Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 10 décembre 2016

La fracture numérique recule, mais il faut poursuivre les efforts

Lors de la conférence de presse de l'AWT sur les usages TIC 2005 des citoyens wallons, la Ministre des Technologies nouvelles, Marie-Dominique Simonet, a souligné les progrès réalisés tout en appelant à poursuivre la lutte contre l'e-exclusion
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 18/05/2006 | Imprimer | Envoyer
Ce focus d'actualité reprend l'essentiel de l'intervention de la Ministre lors de la conférence de presse du 18 mai 2006. Retrouvez également cette intervention en PodCast, via le fil RSS de l'AWT.

Réduction de la fracture numérique

Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens. La simplicité des interfaces et la puissance des équipements disponibles ont favorisé le développement spectaculaire des contenus disponibles sur les réseaux. Musique, films, actualités, articles scientifiques, services administratifs: l'information accessible par Internet s'adresse désormais à toute la population.

Mais l'extraordinaire extension de ces technologies a généré dans nos sociétés modernes un phénomène dont on mesure depuis peu le caractère problématique: la fracture numérique. La question de la fracture numérique apparaît trop souvent anecdotique au regard d'autres problèmes de société. Or, la lutte contre cette fracture n'est ni un luxe technologique, ni une " politique gadget ". L'enjeu de cette lutte est au contraire démocratique.

En effet, cette fracture connaît un double mouvement:

  • d'une part, elle a tendance à se réduire au rythme des nouveaux utilisateurs qui adoptent chaque jour les services en ligne;
  • d'autre part, le risque est grand de la voir s'approfondir dans la mesure où le développement de ces services isole un peu plus chaque jour les citoyens qui n'ont pas accès à ces contenus.

C'est la raison pour laquelle les pouvoirs publics, tant au niveau européen, fédéral que régional, ont décidé de se mobiliser autour de cette question. Mais avant de sonder les causes de cette fracture numérique et de proposer des initiatives visant à la réduire, il est indispensable d'être à même de la mesurer avec précision. C'est là toute l'importance du travail d'observation des usages TIC effectué par l'AWT au travers de ces enquêtes sur toute la Région wallonne.

Enquête sur l'usage TIC 2005 des citoyens wallons: constat

Quels enseignements et quelles perspectives pouvons-nous en tirer ? Tout d'abord, l'année 2005 est globalement un très bon cru! Ces 12 derniers mois, la diffusion de ces technologies de l'information et de la communication s'est encore accentuée dans toutes les couches de la population wallonne.

On retiendra deux chiffres significatifs:

  • alors qu'un palier semblait avoir été atteint en 2003 et 2004, 63% des ménages wallons disposent à présent d'un ordinateur, soit une croissance annuelle de 8 points en valeur absolue;
  • par ailleurs, 64% des Wallons de plus de 15 ans ont utilisé Internet au cours de l'année 2005, soit cette fois une croissance de 10 points.

Phénomène intéressant à souligner: ces bons résultats tirent vers le haut le marché de la téléphonie fixe, "boosté" par l'utilisation de l'ADSL à domicile.

Mais ces chiffres encourageants ne doivent pas masquer une série de problèmes persistants. Tout d'abord, l'écart entre les hommes et les femmes face à l'usage d'Internet demeure sensible bien que cet écart tend à diminuer au fil des années . En particulier, la catégorie des femmes seules doit être un point d'attention particulier. En effet, elles ne sont que 30% à avoir utilisé Internet en 2005 et même si cela constitue une croissance relative de 58% par rapport à 2004, ce chiffre reste préoccupant. Plus globalement, on observe que la fracture numérique dépend, encore et toujours, fortement et linéairement du niveau d'études et du niveau de vie des Wallonnes et des Wallons

Du constat à l'action

Face aux enjeux soulevés par cette problématique, les Gouvernements de la Région wallonne et de la Communauté française n'ont certes pas ménagé leur peine. Ils se sont inscrits de manière très volontariste dans le Plan national de lutte contre la fracture numérique.

A titre d'exemples, on relèvera quelques-unes des initiatives en cours:

  • les espaces publiques numériques (EPN) visant à aménager dans les communes des lieux accessibles à la population disposant d'ordinateurs connectés à Internet,
  • le plan mobilisateur aux TIC (PMTIC) destiné aux demandeurs d'emploi peu familiarisés avec ces technologies et souhaitant s'y former,
  • le projet "Cyber-Classes" ayant pour objectif que soit déployé en Communauté française un ordinateur pour 15 élèves.

Tenant compte des résultats des enquêtes des années précédentes, un travail de promotion de l'usage des TIC auprès des populations défavorisées a été entamé. Ce travail a été confié à l'Agence wallonne des télécommunications. Le succès qu'a rencontré la dernière campagne télévisuelle initiée par l'agence "Juliette, Reine du Net" encourage à persévérer dans ces démarches de sensibilisation. A ce titre, l'AWT doit poursuivre et intensifiee la diffusion ciblée de son CD-Rom pédagogique "Petits et grands, tous devant l'écran" et ce afin de permettre à un maximum de nos concitoyens de ne pas manquer le train de la société de la connaissance.

Par ailleurs, il a été décidé de mettre en place, via la SOFICO et le MET, un Intranet francophone organisé autour du réseau de fibres optiques de la Région wallonne et mis à la disposition des universités, des hôpitaux, de la RTBF, des administrations, des PME, etc. La convention annoncée la semaine dernière entre BELNET et la SOFICO pour le raccordement des hautes écoles wallonnes à l'Internet à très haut débit constitue une brique supplémentaire dans l'édification de ce réseau régional. Cet Intranet francophone contribueraà la généralisation de l'usage des TIC dans l'ensemble de la société wallonne.

Pour en savoir plus

Portail de la Région wallonne