Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mercredi 28 septembre 2016

Baromètre TIC 2014. Usages TIC des Wallons

80% des Wallons sont internautes. Ils utilisent surtout l'e-mail, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, l'e-banking et l'e-commerce. Un quart des Wallons accèdent à Internet via un smartphone. Certaines catégories de population restent vulnérables et sont en situation de fracture numérique
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 25/06/2014 | Imprimer | Envoyer

1 Wallon sur 5 cherche des infos sur le Web via l'Internet mobile

90% des Wallons possèdent un téléphone mobile. Il s'agit d'une légère évolution positive alors que ce taux tendait à plafonner depuis quelques années (+2 points par rapport à 2011 et 2012). Cette hausse reste toutefois dans la marge d'erreur liée à l'échantillonnage. Presque 2% des personnes équipées (1% de la population wallonne), partagent leur GSM avec un autre membre du ménage. 25% des Wallons disposent d'un smartphone pouvant se connecter à Internet (soit 27% des personnes équipées d'un GSM).

En 2013, les Wallons continuent d'utiliser principalement leur GSM pour passer des appels et envoyer des SMS. Presque un quart des Wallons (24%) font usage de l'Internet mobile (usages d'applications Internet et/ou de l'e-mail sur GSM ou smartphone), soit 27% des personnes possédant un GSM. La hausse significative notée en 2012 est donc confirmée, mais n'est pas prolongée cette année.

Usages du GSM par les Wallons en 2013
Actions effectuées avec le mobile Wallons ayant
un GSM en 2013
Ensemble de la
population
wallonne
Emettre des appels 99% 89%
Envoyer des SMS 92% 83%
Prendre des photos 37% 33%
Consulter des sites sur Internet 20% 18%
Ecouter de la musique 21% 19%
Envoyer ou consulter des e-mails 18% 16%
Regarder des vidéos téléchargées 14% 13%
Acheter ou payer via des SMS 2% 2%
Acheter ou payer via Internet 2% 2%

Les personnes disposant d'un smartphone sont des usagers (très) réguliers du Web mobile. Assez peu ne se sont jamais connectés via leur smartphone. En effet, lorsqu'on leur demande à quand remonte leur dernière connexion à Internet avec leur smartphone (via WiFi ou 3G):

  • 79%, soit presque 4 sur 5, répondent "'hier ou aujourd'hui" (soit 20% des Wallons),
  • 11% dans la semaine (3% des Wallons),
  • 3% dans le mois (presque 1% des Wallons),
  • 4% il y a plus d'un mois (1% des Wallons),
  • 3% ne se sont jamais connectés (presque 1% des Wallons).

Un Wallon sur cinq, soit 4 surfeurs via mobile sur 5, cherche des informations sur le Web via son smartphone. Sans grand étonnement, le second usage mobile d'Internet est la participation à des réseaux sociaux. Les usages des journaux ou sites d'actualité, de la messagerie instantanée, de la banque en ligne et de la gestion de documents en ligne ont aussi leurs adeptes, mais moins d'un Wallon sur dix est concerné pour chacune de ces applications. Les autres usages, comme les achats en ligne ou les jeux en ligne par exemple, sont assez faibles sur mobile. Ainsi, parmi les 24% de Wallons qui accèdent à Internet sur leur smartphone, on note que :

  • 79% font des recherches sur Google ou un autre moteur de recherche (20% des Wallons),
  • 47% consultent ou gèrent leur réseaux sociaux de type Facebook ou Google+ (12%),
  • 29% consultent des journaux ou des sites d'actualité (7%),
  • 28% utilisent une messagerie instantanée (de type WhatsApp, Skype, Messenger, etc.) (7%),
  • 26% accèdent à leur banque en ligne (6%),
  • 23% consultent ou gèrent des documents en ligne (6%),
  • 21% utilisent des outils de géolocalisation (5%),
  • 15% font des achats en ligne (4%),
  • 12% utilisent des jeux en ligne (3%),
  • 9% utilisent Twitter (2%).

