Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 10 décembre 2016

Baromètre TIC 2014. Usages TIC des entreprises wallonnes

Les usages de base d'Internet sont désormais largement intégrés aux méthodes de travail habituelles des entreprises wallonnes. Les usages avancés progressent dans le sens d'une plus grande mobilité au travail. Par contre, l'e-commerce wallon stagne toujours à un niveau insuffisant
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 25/06/2014 | Imprimer | Envoyer

Les usages basiques d'Internet se diversifient

Usages d'Internet par les entreprises wallonnes en 2013 (ensemble de la population de référence). Le total dépasse 100%, les entreprises ayant plusieurs usages simultanés d'Internet. Les indicateurs en vert sont en progression significative par rapport au dernier baromètre.
Usages d'Internet TPE PME GE 2013 2012 2011
Envoyer ou recevoir des e-mails 83% 93% 99% 84% 79% 80%
Chercher de l'information 79% 91% 95% 80% 78% 77%
Faire des opérations bancaires 73% 82% 86% 74% 72% 69%
Archiver des données via Internet 28% 39% 24% 29% 25% 23%
Faire des déclarations officielles (TVA, DIMONA, ISOC, etc.) 46% 72% 83% 47% 39% 35%
Envoyer des devis 39% 42% 35% 39% 35% 14%
Réserver des hôtels et des moyens de transport 34% 41% 73% 34% 36% 32%
Recevoir des factures électroniques 48% 64% 46% 49% 43% /
Envoyer des factures électroniques 32% 34% 24% 32% 25% /
Téléphoner (Skype, Google Talk, etc.) 23% 21% 26% 23% 20% 21%
Répondre à des offres de marchés publics 20% 31% 46% 21% 16% 17%
Suivre des formations à distance (eLearning) 18% 17% 48% 18% 16% 14%
Utiliser la visioconférence 13% 13% 36% 13% 9% 8%

Les usages les plus basiques d'Internet (courrier électronique, recherche d'info, consultation de sites ou encore e-Banking) plafonnent aux environs de 80% tandis que des usages "plus avancés" (facturation électronique, archivage de données dans le Cloud, déclarations obligatoires via Internet ou visioconférence) sont en réelle progression. Certaines de ces progressions sont davantage marquées au sein des grandes structures, parce que l'usage de ces technologies génère des économies d'échelle, mais aussi parce que les volumes d'information à traiter sont tels qu'ils nécessitent une automatisation de certaines tâches administratives.

L'indicateur "dématérialisation de documents à valeur légale" a été décomposé en 2 indicateurs qui sont respectivement la réception et l'émission de factures électroniques. Là encore, on observe que ces 2 usages plus avancés d'Internet sont loin d'être anecdotiques, puisque la réception de factures électroniques concerne désormais la moitié (49%) des entreprises régionales.

Cette évolution n'est pas sans lien avec la progression linéaire, ces deux dernières années, de l'archivage de données dans le Cloud. En effet, en Belgique les factures électroniques doivent êrtre conservées sur support numérique en respectant une série de prescrits légaux durant 7 ans.

Smartphones, BYOD et autres usages avancés

Indicateurs clés des usages avancés d'Internet au sein des entreprises wallonnes en 2013 (ensemble de la population de référence).
Usages avancés d'Internet TPE PME GE 2013 2012 2011
Achats en ligne 45% 55% 71% 45% 41% 41%
Vente en ligne 10% 12% 25% 10% 9% 9%
E-business (interconnexions informatisées avec des entreprises partenaires) 9% 18% 56% 10% 9% 9%
Fourniture d'une connexion au domicile de certains travailleurs 25% 16% 54% 24% 26% 16%
Présence de télétravailleurs réguliers dans l'entreprise 40% 51% 64% 40% 38% 38%
Connexions mobiles à Internet 31% 41% 82% 32% 29% 19%
Présence de BYOD au sein de l'entreprise (nouvel indicateur) 39% 37% 48% 38% / /
Présence de l'entreprise sur les réseaux sociaux 28% 24% 43% 28% 28% 29%

32% des entreprises wallonnes comptent au moins un travailleur qui se connecte à Internet en situation de mobilité (via smartphone, ordinateur portable ou encore via tablette) et environ 50% des travailleurs wallons disposent d'un téléphone mobile professionnel. Ce taux inclut les GSM/smartphones personnels utilisés partiellement ou totalement à des fins professionnelles, avec prise en charge totale ou partielle des coûts afférents par l'employeur). 22% disposent d'un smartphone.

