Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 11 décembre 2016

En route vers l'économie numérique avec l'initiative i2010

Avec le plan i2010, Société Européenne de l'Information pour 2010, la Commission européenne vient de lancer une nouvelle initiative visant à dynamiser le secteur TIC comme relais de la croissance
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 06/06/2005 | Imprimer | Envoyer

Confrontée au défi d'une croissance économique anémique dans plusieurs Etats de l'Union, la Commission européenne entend conférer une impulsion nouvelle au secteur des TIC. Partant du constat que les TIC constituent des outils stratégiques pour stimuler l'économie européenne mais que le potentiel de ceux-ci est encore sous-estimé dans la pratique, l'exécutif européen vient d'annoncer le lancement d'une initiative spécifique baptisée "Société Européenne de l'Information pour 2010".

Un plan quinquenal au service de la croissance économique et de l'emploi

Le plan i2010 constitue la première initiative européenne sectorielle d'ampleur depuis l'adoption de l'agenda de Lisbonne. De ce point de vue, i2010 prend clairement la dimension des changements technologiques, économiques et juridiques qui remettent aujourd'hui en cause l'organisation du secteur TIC.

Le phénomène de convergence numérique qui s'opère rapidement entre l'industrie des télécommunications et celle des médias, bouscule, en effet, les frontières traditionnelles établies jusqu'alors et rappelle qu'une ère nouvelle est en train de s'ouvrir pour les industries du secteur de l'infocommunication.

Quelques chiffres donnés par la Commissaire Viviane Reding donnent la mesure de ces changements rapides:

  • le marché de la téléphonie numérique de troisième génération (UMTS) qui n'existait pas en 2002, représentait déjà 23 millions d'euros en 2003 et a dépassé 150 millions d'euros en 2004,
  • le marché européen des contenus en ligne pourrait être multiplié par 3 au cours des prochaines années pour atteindre 30 milliards d'euros en 2008,
  • le marché européen des contenus de personnalisation pour téléphones mobiles était de 1,5 milliards d'euros en 2004,
  • les utilisateurs allemands de téléphones mobiles ont dépensé 360 millions d'euros en téléchargements de sonneries en 2004,
  • au Japon et en Corée, les citoyens passent aujourd'hui davantage de temps devant leur ordinateur, leur téléphone mobile ou encore leur console de jeu que devant la télévision,
  • les services de VoIP sont en train de se développer extrêmement rapidement. Skype, l'un des leaders mondiaux de la téléphonie sur Internet revendique actuellement 150000 utilisateurs supplémentaires par jour.

Alors que les différents acteurs mondiaux se livrent une compétition acharnée, l'industrie européenne des TIC dispose pourtant d'un réel potentiel. Ces qualités doivent ainsi permettre aux entreprises européennes du secteur TIC de répondre aux multiples défis qui leur sont lancés depuis l'Asie ou les Etats-Unis pour la conquête des marchés de demain. Le secteur d'activité TIC compte, en effet, pour 40% des gains de productivité en Europe (60% aux Etats-Unis) et représente 8% du PIB de l'Union européenne. Afin de renforcer l'industrie des TIC en Europe, il est nécessaire que l'ensemble des acteurs puissent cependant disposer d'un environnement adapté à leurs besoins. Cette exigence constitue un préalable indispensable pour une croissance forte et durable ainsi que pour le maintien d'emplois qualifiés sur le continent européen.

C'est dans cette perspective qu'a été lancée l'initiative i2010. Celle-ci est bâtie sur 3 piliers qui sont fondés sur:

  • une combinaison des différents instruments de régulation du marché en vue de créer un environnement favorable au développement d'une économie européenne numérique dynamique,
  • une mobilisation des outils européens en matière de recherche et développement dans le but de renforcer les capacités d'innovation et d'industrialisation au sein des entreprises,
  • une participation de tous les citoyens européens à la société de l'information en réduisant la fracture numérique et en utilisant les outils TIC en vue d'améliorer la qualité de vie de chacun.

Moderniser le cadre réglementaire pour favoriser un marché ouvert des services TIC

Le premier pilier de l'initiative i2010 a pour principal objectif de permettre le développement d'un marché ouvert et concurrentiel au sein de l'UE pour l'offre de services TIC. Les institutions europénnes, ainsi que les Etats membres, ont déjà activement travaillé, depuis 1999, à la mise en place d'un cadre juridique adapté que ce soit en matière de commerce électronique ou de redéfinition du droit des communications électroniques.

