Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

jeudi 8 décembre 2016

La télévision analogique

La grande majorité des programmes de télévision diffusés dans le monde et, notamment, en Belgique le sont actuellement par l'intermédiaire d'une transmission analogique
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 29/01/2007 | Imprimer | Envoyer

De manière générale, le principe d'une transmission de télévision est assez simple. Le flux de données (film, reportage, émission, etc.) est diffusé via un canal de transmission vers l'utilisateur qui peut alors le réceptionner et le visualiser sur son récepteur de télévision.

Une séquence vidéo ou une séquence de film est composée d'une succession d'images. L'oeil humain est capable de distinguer 20 images par seconde. Au delà, l'oeil perçoit une image animée. Le flux de transmission d'une vidéo s'exprime par le nombre d'images par seconde (frame rate ou FPS, Frames Per Second ou trames par seconde ). Une transmission vidéo est composée d'images, mais aussi de sons.

La technologie analogique

La transmission vidéo analogique représente l'information comme un flux continu de données analogiques (images et sons) destiné à être réceptionné sur un écran de télévision.

Le codage vidéo de la source est le même que le codage vidéo de la transmission. Les normes les plus importantes et les plus connues pour le codage de la vidéo analogique sont: PAL/SECAM et NTSC.

Le débit de transmission des images a été choisi en fonction de la fréquence du réseau électrique:

  • 50 Hz en Europe, d'où un débit de 25 images par seconde dans le format PAL/SECAM;
  • 60 Hz aux Etats-Unis et au Japon, d'où un débit de 30 images par seconde dans le format NTSC.

PAL/SECAM

L'Europe a choisi le format PAL/SECAM (Phase Alternating Line / SEquentiel Couleur Avec Mémoire) qui permet de coder les vidéos sur 625 lignes et de les transmettre avec un débit de 25 images par seconde à un format 4:3 (le format classique dans lequel le rapport largeur/hauteur est de 4/3).

Avec une transmission de 25 images par seconde, l'oeil humain est encore capable de percevoir la succession des images. Afin d'augmenter le nombre d'images par seconde, tout en gardant la même bande passante on a imaginé un artifice pour tromper l'oeil: l'entrelacement. Cette technique consiste à envoyer d'abord les lignes paires, puis les lignes impaires. On obtient ainsi deux demi-images:

  • une composée par les lignes paires,
  • l'autre par les lignes impaires.

Leur succession donne comme résultat visuel une seule image qui est appelée trame entrelacée.

PAL/SECAM

On peut également réaliser des transmissions sans entrelacement; on parle alors de trame progressive car les lignes s'affichent une à une, progressivement du haut de l'écran vers le bas (comme sur l'écran d'un ordinateur).

NTSC

Les Etats-Unis et le Japon ont adopté la norme NTSC (National Television Standards Committee). Celle-ci permet de coder les vidéos sur 525 lignes entrelacées à un débit de 30 images par seconde.

PAL/SECAM, NTSC et télévision numérique

Dans une transmission PAL/SECAM une séquence vidéo analogique de 2 minutes est composée de 2 x 60 (secondes) x 25 images par seconde, soit un total de 3000 images. La même séquence codée en format NTSC donnera 3600 images (2 x 60 x 30 = 3600).

La production/diffusion, la transmission et la réception de ces services est analogique. Il est cependant possible de réceptionner des services numériques sur un poste TV analogique si on utilise un décodeur. Le décodeur est un boîtier fourni, le plus souvent, par le distributeur de services.

La distribution de services par voie hertzienne terrestre

La distribution des services par une transmission terrestre implique le placement d'antennes de transmission sur des hauteurs (collines, tours, etc.) afin de couvrir une certaine zone ou région. Si l'on souhaite réceptionner des services distribués par voie hertzienne terrestre, le matériel suivant est nécessaire:

  • une antenne de télévision d'intérieur (simple) ou d'extérieur (antenne en râteau Yagi);
  • un récepteur de télévision classique.

La distribution de services par le réseau des câblo-opérateurs

Si l'on souhaite réceptionner des services distribués par un réseau de câblo-opérateurs, il sera nécessaire de disposer:

  • d'un abonnement au service câble de télédistribution;
  • d'un récepteur de télévision classique.

La distribution de services par satellite

Si l'on souhaite réceptionner des services distribués par satellite, le matériel suivant est nécessaire:

  • une antenne parabolique spécialement orientée vers un ou plusieurs satellites;
  • un décodeur analogique ou numérique adapté;
  • d'un récepteur de télévision classique ou numérique.
Portail de la Région wallonne