Pour les 10% de Wallons ne disposant pas de GSM, le principal motif de ne pas s'équiper est surtout lié au manque d'utilité, de besoin ou d'intérêt (5% des Wallons). D'autres motifs sont plus anecdotiques: le téléphone fixe de la maison suffit (1,5% des Wallons), l'âge trop avancé (1%), le coût (1%) et l'inadaptation du matériel en raison d'un handicap (1%). Moins de 1% des Wallons donnent aussi d'autres raisons, par ordre d'importance: usage du GSM d'un proche, souhait de ne pas être dérangé, manque de compétences/trop compliqué à utiliser, mauvaise réception du réseau. 71% de ces Wallons non usagers du GSM ont 60 ans ou plus.

80% des Wallons sont internautes

80% des Wallons ont utilisé Internet en 2013. Ce taux plafonne depuis 2010. L'usage global n'augmente donc pas. Toutefois, quand le taux d'internautes reste stable, on constate en général une diversification et une intensification des usages du Web. Et c'est encore le cas cette année.

En effet, la fréquence d'utilisation d'Internet s'intensifie encore avec 70% de Wallons faisant un usage très régulier d'Internet. C'est 4 points de plus qu'en 2012 où l'on observait 66% d'usage déclaré dans la journée ou la veille de l'interview (soit 4 internautes sur 5). 7 internautes sur 8 (88%) utilisent intensément l'Internet.

Comme l'AWT l'avait déjà constaté, l'intensité de l'usage d'Internet présente des effets de paliers, alternés d'effets de croissance. Cette observation reste valable en 2013.

Powered by https://api.awt.be

De manière assez positive, et même s'il reste des actions à faire pour la réduire, la fracture de genre tend à s'estomper d'année en année. On compte aujourd'hui 85% d'internautes masculins (86% en 2012) contre 75% de féminins (73% en 2012), soit 8,8 femmes pour 10 hommes internautes. En 2009, on comptait 8 internautes féminins versus 10 internautes masculins et, en 2012, il s'agissait de 8,5 femmes pour 10 hommes internautes.

En fonction de l'âge, on observe que:

  • 90% des jeunes de 15 à 29 ans sont usagers d'Internet (-3 points par rapport à 2012),
  • 93% des 30 à 44 ans (statu quo),
  • 83% des 45 à 64 ans (statu quo),
  • 47% des 65 ans et plus (+5 points).
Powered by https://api.awt.be

Une belle évolution positive concerne donc également le groupe des seniors depuis 4 ans déjà, avec une croissance constante du taux d'internautes dans la catégorie des 65 ans et plus. C'est 16 points de plus en 2010, 6 points de plus en 2011, 4 points de plus en 2012 et 5 points de plus en 2013 pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Aujourd'hui, ils n'atteignent toutefois pas la moitié en nombre d'usagers d'InternetL Là aussi, il reste du travail à faire pour les sensibiliser et pour faciliter par les technologies la vie des personnes plus âgées.

Le niveau d'études est toujours un facteur très discriminant en matière d'usage d'Internet :

  • études supérieures ou universitaires: 95% d'internautes (statu quo par rapport à 2012),
  • études secondaires supérieures: 80% d'internautes (-7 points),
  • études secondaires inférieures: 85% d'internautes (+7 points),
  • études primaires ou personnes sans diplôme: 47% d'internautes (+3 points).

Sans surprise, c'est dans la catégorie des Wallons ayant obtenu un diplôme d'études supérieures ou universitaires que l'on trouve le plus d'internautes. Dans une moindre mesure, le nombre d'usagers d'Internet se maintient assez bien chez les Wallons ayant réalisé des études secondaires, qu'elles soient supérieures ou inférieures. Par contre, le taux d'internautes reste faible pour les personnes de niveau d'éducation primaire ou sans diplôme (il n'évolue d'ailleurs pas de manière statistiquement significative cette année).

