Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mardi 27 septembre 2016

Prototype concluant pour le Réseau Santé Wallon

Les télécommunications fournissent une opportunité exceptionnelle pour faciliter l'échange de données médicales en raccourcissant les délais de transfert entre professionnels des soins de santé et en garantissant un service au patient plus efficient
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 30/03/2007 | Imprimer | Envoyer

La FRATEM (Fédération Régionale des Associations de Télématique Médicale) a présenté une démonstration très convaincante du prototype de Réseau de Santé Wallon (RSW). Cette présentation s'est déroulée ce samedi 24 mars 2007 au CHU André Vésale de Charleroi devant un parterre constitué essentiellement de représentants des diverses institutions hospitalières de notre région et de médecins généralistes. Elle a été précédée de la présentation d'un projet analogue déjà opérationnel en France: le projet RIPAM pour Réseau d'Information Patient de l'Ardèche Méridionale. Un large débat a conclu la matinée et a permis d'évoquer non seulement les étapes suivantes du projet wallon mais aussi les problèmes étiques et liés à la protection de la vie privée que soulève un tel réseau.

Vers un partage en douceur du dossier médical informatisé

Chaque fois qu'un patient subit des examens ou des traitements dans plusieurs hôpitaux, le partage des données entre les différents intervenants et le médecin généraliste repose sur l'envoi de courriers papier et de plus en plus souvent électroniques entre ces différents prestataires de soins. Toutefois, pratiquement aucun de ceux-ci ne dispose d'une vue globale sur le dossier médical du patient. Chacun est donc obligé de poser des actes en ignorant parfois certaines données ou en prescrivant de nouveaux examens et analyses qui peuvent être redondants avec d'autres effectués précédemment ailleurs.  Outre les désagréments pour le patient, ces déficiences d'informations sont aussi génératrices de pertes de temps et de coûts supplémentaires.

L'idée de rassembler les données au sein d'un dossier médical informatisé (DMI) partagé n'est pas neuve et fait depuis plusieurs années l'objet d'une réflexion au niveau fédéral. L'originalité du Réseau Santé Wallon c'est de proposer une approche décentralisée de ce dossier en fédérant les DMI des hôpitaux et des généralistes plutôt qu'en instituant un DMI centralisé.  En fait, les informations détaillées du DMI restent localisée chez les prestataires de soins qui ont posé les actes médicaux. Seul un index global est constitué et stocké sur les serveurs du RSW.  Ainsi, chaque prestataire concerné par un patient peut interroger le serveur et recevoir la liste des documents (résultat de radiologie, rapport d'hospitalisation, rapport de consultation, etc.) qui y ont été référencés pour ce patient. S'il juge utile de consulter un document, il peut, au travers du RSW, requérir ce document auprès du serveur local du prestataire ayant rédigé le document et l'obtenir en quelques instants.

Cette approche décentralisée présente de nombreux avantages:

  • La mise en place du RSW ne nécessite pas de base de données nouvelle hormis l'index centralisé et la gestion des droits d'accès;
  • Les DMI des hôpitaux et des généralistes ne doivent pas être remplacés. Seule une passerelle avec le RSW doit être mise en place afin de permettre l'échange des données sous un mode sécurisé;
  • Chaque prestataire reste "maître" de ses données qui ne sont diffusées que lorsque cela est réellement nécessaire et après vérification des droits d'accès du demandeur;
  • Les passerelles, qui implémentent en fait le concept de "service web sécurisé", sont largement génériques et utilisent des technologies très standardisées;
  • Le format des données échangées est le format Kmehr-Bis  (Kind messages for electronic healthcare record - Belgian implementation standard) prôné au niveau fédéral et lui-même dérivé de la norme européenne ENV13606; 
  • L'intégration de nouveaux acteurs (hôpitaux, généralistes, laboratoires, autres prestataires de soins, etc.) dans le réseau peut s'effectuer progressivement et sera facilitée par la diffusion des passerelles adaptées aux différents DMI présents sur le marché.
Il est à noter qu'un principe fondamental du RSW réside dans le contrôle d'accès que pourra exercer le patient lui même. En effet, un professionnel de la santé ne pourra accéder aux données disponibles via le RSW qu'avec le consentement formel du patient, lequel devrait disposer à terme d'une interface lui permettant de contrôler l'accès à son dossier.

Une démonstration très convaincante

Le prototype présenté réalise dès à présent l'interconnexion des DMI de 6 hôpitaux wallons:
  • Centre Hospitalier Peltzer La Tourelle de Verviers;
  • CHU de Liège;
  • Hôpitaux Saint-Joseph, Sainte-Thérèse et IMTR de Charleroi;
  • CHU de Charleroi;
  • CHU André Vésale (Montigny-Le-Tilleul);
  • Clinique Saint-Luc à Bouge (Namur).

Bien entendu, dans le cadre de la phase prototype, seules des données fictives sont échangées. L'assistance a cependant pu voir comment le dossier d'un patient a pu être manipulé dans les DMI spécifiques de quatre de ces hôpitaux et s'est enrichi de documents produits par chacun d'eux puis a finalement été consulté au travers du DMI d'un généraliste.

Profiant de ces développements, l'Union médico-hospitalière du Tournaisis qui gère 3 hôpitaux dans l'ouest de la Wallonie, a dès à présent décidé d'utiliser ce système pour interconnecter ses trois unités à l'intérieur d'un réseau local dédicacé en s'épargnant ainsi de fusionner les DMI des trois institutions.

Un projet fédérant de nombreux acteurs

On l'aura noté, le Réseau Santé Wallon est aussi original par le fait qu'il se construit d'abord par les acteurs de terrain tout en s'allignant sur les normes édictées au niveau fédéral.

La FRATEM, actuellement une association de fait, sera sous peu constituée en ASBL et se dotera d'un comité de surveillance rassemblant des représentants des organes représentatifs des patients, des médecins, des hôpitaux et des services publics. Ce comité vérifiera la conformité des activités du Réseau Santé Wallon par rapport à son règlement interne et au respect de la Vie Privée. L'association regroupe actuellement:

  • ACTH, Association Carolorégienne de Transmission Hospitalière;
  • ALTEM, Association Liégeoise de Télématique Médicale;
  • ANATEM, Association Namuroise de Télématique Médicale;
  • MEDITEL, Association de Télématique médicale de l'Arrondissement de Verviers;
  • UMT, Union Médicale Tournaisienne.
Le démonstrateur étant à présent réalisé, la phase suivante du projet verra se concrétiser au cours des années 2007 et 2008:
  • l'élargissement à 10 au moins du nombre d'hôpitaux connectés et le développement de passerelles pour 3 logiciels DMI de généralistes;
  • la validation des spécifications par l'Ordre des Médecins;
  • la validation des spécifications par la Commission de la Vie Privée;
  • l'intégration de la signature électronique;
  • la gestion du lien thérapeutique associant médecin et patient dans le temps.

Ces derniers développements permettront de passer à l'échange de données réelles fin 2008.

Pour en savoir plus

  • Réseau santé wallon (RSW) Lien externe
    Le réseau Santé Wallon vise à interconnecter les dossiers médicaux informatisés des médecins, pour faciliter la continuité des soins. Les médecins participent sur une base volontaire
    http://www.reseausantewallon.be
Portail de la Région wallonne