédagogique étaient utilisables en Région wallonne fin 2009.

Pour 100 étudiants, cela représente un taux de:

  • 8,5 ordinateurs dans l'enseignement de plein exercice;
  • 5,2 ordinateurs dans l'enseignement de promotion sociale.

La situation n'est évidemment pas identique dans les différents niveaux puisque, pour 100 étudiants, on trouve:

  • 10,1 ordinateurs dans l'enseignement secondaire;
  • 6,3 seulement dans l'enseignement primaire;
  • 11,7 dans l'enseignement spécialisé.

Vu sous un autre angle, cela signifie que l'on dispose d'un ordinateur pour 16 élèves dans le primaire et d'un pour 10 dans le secondaire. A titre de comparaison, pour la France, le Ministère de l'éducation nationale a publié des taux atteignant un ordinateur pour:

  • 11,6 élèves à l'école élémentaire (primaire);
  • 8,1 élèves dans les collèges (secondaire inférieur);
  • 5,3 dans les lycées généraux et techniques;
  • 3,7 dans les lycées professionnels.

L'étude "Empirica" menée à l'initiative de l'Union Européenne en 2006 et visant le "Benchmarking Access and Use of ICT in European Schools" donne d'autres points de comparaison avec les 27 pays de l'Union. On y apprend ainsi que la moyenne dans l'Europe des 27 est alors de 11,4 ordinateurs pour 100 élèves:

  • 9,5 dans le primaire;
  • 10,9 dans le secondaire inférieur;
  • 12,7 dans le secondaire supérieur.

Cette moyenne est donc 25% au dessus des 8,5 ordinateurs pour 100 étudiants de notre enseignement de plein exercice.

Dans les pays voisins de la Belgique, seule l'Allemagne se situe aussi en-dessous de cette moyenne avec 8,9 tandis que:

  • la France affiche 12,5 ordinateurs pour 100 élèves;
  • le Luxembourg et le Royaume Uni: 19,8;
  • les Pays-Bas: 21,0.

Les taux les plus avantageux sont détenus par:

  • la Norvège: 24,2;
  • le Danemark: 27,3.

Plus proche de la Wallonie, la toute récente étude "MICTIVO, Monitoring ICT in het Vlaamse Onderwijs", publiée par la Région flamande en mars 2010, annonce des taux d'équipement qui surprennent par leurs niveaux élevés:

  • 34 ordinateurs pour 100 élèves dans le secondaire ordinaire (soit un ordinateur pour 3 élèves);
  • 16 ordinateurs pour 100 élèves dans le primaire ordinaire (soit presque un ordinateur pour 6 élèves).

Il faut cependant noter que cette étude se base sur un échantillon nettement plus restreint et a adopté une méthodologie un peu différente!

Répartition des ordinateurs

Les taux d'ordinateurs pour 100 étudiants, dans les écoles wallonnes, varient un peu selon la localisation des écoles. Ainsi, on peut s'étonner de trouver des taux 15 à 20% plus faibles dans le Brabant wallon et, parallèlement, 20 à 35% plus élevés dans le Luxembourg alors que, pour d'autres indicateurs TIC, le Brabant wallon est souvent bien mieux équipé que les autres provinces. En fait, c'est la taille moyenne des écoles qui justifie en bonne partie cette différence. C'est en effet dans cette province que l'on trouve les écoles les plus peuplées, tant au niveau du primaire que du secondaire, alors que la situation est pratiquement inverse pour le Luxembourg. Le taux proportionnellement plus avantageux pour les petites écoles est d'ailleurs attesté dans les autres pays par les études internationales.

La situation des écoles francophones de la Région bruxelloise est assez similaire à celle connue en Wallonie avec:

  • 5,6 ordinateurs pour 100 élèves dans le primaire;
  • 10,2 dans le secondaire.

La taille moyenne plus importante des écoles primaires bruxelloises joue manifestement en leur défaveur.