Les usages de connexions mobiles à Internet portent encore essentiellement sur l'échange de courrier électronique (92%) et sur la consultation de sites web (71%). La consultation distante des données de l'entreprise représente seulement 33% des usages mobiles d'Internet. Par contre, on remarque une progression des usages de géolocalisation (Google Maps, localisation d'engins sur chantier, etc.) qui passent de 30% en 2012 à 42% en 2013.

Par ailleurs, 38% des entreprises wallonnes pratiquent une politique de BYOD (Bring your own Device), c'est-à-dire une politique d'inclusion des terminaux personnels des travailleurs (ordinateur, smartphone ou tablette) dans le parc informatique de l'entreprise. Les travailleurs ont donc la possibilité de connecter leur ordinateur, tablette ou encore smartphone personnel au réseau de l'entreprise et d'utiliser ceux-ci à des fins professionnelles. Ce phénomène est en progression de trois points par rapport au dernier baromètre.

La politque de BYOD permet à l'entreprise de se décharger d'une partie des coûts d'acquisition et de maintenance des matériels informatiques et télécoms, mais il répond également aux attentes des travailleurs eux-mêmes, puisqu'ils sont de plus en plus équipés et connectés à titre personnel. De ce fait, ils imaginent mal devoir se passer de leur smartphone ou de leur ordinateur portable dans le cadre professionnel ou encore de devoir travailler sur des terminaux professionnels moins performants que leurs terminaux personnels.

Le BYOD est d'autant plus d'actualité que 40% des entreprises wallonnes comptent désormais des télétravailleurs réguliers au sein de leur personnel.

Les achats en ligne

45% des entreprises wallonnes déclarent faire des achats en ligne. C'est 4 points de mieux qu'en 2012. Il s'agit principalement d'acquisition de fournitures.

Nature des achats en ligne effectués en 2013 par les entreprises wallonnes. Population: les 45% d'entreprises effectuant des achats en ligne. Le total est supérieur à 100% car les entreprises peuvent faire plusieurs types d'achats
Nature des achats en ligne 2013
Achats de produits/services liés au fonctionnement de l'entreprise (fournitures) 77%
Achats de produits/services liés à l'activité principale (matières premières) 41%
Achats de biens et de services immatériels (SaaS, etc.) 29%
Achats de services classiques prestés hors ligne 11%

L'intégration des achats électroniques dans le back-office semble avoir progressé en 2013. En effet, seulement la moitié (50%) des entreprises faisant des achats électroniques doivent ensuite les réencoder dans leur comptabilité tandis qu'en 2012, elles étaient encore 61%.

La taille de l'entreprise exerce une influence sur le fait d'acheter par voie électronique. Ainsi, les TPE sont 45% à effectuer des achats en ligne tandis que les PME et les GE affichent respectivement des taux de 55% et 71%. C'est une différence de 26 points entre les TPE et les GE.

Du point de vue sectoriel, les secteurs qui font le plus d'achats électroniques sont les TIC & Médias (72%), suivis par la Santé (59%) et la Distribution (58%). A l'autre bout du classement, on trouve, sans surprise, l'Agriculture (29%).

Powered by https://api.awt.be

Les freins aux achats en ligne

Ces freins varient peu d'une année à l'autre. C'est principalement l'inutilité perçue d'Internet comme canal d'approvisionnement qui bloque de nombreuses entreprises dans une éventuelle démarche d'e-achat.

Freins aux achats en ligne. Population de référence: les 55% des entreprises wallonnes n'ayant effectué aucun achat en ligne en 2013. Le total peut être supérieur à 100% car plusieurs freins peuvent coexister
Freins aux achats en ligne 2013
Inutilité perçue d'Internet comme canal d'approvisionnement 66%
Préfère voir la marchandise avant d'acheter 18%
Les fournisseurs ne le proposent pas ou envoient leurs délégués pour présenter les produits 9%
Trop complexe à mettre en oeuvre 9%
Craintes relatives à la sécurité des paiements effectués via Internet 3%

Néanmoins, il est rassurant de voir que l'inutilité perçue d'Internet comme canal d'approvisionnement régresse et que la crainte vis-à-vis des paiements en ligne devient de plus en plus marginale.