Enfin, le coût des équipements (totaux) pour accéder à Internet est encore un frein à l'usage car le taux d'internautes est aussi largement lié au niveau de vie (lié au niveau de revenus) du ménage dont font partie les Wallons:

  • Wallons faisant partie d'un ménage qui déclare la vie confortable avec le revenu actuel: 91% d'internautes,
  • Wallons dont le ménage s'en sort avec le revenu actuel: 79% d'internautes,
  • Wallons dont le ménage ressent une vie difficile avec le revenu actuel: 77% d'internautes,
  • Wallons dont le ménage ressent une vie très difficile avec le revenu actuel: 64% d'internautes.

Le lieu d'usage principal d'Internet reste le domicile

92% des internautes utilisent Internet à leur domicile, soit 74% des Wallons. Il s'agit toujours du lieu le plus privilégié pour accéder à Internet. Ensuite viennent le travail et le domicile de parents ou de proches. Si l'on tient compte à la fois du domicile et du lieu de travail, on trouve 94% des internautes, soit les trois quarts de la population wallonne.

Taux d'usage d'Internet en 2013 selon le lieu d'accès. Population des 15 ans et plus
Taux d'usage d'Internet
selon le lieu d'accès
Population
wallonne
Population
active
Internautes
wallons
Au domicile 74% 82% 92%
Au travail 25% 47% 31%
Chez des parents ou des proches 24% 27% 30%
Sur un point d'accès public ou mobile (PAPI et PAMI) 18% 22% 22%
Sur le lieu d'études ou de formation 5% 1% 6%

Lorsque l'on tient compte uniquement de la population active (population wallonne sans les inactifs, retraités et étudiants), le taux d'internautes est de presque 1 personne sur 2. En fait, moins d'un travailleur sur deux utilise Internet sur son lieu de travail, et encore, la moitié d'entre eux (54%) ne le font qu'occasionnellement (moins d'une fois par semaine). Cela traduit une intégration encore bien faible de l'Internet dans les tâches des tavailleurs en général.

Les points d'accès publics (PAPI) ou mobiles (PAMI) les plus utilisés par les internautes sont surtout les bornes Wi-Fi ou les hotspots dans des lieux publics (restaurants, gares, aéroports, etc.). Les EPN (Espaces Publics Numériques), labellisés ou non, attirent plus de monde qu'en 2012 avec 7 points de plus de fréquentation de la part de ces internautes.

Taux d'usage des différents points d'accès publics ou mobiles à Internet en 2013
Usage des PAPI et PAMI Internautes fréquentant
les PAPI ou PAMI
Internautes Population
wallonne
Wi-Fi à l'hôtel ou au restaurant 39% 9% 7%
Wi-Fi dans la rue 33% 7% 6%
Hotspot. Gare. Aéroport 20% 5% 4%
Borne interactive. Lieux publics ou commerciaux 13% 3% 2%
Cybercafé 12% 3% 2%
Espace public numérique (EPN) 10% 2% 2%
Ordinateur dans un lieu scolaire 8% 2% 2%
Ordinateur du Forem 6% 1% 1%
Bibliothèque publique 5% 1% 1%
Association (ASBL) 5% 1% 1%
Centre d'information de la Région wallonne 5% 1% 1%
Bus cybermobile 5% 1% 1%

Usages Web préférés. E-mail, recherche d'infos, e-gov, réseaux sociaux, e-banking et achats en ligne

Bien que son niveau d'usage n'ait plus augmenté depuis 2010, l'application web la plus utilisée reste le courrier électronique (e-mail) pour 68% des Wallons, soit 85% des internautes.

Taux d'usages des différentes applications Internet par les Wallons en 2013.
Usages des différentes applications Internet Internautes Population
Lire ou envoyer des e-mails 85% 68%
Rechercher des informations sur l'actualité 67% 53%
Rechercher des informations sur les loisirs 63% 50%
Visiter des sites web administratifs 65% 48%
Participer à des réseaux sociaux ou professionnels 61% 48%
Effectuer des opérations bancaires 57% 45%
Faire des achats ou de la vente sur Internet 53% 42%
Chercher des itinéraires ou des plans de villes 52% 41%
Converser par messagerie instantanée 45% 36%
Lire des articles de journaux en ligne 43% 34%
Réserver des voyages en ligne 35% 28%
Visionner des vidéos en ligne 32% 26%
Ecouter une radio ou de la musique en ligne 29% 23%
Publier des informations sur le Web 31% 25%
Téléphoner via l'ordinateur et Internet 29% 23%
Communiquer visuellement sur Internet (via une webcam) 26% 21%
Télécharger de la musique ou des vidéos 20% 16%
Rechercher un emploi ou déposer un CV 16% 13%
Utiliser des jeux en ligne 15% 12%
Participer à une communauté sur Internet 11% 9%
Suivre des cours en ligne (e-learning) 6% 5%