Les écoles de la Communauté germanophone affichent par contre un taux d'équipement un peu plus favorable que les autres régions:

  • 8,6 ordinateurs pour 100 élèves dans le primaire;
  • 15,6 dans le secondaire.

L'analyse de ces taux entre les différents réseaux d'équipement montre que, au niveau du primaire, le réseau subventionné communal, qui rassemble plus de 50% des élèves, se situe à peine au-dessus de la moyenne avec 6,4 ordinateurs pour 100 élèves, tandis que le réseau libre confessionnel (40% des élèves) est un peu en deçà avec un taux de 5,9. Les autres réseaux montrent un taux clairement plus favorable que la moyenne, variant de 7,2 pour le réseau de la Communauté française à 16,6 pour le réseau libre non confessionnel.

Ici aussi, la taille des écoles concernées semble être un facteur explicatif important.

Au niveau du secondaire, le réseau libre confessionnel, qui draine près de 60% des élèves, se trouve légèrement au-dessus de la moyenne régionale avec 10,2 ordinateurs pour 100 étudiants, tandis que le réseau de la Communauté française, qui rassemble environ 25% de la population scolaire, se situe un peu en retrait avec un taux de 9,1. Les réseaux subventionnés communal et provincial dépassent un peu la moyenne avec respectivement 10,5 et 10,6.

Globalement, ces chiffres montrent très peu de disparité entre les écoles selon la localisation ou le réseau, dès que l'on intègre dans la réflexion la taille des écoles et, dans le secondaire, la présence plus ou moins grande d'options techniques qui induisent naturellement une utilisation plus importante des ordinateurs.

Cette analyse est confortée lorsqu'on examine le nombre d'ordinateurs par école, ou plus exactement par adresse postale distincte. On voit alors qu'en Région wallonne, on dispose de:

  • 6,6 ordinateurs par école dans le primaire;
  • 10,4 dans l'enseignement spécialisé;
  • 27,7 dans la promotion sociale;
  • et surtout 49,2 ordinateurs par école dans le secondaire.

On note par ailleurs que les écoles en discrimination positive (7% de l'ensemble) sont légèrement plus équipées que les autres dans le primaire avec un taux de 7,8 ordinateurs par école, alors que ce taux est un peu moins élevé dans le secondaire avec 46,8 ordinateurs par école.

Ordinateurs partagés

Afin de mettre davantage d'ordinateurs à disposition de leurs étudiants, environ un dixième des écoles utilisent, à certains moments, des ordinateurs qui appartiennent à un autre établissement, dépendant généralement du même pouvoir organisateur. Cette politique est attestée par:

  • 5% des écoles primaires;
  • 19% des écoles secondaires;
  • 30% des écoles de promotion sociale.

Toutefois, le nombre d'ordinateurs ainsi partagé reste évidemment limité et s'élève à environ 4.750 pour les quatre niveaux d'enseignement considérés, soit un peu moins de 10% du parc total.

Dans l'enseignement primaire, le nombre d'ordinateurs partagés reste extrêmement faible (300 environ) et ceci n'augmente, dans le meilleur des cas, que de 0,13 le nombre d'ordinateurs disponibles pour 100 élèves. Au niveau du secondaire, l'effectif est dix fois supérieur et laisse espérer une amélioration de la disponibilité d'environ 1 ordinateur supplémentaire pour 100 étudiants. Enfin, en promotion sociale, c'est aussi 1 ordinateur qui vient potentiellement s'ajouter aux 5,2 ordinateurs existants.

Âge des ordinateurs

Hormis la réalisation d'un inventaire détaillé de l'ensemble du parc informatique des écoles, il est difficile de répartir les équipements par âge ou de calculer l'âge moyen du parc. Dans l'enquête menée cette année, les chefs d'établissement ont été invités à indiquer "combien d'ordinateurs neufs ont été ajoutés au cours des deux dernières années scolaires ou au début de celle-ci (soit depuis septembre 2007)". Ceci donne une estimation raisonnable des ordinateurs "récents", c'est-à-dire âgés de moins de 30 mois environ.

