Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 1 octobre 2016

E-learning aux Cliniques Saint-Luc

Les Cliniques Saint-Luc de Bruxelles ont lancé en 2006 un dispositif e-learning qui permet de former un personnel exerçant différents métiers, à des horaires variés, de jour comme de nuit. Une solution innovante pour une institution innovante!
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 11/07/2008 | Imprimer | Envoyer

Contexte du projet

Les Cliniques universitaires Saint-Luc ont toujours marqué un intérêt pour les applications TIC, ce qui leur permet de demeurer à la pointe dans leur domaine d'expertise. Parmi leurs multiples préoccupations figure la formation continue du personnel soignant, garante d'une amélioration constante de la qualité des soins.

La formation au sein des hôpitaux est essentielle, mais très difficile à mettre en oeuvre, le personnel travaillant à flux tendu et ne pouvant se libérer facilement des unités de soins. Il convient ainsi de concilier deux exigences: préserver la présence du personnel au chevet des patients, tout en lui permettant de se former sans désorganiser et alourdir le travail d'équipe.

Dans ce contexte, l'e-learning s'est imposé comme une solution prometteuse et complémentaire à la formation traditionnelle. Les Cliniques Saint-Luc ont donc décidé de développer une plateforme e-learning sur mesure, en partenariat avec Belgacom et Mopsys, afin de permettre au personnel soignant de se former à son rythme, quand et où il le souhaite, tout en tenant compte de ses multiples contraintes, notamment temporelles. Si le contenu a été développé en interne par des experts "contenu" (du personnel de référence), les aspects techniques ont été externalisés. Belgacom prend en charge les aspects logistiques (hébergement et maintenance de la plateforme e-learning) et Mopsys a développé les modules e-learning sur base des éléments de contenu fournis par les Cliniques Saint-Luc.

Prestataires e-learning dans la base de données Vigie

Quatre axes pour autant d'enjeux majeurs

Au total, 10 modules d'auto-formation en ligne ont été développés sur mesure et mis à disposition du personnel des Cliniques Saint-Luc. Ils sont articulés autour de quatre axes stratégiques:

  1. accueil des nouveaux entrants;
  2. hygiène hospitalière;
  3. DIRHM (Données Infirmières du Résumé Hospitalier Minimum);
  4. gestion de la douleur.

Accueil des nouveaux entrants

Ce module facilite l'intégration du personnel qui vient d'être engagé et accélère le délai nécessaire pour qu'il soit opérationnel, puisqu'il fournit toutes les informations pratiques dont il a besoin pour commencer à travailler:

  • comment se rendre aux Cliniques Saint-Luc en métro?
  • comment obtenir son adresse e-mail?
  • où retirer son badge?
  • où peut-on manger à midi?
  • etc.

Il s'adresse à tout le personnel de l'hôpital: personnel administratif, médical et soignant. Si ce module est disponble en ligne, il est également distribué sur CD. D'une part, pour permettre aux nouveaux engagés de prendre connaissance des informations contenues dans ce module, au domicile et avant de commencer à travailler. D'autre part, parce qu'il faut avoir accès à l'Intranet pour se connecter à la plateforme e-learning.

Hygiène hospitalière

Cette thématique cruciale est découpée en quatre modules destinés à sensibiliser et former tout le personnel soignant à la qualité et à la sécurité des soins, c'est-à-dire toutes les personnes qui entrent en contact avec les patients (5000 personnes, dont 2000 infirmiers et infirmières):

  1. introduction générale aux infections nosocomiales;
  2. hygiène des mains;
  3. MRSA;
  4. clostridium difficile.

Les infections nosocomiales sont les maladies contractées à l'hôpital. Il s'agit d'un enjeu essentiel et d'un challenge quotidien pour tous les hôpitaux. L'objectif de ces modules est d'empêcher que le personnel transporte des maladies d'un patient vers un autre. Si le premier module est axé sur la sensibilisation aux maladies nosocomiales, le second consacré à l'hygiène des mains est beaucoup plus pratique, puisqu'il explique dans quel cas il faut se laver les mains et comment. Quant aux MRSA et Clostridium difficile, il s'agit de deux bactéries, qui font chacune l'objet d'un module complet.