Les achats ou la vente en ligne gagnent 2 places en un an au palmarès des applications web les plus utilisées. Il s'agit désormais de la 7ème activité en ligne la plus populaire. 42% de Wallons sont acheteurs ou vendeurs en ligne, soit 53% des internautes. Globalement, ces taux n'évoluent pas. Ce classement favorable est surtout dû au plus faible attrait des autres applications disponibles, que les internautes ont un peu moins utilisées en 2013.

1 internaute sur 2, soit 40% de la population wallonne, a effectué des achats en ligne. 16% des Wallons ont vendu en ligne, généralement via e-Bay ou d'autres sites d'enchères. Enfin, 2% des Wallons (soit 3% des internautes) ont vendu sans jamais acheter.

La visite de sites Web de services publics se maintient également en bonne position avec 48% de Wallons utilisateurs, soit 65% des internautes. Il s'agit de la première application qui ait gagné quelques adeptes en nombre d'internautes par rapport à 2012 (+2 points), même si cette hausse n'est pas statistiquement significative.

La répartition des visites sur ces sites Web ne présente pas de différence majeure par rapport à 2012. Parmi ceux-ci, les sites web des communes sont toujours les plus fréquentés.

Consultation de sites web de services publics par les citoyens wallons en 2013 (* Taux d'internautes faisant partie de cette Communauté)
Services publics et administrations
dont le site est consulté par le citoyen
Internautes Population
Commune 54% 43%
Province 25% 20%
Wallonie 34% 27%
Fédération Wallonie-Bruxelles 15%* 12%*
Communauté germanophone 13%* 13%*
Etat fédéral 23% 18%
Europe 8% 6%

Les réseaux sociaux ou professionnels montent aussi de 2 points en termes de population et de 3 points en termes d'internautes pour atteindre 48% des Wallons (soit 61% des internautes).

En 2013, l'AWT a demandé spécifiquement aux internautes sur quels réseaux sociaux ils ont été actifs. Sans surprise, Facebook remporte la première place, suivi de loin par Twitter et Google+. 61% des internautes participent à ces résaux (48% de la population wallonne). Seulement 3% des internautes, soit 2% des Wallons, ne sont pas actifs sur Facebook, mais bien sur d'autres réseaux sociaux ou professionnels. Cela veut dire que 95% des adeptes des réseaux sociaux ont un compte sur Facebook.

Types de réseaux sociaux sur lesquels les Wallons ont été actifs en 2013
Réseaux sociaux Internautes Population
Facebook 58% 46%
Twitter 11% 9%
Google+ 5% 4%
LinkedIn 4% 3%
Pinterest <1% <1%
Viadéo <1% <1%
Autre réseau 1% <1%

Parmi les 31% de Wallons qui publient sur le Web, en dehors des réseaux sociaux, la publication la plus fréquente est l'album photo en ligne. Ce type de publication est en nette progression. On observe 8 points de plus en 2013 chez les internautes pour la publication de photos dans un album photo en ligne.

Types de publication sur le Web par les internautes en 2013.
Supports de publication d'informations sur le Web Internautes Population
Album photos en ligne (Flickr, Picasa, etc.) 25% 20%
Blog 7% 5%
Site web personnel 4% 4%
Gestion d'un forum de discussion 3% 2%
Mise à jour d'un site web professionnel 2% 1%

Concernant la gestion de courriers en ligne, 58% des Wallons de 15 ans et plus, soit 73% des internautes, déclarent gérer directement leur e-mail privé sur le Web (via un compte Yahoo!, Gmail, Hotmail, etc.). Il s'agit d'une stagnation en 2013 après une belle évolution en 2012 (de 8 points en termes de population et de 11 points en termes d'internautes).