En moyenne, chaque école primaire dispose d'un (seul) ordinateur récent (soit un sixième du parc), tandis que les écoles secondaires ont 12,8 ordinateurs récents (soit un quart du parc). Globalement, les ordinateurs récents représentent donc 23% du parc en Wallonie. La région bruxelloise fait un peu mieux avec 30%.

Si l'on exprime ces valeurs relativement au nombre d'élèves, il faut compter, pour 100 élèves:

  • 1 ordinateur récent dans le primaire;
  • 2,6 dans le secondaire.

L'impact du plan d'équipement Cyberclasse reste encore assez faible dans le primaire, où ces nouveaux ordinateurs ne représentent encore que 14% des ordinateurs récents. Dans le secondaire, par contre, les ordinateurs Cyberclasse représentent 41% des ordinateurs de moins de 30 mois. La diffusion des ordinateurs Cyberclasse dans l'enseignement spécialisé et en promotion sociale est encore anecdotique, avec à peine plus d'une centaine d'ordinateurs à la fin 2009.

La problématique de l'obsolescence des ordinateurs à vocation pédagogique ne se retrouve pas uniquement en Région wallonne puisque le "Rapport Fourgous" ("Réussir l'école numérique", publié ce 15 février 2010 par l'Assemblée Nationale française) souligne qu'en France "l'âge moyen des ordinateurs est supérieur à 7 ans, et 35% du parc a plus de 4 ans".

De son côté, la Région flamande indique que 40% des ordinateurs du primaire et 66% des ordinateurs du secondaire ont moins de 4 ans.

Ordinateurs connectés à Internet

Disposer d'ordinateurs est une première étape qui ouvre déjà sur l'utilisation de multiples logiciels, qu'ils soient spécifiquement conçus dans une optique pédagogique ou non. Toutefois, la pleine mesure des applications TICE, c'est-à-dire des TIC pour l'éducation, n'est atteinte que si les ordinateurs peuvent avoir accès à Internet et aux multiples ressources qui y sont quotidiennement mises à jour.

Selon les répondants à l'enquête, 73% des ordinateurs opérationnels sont connectés à Internet. Ces taux sont un peu plus faibles dans:

  • le primaire (60%);
  • l'enseignement spécialisé (63%).

Tandis qu'ils atteignent:

  • 77% dans le secondaire;
  • 88% en promotion sociale.

Ramené en nombre d'ordinateurs connectés pour 100 étudiants, on obtient un taux de:

  • 3,8 dans le primaire;
  • 7,8 dans le secondaire.

Globalement, cela donne 6 ordinateurs connectés pour 100 étudiants dans l'enseignement de plein exercice. Selon l'étude Empirica, ce dernier taux était de 7,7 pour l'ensemble de la Belgique en 2006, alors que la moyenne de l'Europe des 27 était de 10,0. De nombreux pays voisins de la Belgique atteignent des taux plus avantageux:

  • la France: 8,9;
  • le Luxembourg: 18,3;
  • la Grande Bretagne: 18,5;
  • les Pays-Bas: 20,0;
  • la Norvège: 22,7;
  • le Danemark: 26,3.

Outre-Atlantique, selon le "Digest of Education Statistics 2008" publié par le "U.S. Department of Education", ces taux se situaient, dès 2005, dernière année publiée, respectivement à 24,4 dans le primaire et 30,3 dans le secondaire, soit environ six fois et quatre fois plus d'équipements que dans notre région.

Enfin, en Région flamande, selon les chiffres publiés en mars 2010, les taux d'ordinateurs connectés à Internet sont de:

  • 13 ordinateurs pour 100 élèves au niveau primaire ;
  • 31 ordinateurs pour 100 élèves au niveau secondaire.

Types d'ordinateurs

Les ordinateurs de type PC fixes sont de très loin les plus nombreux dans les écoles avec un taux global de 85%, auquel il faut ajouter 5% de PC portables, tandis que les Mac (Apple) fixes représentent les 10% restants. On ne dénombre en effet que 132 Mac portables, soit 0,2% du parc total.

