Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mercredi 7 décembre 2016

Solutions de paiement en ligne: comment choisir?

Si le paiement par carte de crédit reste évidemment dominant sur Internet, de nombreux autres modes de paiements, peuvent être employés lors de transactions de commerce électronique. Il est d'ailleurs recommandé d'en proposer plusieurs.
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 03/03/2008 | Imprimer | Envoyer

Il n'existe pas de mode de paiement pouvant convenir idéalement à tous les sites de commerce électronique. Compte tenu des avantages et inconvénients de chaque système, le choix des solutions techniques à mettre en place doit prendre en compte différents éléments:

  • le profil et de l'origine de la clientèle visée. Si la clientèle ciblée est jeune, il est recommandé de proposer d'autres moyens de paiement que la carte de crédit. Si elle est plutôt technophile, des paiements du type Paypal peuvent être envisagés. Par contre, si elle ne l'est pas, il est opportun de proposer une solution "off-line" par virement ou à la livraison. Si la clientèle est majoritairement nationale, on proposera les cartes de débit et les communications surfacturées. Si par contre elle est internationale, les paiements par cartes de crédit et via Paypal devraient être privilégiés;
  • la notoriété du cybercommerçant auprès de la clientèle et sa stratégie. S'agit-il juste dans un premier temps de tester la propension de la clientèle existante à commander en ligne? D'une décision stratégique de migrer à terme vers une activité majoritairement en ligne? Ou le lancement d'une nouvelle activité? Pour rassurer le client, il est opportun de proposer plusieurs moyens de paiement, dont des méthodes classiques telles que le paiement en liquide à la livraison. Par contre, il est concevable de tester l'e-commerce à l'international en se contentant juste de PayPal dans un premier temps;
  • le nombre de transactions estimé par mois (vente occasionnelle ou ventes journalières) et son évolution à moyen terme. Si le volume est faible dans un premier temps, privilégier les systèmes avec des coûts d'installation et des abonnements faibles, tels que Paypal, plutôt que les paiements par carte de débit ou de crédit;
  • la valeur minimale et moyenne du panier d'achat et la marge relative que le cybercommerçant peut consacrer aux commissions de paiement. Si la marge est faible, exclure les communications surfacturées. Celles-ci conviennent par contre très bien pour les micro-paiements. Il en est de même pour les systèmes de paiement par e-mail. Pour des montants plus importants, les paiements par carte de débit engendrent les commissions proportionnellement les moins importantes;
  • les facilités d'intégration de la solution technique de paiement tant dans le site d'e-commerce que dans le back-office (l'outil de suivi des commandes, etc.). Il est important de réduire au strict minimum les encodages manuels. Il faut tenir compte du système de publication Web utilisé. A moins de disposer de compétences pointues en interne, le recours aux services d'un PSP est généralement incontournable. Ceux-ci proposent des kits "universels" à intégrer sur son site d'e-commerce, prévus techniquement pour accepter plusieurs solutions (par exemple: cartes de crédit + cartes de débit + Tunz + Paypal multi-solutions). Ces solutions sont activées à la carte, en fonction du choix exprimé par le client. Les solutions "paiements par e-mail" sont les plus faciles à mettre en œuvre si le cybercommerçant souhaite rapidement vendre en ligne sans passer par un intermédiaire. De plus, comme le paiement par carte de crédit, ce système présente l'avantage de permettre au vendeur de rembourser aisément le client en cas de rétraction;
  • la nature du produit ou service proposé. Si le produit est très convoité (par exemple du matériel électronique) ou dématérialisé (musique, logiciel, etc.), suivre plus particulièrement les recommandations en matière de fraude publiées dans ce dossier. Les communications surfacturées conviennent surtout pour des produits au coût unitaire fixe et lorsque le client souhaite être servi immédiatement.

Ces quelques critères, ainsi qu'un petit coup d'œil sur les choix opérés par les éventuels concurrents déjà présents en ligne, permettront au cybercommerçant d'exclure des moyens de paiement parmi ceux présentés dans ce dossier et d'établir une short-list de moyens de paiement adéquats. Il en retiendra 2 ou 3 autant que possible, en fonction du coût final du service qu'il réussira à négocier avec les intermédiaires prestataires, mais aussi des facilités proposées qui peuvent engendrer des gains significatifs en temps de gestion (intégration avec la comptabilité, traitement des rétractions d'achat, etc.).

Il peut aussi être très judicieux de proposer au client une large gamme de solutions, en ligne et "traditionnelles", mais d'appliquer une grille tarifaire qui habilement incite le client à privilégier les modes de paiement les plus sûrs et les moins coûteux pour le vendeur. Les sites Internet des grands noms de la vente par correspondance peuvent servir d'excellentes sources d'inspiration pour établir une stratégie commerciale en la matière.

Portail de la Région wallonne