Toutefois, la rapidité de l'innovation technologique, qui brouille aujourd'hui les anciennes lignes de partage entre les secteurs de l'infocommunication, rend nécessaire une modernisation des règles applicables dans l'industrie des réseaux et des contenus numériques. A cette fin, l'initiative i2010 identifie donc des domaines qui devront être considérés comme prioritaires de ce point de vue.

Ces différents domaines concernent:

  • La mise en place d'une politique de gestion efficace du spectre radioélectrique (2005),
  • l'adaptation du cadre juridique applicable aux services audiovisuels (fin 2005),
  • la révision de l'environnement réglementaire concernant le secteur des communications électroniques (2006),
  • la définition d'une stratégie visant à assurer la sécurité de la société de l'information (2006),
  • la mise en oeuvre d'une approche globale pour la gestion efficace et interopérable des droits numériques (2006-2007).

L'objectif annoncé par l'exécutif européen est clairement de rattraper le retard européen en matière d'accès à très haut débit. En effet, la Commission européenne souhaite qu'en 2010, 50% de l'ensemble des foyers européens soient connectés à des réseaux très haut débit d'une capacité d'au moins 10Mbits/s.

Mobiliser les ressources pour les projets de R&D dans le secteur TIC

Le second pilier de l'initiative i2010 est fondé sur le renforcement des capacités de la R&D en Europe. L'objectif politique est notamment d'accroître de 80% les investissements de l'UE dans la R&D concernant les TIC et leurs applications d'ici à 2007.

A titre de comparaison, alors que l'Europe n'investit que 80 euros par habitant dans la R&D relative aux TIC, les Etats-Unis en dépensent 400 et le Japon 350. Ce renforcement des capacités de la R&D européenne ne peut, par ailleurs, se limiter à de simples mesures budgétaires mais doit également passer par une mobilisation de l'ensemble du tissu économique, notamment via une meilleure inclusion des PME dans ces projets. L'exécutif européen souligne, par ailleurs, la qualité des projets européens de R&D et salue les résultats obtenus en matière d'industrialisation de ces programmes.

L'accent doit donc être mis sur les domaines où l'avance des entreprises européennes est encore effective, tels que la nanoélectronique, les systèmes embarqués ou encore les communications mobiles.

Utiliser les TIC comme facteur de cohésion sociale

Le troisième pilier de l'initiative i2010 entend garantir la participation de tous les citoyens européens à la mise en place de la société de l'information. Au premier rang des objectifs politiques en ce domaine, figure donc la lutte contre la fracture numérique, que celle-ci soit géographique ou sociale.

Les entreprises européennes sont également appelées à lutter contre le fossé numérique, tant vis-à-vis de leurs employés, au travers de plans de formation, que via des actions citoyennes permettant de réduire les écarts entre ceux qui ont accès à l'information et ceux qui ne disposent pas de cette facilité. Toutefois, le plan i2010 ajoute à cette dimension citoyenne des TIC, des objectifs sociétaux majeurs. Dans cette perspective, trois actions spécifiques seront lancées. Elles visent toutes à l'intégration des TIC dans la vie quotidienne des citoyens européens dans un objectif de cohésion sociale.

Ces actions concernent plus spécifiquement les domaines suivants:

  • les technologies pour une société vieillissante, via notamment le monitoring et la réalisation d'analyses médicales à distance à l'aide des réseaux très haut débit,
  • les systèmes de transport intelligents (ITS), afin de rendre nos véhicules plus sûrs, plus intelligents et plus propres dans le cadre d'un environnement informatique pervasif,
  • les bibliothèques numériques afin de préserver les identités et les différentes cultures des peuples d'Europe.

Pour en savoir plus

  • i2010: European information society 2010 Lien externe
    Programme de la Commission européenne visant à favoriser une économie numérique ouverte et compétitive, et à mettre en évidence les TIC comme moteur pour l'inclusion et la qualité de vie. Pilier du partenariat renouvelé de Lisbonne pour la croissance et l'emploi, i2010 élaborera une approche intégrée de la société de l'information et des politiques audiovisuelles dans l'UE
    http://europa.eu.int/information_society/eeurope/i2010/index_en.htm
Portail de la Région wallonne