Bien entendu la distribution de ces différents types d'ordinateurs varie sensiblement avec le niveau d'enseignement, comme l'illustre le tableau suivant:

Types d'ordinateurs Primaire Secondaire Spécialisé Promotion sociale
PC fixes 69,2% 92,0% 80,8% 92,9%
PC portables 7,2% 3,2% 7,8% 5,4%
Apple Macintosh 23,6% 4,8% 11,4% 1,7%

On note donc une présence discrète des ordinateurs portables dans les équipements des écoles. L'importante du Macintosh dans le primaire trouve évidemment son origine dans le matériel distribué lors du premier plan Cyber-école où 9.500 de ces ordinateurs avaient été mis à disposition par la Région wallonne. Or, d'après les répondants, on n'en compte plus aujourd'hui qu'environ 3.500 qui soient opérationnels. Il semble dès lors qu'environ deux tiers des ordinateurs livrés au début des années 2000 aient été déclassés par les écoles primaires. Il est vraisemblable qu'une proportion comparable de PC ait été mise au rebus dans le secondaire, d'autant plus que ces ordinateurs accusent une ou deux années de plus. Les informations collectées ne permettent toutefois pas de le vérifier.

Et demain ?

Les constats dressés jusqu'ici montrent clairement un retard de la Wallonie dans l'équipement informatique de ses écoles. Toutefois, on sait que le nouveau plan Cyberclasse, dont le démarrage a pris du retard, doit modifier profondément la situation. Il est donc intéressant de se projeter dans l'avenir et d'estimer dès aujourd'hui la situation qui prévaudra fin 2011, début 2012, lorsque l'ensemble des 39.000 ordinateurs prévus auront été installés. Cette estimation peut se faire sur base des hypothèses suivantes:

  • l'équipement existant fin 2009 est conservé, mais on en retranche une fraction, par exemple 20%, qui serait retirée d'ici 2012, car totalement obsolète, en panne, ou remplacée par le nouvel équipement;
  • les 39.000 ordinateurs nouveaux sont ajoutés en retranchant du total les 3.500 déjà livrés fin 2009.

On obtient alors un quasi-doublement de l'effectif dans le primaire et une augmentation de 20% dans le secondaire. Ce chiffre reste cependant pessimiste car il néglige l'investissement propre des différents pouvoirs organisateurs. Pour l'estimer, on peut prendre comme référence le nombre d'ordinateurs récents (âgés de moins de 30 mois) observé, duquel on déduit évidemment les ordinateurs Cyberclasse déjà livrés.

On obtient alors une estimation que l'on peut probablement considérer comme plus réaliste, voire comme optimiste.

Ordinateur pour 100 élèves Primaire Secondaire Spécialisé Promotion sociale
Situation 2009 6,3 10,1 11,7 5,2
Estimation 2012 pessimiste 12,0 12,6 16,2 7,3
Estimation 2012 optimiste 12,9 14,1 18,1 8,9

On observe donc que le plan Cyberclasse apportera effectivement, à l'horizon 2011-2012, une réelle amélioration au niveau de l'équipement en ordinateurs dans les écoles, mais sans pour autant rejoindre le niveau déjà atteint dès aujourd'hui par plusieurs de nos voisins.

Vidéoprojecteurs et tableaux interactifs

Les ordinateurs ne constituent plus les seules ressources utiles à mettre en oeuvre pour utiliser les TIC au bénéfice de l'éducation. Les vidéoprojecteurs et les tableaux numériques interactifs ou TNI, selon l'acronyme en usage outre-Quiévrain, représentent de plus en plus une ressource essentielle pour pouvoir intégrer les technologies numériques dans le déroulement ordinaire de la classe. Trop souvent jusqu'à présent, le recours aux TIC reste assez exceptionnel, lorsque les élèves peuvent se rendre dans la ou les classe(s) spécialement aménagée(s) et dotée(s) le plus souvent de 5, 10, voire 15 ordinateurs permettant un travail individuel ou en binôme.