DIRHM (Données Infirmières du Résumé Hospitalier Minimum)

Ce troisième axe concerne la codification de l'activité du personnel infirmier et notamment le RIM (Résumé Infirmier Minimum). Le RIM permet une inventorisation stricte de tous les actes posés par le personnel soignant à l'égard des patients. Il s'agit d'une contrainte légale imposée par le SPF Santé: quatre fois par an le personnel infirmier doit encoder les actes posés: prises de sang, changement de pansements, etc.. D'autre part, cet inventaire est capital puisqu'il a un impact sur le financement de l'hopital. En effet, le financement public des hôpitaux est calculé sur base du RIM, qui s'adresse au personnel infirmier et du RCM (Résumé Clinique Minimum), qui s'adresse quant à lui aux médecins. Il est, par conséquent, crucial de sensibiliser le personnel infirmier à l'importance du RIM et à la manière de le faire correctement. En outre, cette année, les règles de codage ont changé.

Gestion de la douleur

Ce dernier axe thématique, également découpé en quatres modules, est consacré à la douleur et à sa gestion:

  • qu'est-ce que la douleur?
  • comment la quantifier et l'évaluer?
  • comment gérer la douleur du patient?
  • comment la prendre en charge au mieux?
  • etc.

Cette approche en ligne est complémentaire au travail des infirmières de référence qui font le tour des différents services pour sensibiliser leurs collègues à la gestion de la douleur.

Une structure pédagogique adaptée au personnel soignant

La structure pédagogique des modules e-learning a fait l'objet d'une réflexion approfondie avec le partenaire Mopsys, tandis que Telindus a fourni l'infrastructure technique (plateforme et outils e-learning). Il s'agit de modules courts, ne nécessitant pas plus de 30 minutes chacun, afin de s'adapter au mieux aux conditions de travail du personnel et à leurs contraintes horaires. Le personnel peut ainsi retourner rapidement au chevet des patients. En outre, chaque module est découpé en petites unités et peut être interrompu facilement.

Les modules sont systématiquement divisés en deux parties:

  • une partie théorique: riche en animations (images, schémas, vidéo), afin de rendre le module dynamique et didactique,
  • une partie pratique: articulée autour d'exercices sous forme de jeux interactifs, ce qui constitue une garantie de convivialité pour l'utilisateur.

La dimension conviviale, dynamique et interactive est importante car l'informatique ne fait pas partie de l'environnement naturel du personnel soignant. L'introduction de modules e-learning au sein d'un hôpital était donc un défi supplémentaire que les Cliniques universitaires Saint-Luc ont relevé avec brio: après un premier contact souvent emprunt de réticence, le personnel déclare que "les modules sont sympas, faciles à utiliser et intuitifs".

Les projets à venir

De nouveaux challenges se présentent maintenant:

  • améliorer l'accessibilité;
  • développement de nouveaux modules;
  • mise en place d'un système de "reporting";
  • accréditation des modules.

Actuellement un tiers du personnel soignant a un accès direct à un ordinateur. En outre, des bornes numériques sont installées à plusieurs endroits au sein de l'hopital. D'autres sont en cours d'installation. De nouveaux ordinateurs sont distribués dans différents services et dans des salles informatisées. La palette des possibilités de connections est donc riche et en constante évolution.

Les modules e-learning mis en place sont essentiellement à destination du personnel soignant. A l'avenir, l'offre pourrait s'enrichir de modules plus administratifs, notamment en bureautique. A terme, un outil de "reporting" pourrait être mis en place afin d'évaluer les pratiques, les besoins et d'orienter les développements et procédures. Le "reporting" est également en lien avec le projet d'accréditation des modules e-learning, qui seraient dès lors valoriser pour la formation continue du personnel soignant. Ce dernier incitant viendrait renforcer la stratégie de communication et de dissémination mise en place au sein de l'hôpital pour diffuser la plateforme e-learning et favoriser l'utilisation des modules en ligne par le personnel soignant.

Pour en savoir plus

Portail de la Région wallonne