La recherche d'itinéraires ou de plans de ville en ligne, qui concerne 41% des Wallons, soit 52% des internautes, est également un usage assez répandu. Par contre, les autres applications, comme par exemple le chat, le téléchargement de musique ou encore la communication visuelle via le Web, récoltent moins de 50% d'utilisation par les internautes wallons.

Les applications en mode "cloud computing" ont aussi leur succès, même si ces usages restent limités à une population de "connaisseurs". En effet, ces usages évoluent faiblement en termes d'internautes, et stagnent en termes de population, par rapport à 2012.

Taux d'usage des applications de "cloud computing" par les Wallons en 2013
Applications en mode Cloud Computing Internautes Population
Applications bureautiques 19% 15%
Espace de stockage 15% 12%
Agenda 11% 9%

59% des internautes déclarent ne plus pouvoir se passer d'Internet en 2013. Les applications les plus indispensables à leurs yeux ne changent globalement pas par rapport à 2012.

Applications web jugées indispensables pour les internautes wallons en 2013
Applications web indispensables Internautes
2012
Internautes
2013
Population
2013
Courrier électronique (e-mail) 44% 44% 35%
Banque en ligne 33% 34% 27%
Réseaux sociaux 25% 20% 16%
Messagerie instantanée 15% 19% 16%
Journaux en ligne 12% 13% 11%
Applications administratives 9% 12% 9%
Commerce en ligne 10% 10% 8%
Téléchargement de musique. Vidéos 10% 7% 5%
Autres applications
(aggrégateurs, jeux en ligne,
moteurs de recherche, site professionnel,
campus virtuel, etc.)
8% 5% 4%

Ecole numérique. 4 ménages sur 5 avec enfants scolarisés ont besoin des TIC pour les devoirs

28% des ménages wallons ont des enfants en âge d'obligation scolaire (enfants entre 6 et 18 ans). L'AWT leur a posé plusieurs questions concernant les besoins technologiques de leurs enfants pour l'école.

23% des ménages wallons, soit 80% des familles avec enfants scolarisés, déclarent que leurs enfants ont eu besoin d'utiliser des technologies à domicile pour leurs travaux scolaires.

TIC utilisées à la maison pour l'école dans les ménages avec enfants scolarisés en 2013
Technologies utilisées à la maison
pour les devoirs scolaires
Ménages avec
enfants scolarisés
Ménages wallons
Ordinateur 77% 22%
Internet 67% 19%
Imprimante 66% 19%
Aucun équipement n'a été nécessaire 20% 6%

Ces besoins d'usage de l'informatique à la maison pour réaliser les devoirs sont assez fréquents:

  • quotidiens. 24% des ménages avec enfants scolarisés (7% des ménages wallons),
  • hebdomadaires. 27% (8%),
  • mensuels. 20% (5%),
  • une ou deux fois par trimestre. 7% (2%),
  • une ou deux fois sur l'année. 2% (moins de 1%),
  • jamais. 20% (5%).

Il est toutefois rassurant de constater que, lorsque les enfants ont eu besoin des TIC, 81% des ménages concernés ont toujours pu y répondre avec satisfaction, 16% le plus souvent, 2% parfois, et moins de 1% jamais.

20% des Wallons sont toujours en situation de fracture numérique d'accès

4% des Wallons, soit 18% des non internautes, n'utilisent pas personnellement Internet, mais demandent à des proches d'envoyer des e-mails ou de faire des recherches sur Internet pour eux. Ce sont en réalité des personnes qui ont compris l'intérêt du Web mais qui n'ont pas (encore) fait le pas vers l'usage. On les appelle donc les "usagers via proxys".

Comme l'AWT l'avait déjà remarqué, les usagers d'Internet via proxys sont surtout des seniors: 68% d'entre eux ont 60 ans ou plus (soit presque 3% des Wallons).

Les proches qui font ces démarches pour eux sont essentiellement leurs enfants (pour les trois quarts), un ami (14%) ou leur conjoint (7%). Seulement 1% font appel à leurs voisins. Il s'agit (aussi) d'une autre personne pour 20% d'entre eux (un formateur, des volontaires dans les EPN, etc.).