Le potentiel de ces tableaux numériques interactifs, et par extension des vidéoprojecteurs qui en sont une forme rudimentaire, est considérable pour accélérer une véritable intégration des TIC dans l'enseignement, au jour le jour, et dans toutes les disciplines.

Selon le "Rapport Fourgous", la France compterait déjà 27.000 TNI, soit 2,7 par école dans le secondaire et 2,1 dans le primaire. La même source apprend que l'Angleterre est la plus avancée avec 450.000 TNI en 2008: 78% des classes en sont équipées dès aujourd'hui. Les Pays-Bas en sont à 44%, tandis que le Portugal prévoit d'équiper une salle sur trois en 2010.

En Région wallonne, la situation est malheureusement moins avancée car on ne dénombrait, fin 2009, que 2.925 vidéoprojecteurs et 268 tableaux interactifs pour l'ensemble des quatre types d'enseignement considérés.

Rapporté au nombre d'écoles ou d'étudiants, la situation est la suivante.

Equipement Primaire Secondaire Spécialisé Promotion sociale Globalement
Vidéoprojecteurs pour 100 étudiants 0,25 0,61 0,52 0,36 0,43
Vidéoprojecteurs par école 0,26 2,98 0,46 1,93 0,86
TNI pour 100 étudiants 0,03 0,06 / 0,03 0,04
TNI par école 0,03 0,33 / 0,13 0,09

Ces chiffres traduisent un retard important puisque l'on ne dispose en Région wallonne que d'un vidéoprojecteur pour 233 étudiants, ou d'un tableau numérique interactif pour 2500 étudiants. Or, le plan Cyberclasse en cours de déploiement ne pourra combler ce retard, car il ne prévoit ni vidéoprojecteur, ni tableau numérique interactif, alors que le plan Cyberécole avait, 10 ans auparavant, introduit un vidéoprojecteur dans chaque école secondaire.

Enfin, la situation en Région bruxelloise est tout à fait analogue à celle de la Wallonie, tant pour les vidéoprojecteurs que pour les TNI.

En Région flamande, le rapport MICTIVO ne fournit pas de chiffres consolidés de présence des TNI dans les écoles mais donne à penser que cet équipement est, là aussi, encore assez peu répandu.

Classes informatisées

Pour mieux comprendre la manière dont les équipements ont été organisés dans les écoles, il a été demandé aux directions de préciser le nombre de locaux équipés:

  • avec plus de 3 ordinateurs (ce sont donc généralement des classes permettant un usage individualisé des ordinateurs);
  • avec un à 3 ordinateurs;
  • avec un vidéoprojecteur fixe, donc apte à un usage en groupe des ressources TIC.

Rapporté aux nombre d'écoles, on obtient les taux suivants.

Classes Primaire Secondaire Spécialisé Promotion sociale Globalement
Locaux avec + de 3 ordinateurs 0,5 3,3 0,8 2,1 1,1
Locaux avec 1 à 3 ordinateurs 1,7 3,1 2,5 0,7 1,9
Locaux avec vidéoprojecteur fixe 0,06 1,7 0,15 1,0 0,42

Ces chiffres permettent de tirer quelques observations:

  • chaque école primaire disposerait en moyenne de 2,3 classes équipées d'ordinateurs, tandis que ce nombre s'élève à 6,4 classes dans le secondaire;
  • dans le secondaire et dans l'enseignement de promotion sociale, l'accent est plutôt mis sur les classes informatiques visant le travail individuel ou en petits groupes, tandis que dans le primaire et l'enseignement spécialisé, ce serait l'inverse. Cette situation est toutefois aussi le résultat des contraintes du nombre d'équipements et de la disponibilité des locaux propres à chaque type d'enseignement;
  • une partie importante des vidéoprojecteurs ne sont pas installés de manière fixe dans les locaux, mais sont mis en service selon les besoins. Cela concerne 76% des projecteurs dans le primaire et 42% dans le secondaire.