Vente en ligne

10% des entreprises wallonnes revendiquent une activité de vente en ligne via leur site web, et/ou, via eBay, et/ou via EDI, etc. Ce taux reste malheureusement stable depuis plusieurs années. L'AWT a d'ailleurs publié en avril 2014 une analyse originale des causes de cette stagnation pour aider les pouvoirs publics à faire bouger les choses dans le bon sens.

L'analyse de l'activité de vente en ligne des entreprises wallonnes proprement dite, en termes de publics ciblés, de types de commandes électroniques reçues, etc. fait l'objet d'une page e-commerce du présent Baromètre.

E-business

10% des entreprises wallonnes ont mis en oeuvre des interconnexions informatisées avec d'autres entreprises via VPN, extranet, EDI, etc. C'est un petit point de mieux qu'en 2012. Ce taux grimpe à 18% au sein des PME et à plus de 55% au sein des grandes entreprises.

Types d'interconnexions informatisées entre entreprises wallonnes en 2013. Population: les 10% d'entreprises wallonnes ayant mis en oeuvre des interconnexions informatisées. Le total est supérieur à 100% car les entreprises peuvent mettre en place plusieurs types d'interconnexions
Interconnexions informatisées entre entreprises 2013 2012
Extranet 54% 51%
VPN 45% 48%
EDI vrai 18% 13%
Web EDI 15% 14%

Les entreprises interconnectées retirent de nombreux avantages de cette mise en réseau, notamment l'amélioration des méthodes de travail et l'allègement des tâches administratives.

Avantages retirés par les entreprises wallonnes interconnectées en 2013. Population de référence: les 10% d'entreprises wallonnes ayant mis en oeuvre des interconnexions informatisées entre elles. Le total dépasse 100% car les entreprises interconnectées peuvent retirer simultanément plusieurs avantages de leur mise en réseau
Avantages retirés de l'interconnexion informatisée des entreprises wallonnes 2013
Amélioration des méthodes de travail 46%
Allègement des tâches administratives 35%
Aucun avantage particulier 20%
Réduction des coûts de fonctionnement 19%
Réduction des stocks 12%
Réduction des délais de livraison 12%
Réduction du personnel 4%
Réduction du nombre d'intermédiaires 4%
Réduction des délais de production 4%
Accès à de nouveaux marchés 3%
Automatisation de l'approvisionnement 2%

A contrario, 76% de ces mêmes entreprises déclarent qu'elles n'ont pas rencontré de difficulté particulière lors du passage en réseau avec leurs partenaires. Cela tient au fait que les liaisons principalement mises en oeuvre sont des extranet et des VPN, lesquels posent habituellement beaucoup moins de problèmes que les liaisons de type "workflow" entre plusieurs ERP, par exemple.

Parallèlement, les difficultés rencontrées sont centrées sur l'implémentation et le changement des systèmes d'information dans le cadre de la mise en réseau:

  • obligation de réformer les méthodes de travail à cause du nouveau système informatique: 25%;
  • bugs rencontrés juste après l'implémentation de nouveaux logiciels: 15%;
  • implémentation longue et difficile de progiciels de gestion (ERP, EDI, etc.): 9%;
  • changements opérés au sein du système informatique de l'entreprise: 9%.

Les difficultés rencontrées par les entreprises interconnectées ne se retrouvent pas dans les freins évoqués par les 90% d'entreprises ne pratiquant pas l'e-business. C'est à nouveau l'inutilité perçue de la technologie qui "explique" l'absence d'interconnexions informatisées avec les partenaires. Cela démontre à nouveau deux choses:

  • un travail d'information quant aux réelles difficultés et opportunités qu'implique l'e-business reste à faire auprès d'un grand nombre d'entreprises locales;
  • les secteurs leaders de l'e-business (Distribution, Autres Industries, Garages (pièces et accessoires) et TIC) sont, jusqu'ici, de petits secteurs de l'économie régionale, dont les enjeux et les contraintes sont spécifiques par rapport à l'ensemble des entreprises locales. Pour répandre les bonnes pratiques en la matière, il faudrait mettre en lumière des témoignages d'entreprises appartenant à des secteurs plus larges de l'économie wallonne, de sorte qu'un plus grand nombre d'entreprises puissent s'identifer à ces "case studies".
Portail de la Région wallonne