Les actions principales sur le Web de ces proches pour les usagers via proxys sont la recherche d'informations en tous genres, y compris sur des produits ou services, la lecture ou l'envoi d'e-mails et les opérations bancaires.

Actions des proches sur Internet pour les usagers via proxys en 2013
Actions des proches sur Internet Usagers
via proxys
Non
internautes
Population
wallonne
Recherche d'infos sur la culture, les loisirs, les voyages 28% 5% 1%
Recherche d'infos sur l'actualité 25% 4% 1%
Recherche d'infos sur des produits ou services 13% 2% 1%
Lecture ou envoi d'e-mails 13% 2% 1%
Opérations bancaires 12% 2% 1%
Recherche d'emploi ou dépôt de CV 11% 1% <1%
Recherche d'itinéraires, de plans de ville 7% 1% <1%
Achats de produits ou services 7% 1% <1%
Recherche d'infos sur des sites web aministratifs 5% 1% <1%
Téléchargement de musique 4% 1% <1%
Recherche de vidéos 4% 1% <1%

2% des Wallons ont déjà été internautes, mais leur dernière utilisation d'Internet date d'il y a plus d'un an. On constate ce même taux d'abandon dans l'année depuis 2011. Cet abandon est principalement expliqué par le fait que ce n'était qu'un usage ponctuel, pour essayer, mais ils n'en ont pas réellement besoin. Ou encore, le matériel est tombé en panne ou a été emporté par les enfants ou l'ex-conjoint, mais n'a pas été remplacé. Quelques personnes de l'échantillon (soit 0,3% des Wallons) déclarent avoir pris leur retraite: elles utilisaient Internet au travail, mais n'en disposent pas à domicile.

L'AWT a demandé aux non internautes (20% des Wallons), mais aussi aux internautes utilisant très peu souvent Internet (usage dans l'année, mais il y a plus de 3 mois, soit 1% des Wallons) quels sont les divers obstacles auxquels ils font face pour pouvoir utiliser Internet. Le premier obstacle reste le manque d'intérêt perçu ou d'utilité de l'Internet pour plus de la moitié des non internautes, suivi par des difficultés liées à la complexité de l'usage et/ou à l'âge des personnes.

Obstacles à l'usage d'Internet éprouvés par les non internautes wallons et par les internautes utilisant Internet très peu souvent en 2013 (plusieurs choix possibles)
Obstacles à l'usage d'Internet Non internautes
et usagers à
fréquence faible
Population
Pas d'intérêt. Pas d'utilité 55% 12%
C'est trop compliqué. Difficultés d'adaptation 17% 4%
Pas le temps 9% 2%
L'âge ou l'habileté pose problème 9% 2%
C'est encore trop cher 8% 2%
Pas d'ordinateur ou Internet au domicile 6% 1%
Peur de mal faire 5% 1%
Aucune aide de l'entourage 4% 1%
Recherches faites sur Internet par un proche 3% 1%
Il n'y a pas de contenus intéressants sur Internet 2% <1%
Internet n'est pas assez sécurisé 2% <1%
Empêchement à cause d'un handicap <0,1% <0,1%
Pas de PAPI proche du domicile 0% 0%

Enfin, 2% des Wallons, soit 9% des non internautes, ont l'intention de s'y mettre, la moitié comptant utiliser Internet dans l'année qui vient et l'autre moitié dans plus d'un an. 18% des Wallons déclarent par contre qu'ils ne feront probablement jamais usage d'Internet.

Le profil des non internautes rappelle toujours à quel point certaines catégories de population sont vulnérables quant à l'adoption et/ou l'usage des technologies comme l'ordinateur et Internet. Il est composé notamment de:

  • 64% de femmes et 36% d'hommes,
  • 80% de personnes d'au moins 45 ans,
  • 53% de seniors de 65 ans et plus,
  • 68% de retraités ou d'inactifs,
  • 47% de personnes ayant un niveau d'études primaires ou sans diplôme.
Portail de la Région wallonne