Enfin, si l'on peut considérer que pratiquement toutes les écoles secondaires et de promotion sociale disposent aujourd'hui d'au moins une classe informatisée, il n'en est pas encore de même pour l'enseignement primaire, où l'on note que 7% des écoles n'ont pas ou plus de local avec au moins un ordinateur fixe et que 3% n'ont même aucun ordinateur opérationnel.

Types de connexion à Internet

Il est évidemment essentiel de connaître avec précision le type et la qualité des connexions Internet des différentes écoles de la région. Cette information est malheureusement difficile à évaluer sur base des données qui ont pu être récoltées auprès des directions des établissements scolaires, pour plusieurs raisons:

  • de nombreux chefs d'établissement ne savent pas exactement par quelle voie le système informatique de l'école se trouve connecté à Internet et avouent que ces questions très techniques leur échappent. Beaucoup sont incapables de préciser si l'école est connectée via ADSL, câble de télédistribution, I-line ou un autre moyen. Quant à dénombrer chaque type de ligne, c'est simplement impossible;
  • de fait, les situations sont parfois complexes, mélangeant plusieurs connexions de types variés pour les différentes implantations d'un même établissement, ou combinant ces technologies pour obtenir un débit acceptable lorsque le nombre d'ordinateurs devient important;
  • la distinction est rarement claire dans les esprits entre la connexion physique d'accès et le fournisseur d'accès qui peuvent bien entendu dépendre de prestataires différents;
  • la responsabilité de ces connexions échappe souvent aux directions, voire à l'établissement lui-même. C'est notamment le cas dans l'enseignement communal, où les connexions sont typiquement gérées par les communes elles-mêmes.

En conclusion, les informations collectées au travers de l'enquête sur ce point sont d'une fiabilité toute relative, et nécessitent la plus grande prudence dans l'interprétation.

Il est cependant évident que le nombre d'écoles connectées, pour des usages pédagogiques, ne s'approchent du maximum que dans le secondaire et le spécialisé:

  • 90% d'écoles connectées dans le primaire;
  • 97% dans le secondaire;
  • 98% dans l'enseignement spécialisé;
  • 95% en promotion sociale.

Si l'on en croit les déclarations des directions, le nombre moyen de connexions se répartit de la façon suivante, par école, pour l'ensemble des niveaux scolaires considérés:

  • 0,31 lignes i-line;
  • 0,57 lignes ADSL;
  • 0,16 lignes câble de distribution.

De plus, toujours avec les mêmes réserves, on observe un taux deux fois plus élevé de lignes i-line et ADSL dans l'enseignement secondaire qu'au niveau du primaire.

Enfin, les fournisseurs d'accès à Internet déclarés sont les suivants:

  • Belgacom-Skynet: 66%;
  • Win: 27%;
  • Voo / Brutélé: 11%;
  • Autres (non distingués): 6%.

Il est bien entendu possible qu'une école dispose de plusieurs accès relevant de fournisseurs différents, ce qui explique un total dépassant les 100%.

Pour en savoir plus

  • Réussir l'école numérique Lien externe
    Rapport de la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous sur la modernisation de l'école par le numérique (février 2010)
    http://www.reussirlecolenumerique.fr
  • Benchmarking Access and Use of ICT in European Schools 2006 (.PDF 30967 k)
    Final Report from Head Teacher and Classroom Teacher Surveys in 27 European Countries
    http://www.awt.be/contenu/tel/dem/final_report_3.pdf
  • Digest of Education Statistics, 2008 Lien externe
    National Center for Education statistics, US Department of Education, NCES 2009-2020, March 2009
    http://nces.ed.gov/programs/digest/d08/index.asp
  • MICTIVO (.PDF 449 k)
    Monitoring ICT in het Vlaamse Onderwijs. Clarebout et al., Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming (met Katholieke Universiteit Leuven en Universiteit Gent), Maart 2010
    http://www.awt.be/contenu/tel/dem/MICTIVO.pdf
Portail de la Région wallonne