Agence Wallonne des Télécommunications, la plateforme ICT de la Wallonie

jeudi 20 novembre 2014

Agoria crée la plateforme eHealth

Les TIC pour des soins de santé plus efficaces et de meilleure qualité. Grâce à la plateforme "eHealth" qu'elle vient de mettre en oeuvre, Agoria entend développer les connaissances et l'innovation dans ce domaine
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 23/02/2006 | Imprimer | Envoyer

Les soins de santé belges jouissent d'une réputation solide. Notre pays compte parmi les meilleurs au monde en ce qui concerne l'accessibilité aux soins et les listes d'attente sont quasi nulles. Or, contrairement aux idées reçues, la Belgique enregistre de moins bons résultats que d'autres pays européens dans les classements internationaux. Nous pouvons certainement faire mieux au niveau de la diffusion d'informations au patient, des résultats généraux et de notre efficacité.

La mise en œuvre d'applications TIC permettrait d'enregistrer beaucoup de progrès en la matière. Grâce à la "eHealth Platform" qu'elle a créée récemment, Agoria entend développer les connaissances et l'innovation dans ce domaine.

A la fois meilleur et mauvais élève

La Belgique jouit d'une réputation solide dans le domaine des soins de santé. Comparé à d'autres états, notre pays affiche une des meilleures accessibilités aux soins médicaux. Les listes d'attente sont pour ainsi dire inexistantes et la satisfaction générale des patients est très élevée. De plus, la Belgique peut être satisfaite de son expertise médicale. C'est ce qui ressort d'une enquête d'Agoria menée auprès des décideurs et leaders d'opinion des soins de santé.

Mais de nombreux points faibles subsistent. Contrairement à ce que l'on pense généralement, la Belgique ne possède certainement pas les meilleurs soins de santé d'Europe. Dans des rapports jouissant d'un prestige international, d'autres pays occupent une meilleure position. Notre pays n'enregistre pas de bons résultats dans le domaine de la diffusion d'informations aux et sur les patients. Il pâtit en outre d'une croissance continue des dépenses, s'expliquant notamment par le vieillissement de la population.

Les soins de santé belges misent encore trop sur le curatif, négligeant la prévention. Toutefois, une prévention ciblée passe par une vue claire des problèmes de santé et leurs origines. Pour cela, il est vital de disposer de données actuelles et d'un matériel d'étude scientifique qui peuvent être consultés en permanence. Aujourd'hui, de telles bases de données sont trop rares.

Les soins de santé en Belgique sont gérés par un grand nombre de décideurs aux intérêts souvent hétérogènes. La prise de décision en devient complexe, la percée de nouvelles solutions est entravée et empêche de travailler à large échelle. Une efficacité nettement plus élevée pourrait néanmoins être possible, notamment dans les soins à domicile en plein essor. Les patients devraient pouvoir être contrôlés et suivis en permanence à distance (e-monitoring et télésoins).

Les diagnostics médicaux mais aussi la politique de la santé en général devraient être basés davantage sur des statistiques réelles que sur des impressions. Quels sont les effets secondaires typiques d'un traitement donné? Dans combien de pour cent de cas le médicament x ou y s'avère-t-il efficace? S'agit-il d'un cas isolé ou d'une tendance propre à une catégorie d'âge? … Une meilleure disponibilité en ligne des données relatives aux patients apporterait une grande contribution à la fiabilité des analyses, à la constitution d'expertise et à une amélioration des décisions.

Les besoins en soins de santé ne cessent de croître. Le personnel médical disponible est toutefois limité. En outre, il doit encore consacrer trop de temps aux tâches administratives. Les processus hospitaliers (ex. la disponibilité des lits) pourraient cependant être organisés bien plus facilement à l'aide d'outils électroniques. Les données médicales sur les patients pourraient être demandées ou consultées beaucoup plus efficacement par le personnel médical. Pour rendre ceci possible, il faut que ce personnel utilise les outils électroniques prévus de manière efficace et reçoive une formation adéquate.

Tant que chacun utilisera son propre système informatique, il sera difficile de consulter, d'échanger ou de comparer des données. C'est pourquoi des standards techniques s'avèrent nécessaires. Le projet BeHealth constitue une bonne amorce en ce sens. Néanmoins, on constate encore trop souvent que sur le terrain chaque acteur détermine ses propres "standards personnels". Ceci conduit à des inefficacités, des erreurs et des examens en double. L'utilisation généralisée et obligatoire du Dossier Patient Electronique (DPE) représenterait un grand pas dans la bonne direction.

La eHealth Platform d'Agoria

"Il existe donc encore une large marge d'amélioration sur les plans de la qualité, de l'efficacité et des coûts", constate Paul Soete, administrateur délégué d'Agoria. "Notre fédération n'a pas la prétention de détenir la vérité concernant la stratégie à suivre en matière de soins de santé. Nous avons simplement voulu mettre en exergue cinq problèmes qui pourraient être résolus grâce à des applications TIC. Des statistiques internationales révèlent qu'actuellement, la Belgique consacre 2,1% de ses dépenses de santé aux TIC. C'est tout juste au-dessus de la moyenne européenne. Dans les pays scandinaves, cette part varie entre 2,5% et 3,5%."

Agoria est toute disposée à apporter sa contribution à l'optimisation des soins de santé dans notre pays. La fédération souhaite conseiller nos décideurs sur la mise en œuvre d'applications TIC pour rationaliser les processus dans les soins de santé, améliorer la qualité de ceux-ci et accroître leur rentabilité.

Agoria a récemment créé la eHealth Platform. Elle a pour vocation de stimuler la collaboration entre entreprises technologiques intéressées en matière d'innovation. L'objectif est de rechercher dans une "phase de pré-commercialisation" des applications innovantes en combinant des services, produits et solutions existants. La plateforme a en outre pour but de soutenir les exportations de nos propres produits, systèmes et solutions dans le domaine de l'e-santé.

Ainsi, les entreprises seront notamment invitées à des ateliers où elles pourront échanger leurs expériences et nouer des contacts. La plateforme diffusera également les informations nécessaires relatives aux nouvelles évolutions du marché et des technologies et organisera des forums de discussion sur le sujet. La eHealth Platform est financée par les entreprises mêmes (individuellement et par le biais d'Agoria) ainsi que par les pouvoirs publics. A cet effet, une convention a été conclue pour quatre ans avec Marc Verwilghen, ministre de la Politique scientifique.

Pour en savoir plus

  • Agoria Lien externe
    Agoria rassemble les entreprises de l'industrie technologique, dont les TIC, et représente les 275.000 personnes occupées dans ce secteur
    http://www.agoria.be
Portail de la Région wallonne