Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 4 décembre 2016

Digital Graphics

Spécialisé dans la création d'images de synthèse 2D/3D et d'effets spéciaux numériques pour le cinéma et la télévision, Digital Graphics travaille actuellement sur plusieurs projets soutenus dans le cadre du programme Promimage
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 22/04/2008 | Imprimer | Envoyer

Dans le cadre de son travail dans le multimédia, l'AWT a rencontré les co-fondateurs de Digital Graphics, Marc et Serge Umé. Les deux frères présentent des profils différents mais complémentaires. Ils affichent la même passion pour l'image et l'art dans le multimédia.

De l'artisanat au professionnalisme

Domaines "automatiquement" associés aux entreprises américaines, la post-production numérique et les effets-spéciaux étaient jusqu'il y a peu considérés en Europe comme appartenant à l'artisanat. Malgré sa qualité, ce travail ne bénéficiait pas encore de l'intérêt qu'on lui porte aujourd'hui.

Depuis quelques années, de nombreuses initiatives ont vu le jour en Région wallonne pour soutenir le développement de ce secteur: subventions des pouvoirs publics, aides d'organismes de soutien, recherches et implications diverses des écoles et universités, investissements sur secteur privé via le Tax Sheler, etc.

Le chemin suivi par Digital Graphics

  • Qui? Digital Graphics
  • Quoi? images de synthèse 2D/3D et effets spéciaux numériques
  • Combien? une vingtaine de personnes
  • Quand? depuis 1994
  • Où? www.digitalgraphics.be

C'est en 1994 que Marc, Pierre (3ème investisseur) et Serge Umé fondent Digital Graphics. Dans un premier temps, Serge (architecte de formation) travaille seul à la réalisation des projets. A une époque où peu d'architectes sont informatisés et où le travail se réalise encore principalement sur la planche à dessin, la société innove en se spécialisant dans la sous-traitance de projets de dessin et de visualisation 3D en architecture.

Petit à petit, de nouvelles demandes arrivent pour la réalisation de documentaires et de supports audiovisuels pour la télévision. 1999 voit la création du premier court-métrage réalisé en collaboration avec Arnaud Demuynck, "Une nuit de cafard", écrit par Jacques Donjean. Le film est un succès et reçoit plusieurs prix dont le Golden Eyes à l'ACF (Audiovisuel Creative Fair) pour les meilleurs effets spéciaux.

En 2000, Marc (ingénieur en aérospatial) rejoint la société à temps plein et 3 projets reçoivent le soutien de Promimage: "Square Couine", "La Femme papillon" et "Le masque de la mort rouge". Ce dernier, difficile à financer, prendra plus de temps à être réalisé. Chacun de ces projets a exigé un travail sur-mesure et le développement de connaissances de plus en plus pointues.

La rencontre avec Isabelle Truc, fondatrice de Iota Production, pour la co-production de "Le masque de la mort rouge" (produit par Tarantula - Joseph Roushop) conduit l'équipe sur la réalisation de "Vendredi ou un autre jour". Ce film, dont le réalisme nécessite de nombreux effets spéciaux, marque le passage vers un travail à l'organisation beaucoup plus professionnelle et vers un développement 100% Open Source (la réalisation d'effets spéciaux de long-métrage uniquement à partir d'outils open source est une première mondiale).

Au fil des projets, il devient évident que les outils classiques ne satisfont pas les besoins. Dès "Square Couine", Marc Umé se penche sur le développement d'un logiciel propre répondant parfaitement aux exigences de la société. Projet après projet, le logiciel est amélioré et enrichi de nouvelles fonctionnalités en fonction des demandes émanant des artistes travaillant avec l'outil. Si certains modules sont définitivement intégrés dans la base logicielle, d'autres ne sont destinés qu'à un usage limité à un projet spécifique.

Pour ne pas mettre en péril la qualité du développement au profit d'une dépense d'énergie dans la commercialisation et ses contraintes, le logiciel n'est pas destiné à être vendu. Digital Graphics met toutefois l'outil a disposition de studios avec lesquels elle collabore régulièrement.

Pour Digital Graphics, il est important de rester offreur de services, et non de produits. Le développement de ses propres outils a permis d'être concurrentiel grâce à une offre riche, spécifique, extrêmement modulable et sans limite technique. La société cherche des projets de qualité sur lesquels elle peut s'impliquer dès la conception et les premières étapes de réalisation.

L'adoption de l'Open Source a apporté plusieurs avantages au développement:

  • certains modules et outils développés par la communauté sont techniquement très avancés et très performants;
  • l'esprit de la communauté de développeurs est tourné vers la création et non l'attente de bénéfices de vente;
  • la démonstration professionnelle de la qualité des contributions de chacun conforte la position de la communauté et ouvre les yeux du secteur sur les possibilités offertes par l'Open Source;
  • les contacts permanents avec la communauté permet de faire évoluer rapidement ses propres développements;
  • les contributions des uns et des autres sont régulièrement partagées;
  • certains contacts deviennent des partenaires privilégiés sur des projets précis.

Une entreprise qui grandit

En 2005, après "Vendredi ou un autre jour", la demande croissante conduit à de nouveaux engagements, grâce notamment au soutien de Wallimage et MeusInvest. Aujourd'hui, 9 salariés et une dizaine de free-lance, travaillant spécifiquement sur certains projets, sont venus renforcer l'équipe. Les fonctions des deux frères sont toujours bien distinctes: Serge se penche sur l'animation, tandis que Marc s'occupe des fictions et du développement logiciel.

Profils recherchés

Digital Graphics insiste beaucoup sur la qualité artistique des projets entrepris. Plus que des techniciens, la société recherche des artistes ayant un intérêt marqué pour la technique et capables de l'apprendre et de s'y adapter. L'artiste possède un feeling différent de celui du technicien pur (utilisation des couleurs, effets de lumière, distribution des éléments de décor, etc.) et de courtes formations ciblées peuvent lui permettre de rapidement prendre en main les fonctionnalités importantes des outils.

La maîtrise parfaite des outils du marché est d'autant moins importante que Digital Graphics utilise ses propres logiciels et que chaque graphiste est formé sur le terrain. A côté des profils artistiques, un ensemble de techniciens vient appuyer le travail de création.

Appel aux écoles et aux étudiants

Comme d'autres professionnels du secteur, Digital Graphics constate que les formations dispensées par les écoles ne sont pas toujours en adéquation avec les réalités du terrain. Elles manquent souvent de travaux pratiques et de contacts avec les professionnels. A sa sortie de l'école artistique, le jeune voulant se diriger vers le multimédia devrait trouver à sa portée un ensemble de formations, courtes et spécifiques, lui permettant de prendre en main les outils les plus répandus et d'enrichir ainsi ses aspirations artistiques avec de nouvelles compétences techniques.

Comme dans tout domaine, l'apprentissage des métiers du multimédia demande beaucoup de rigueur et d'implication personnelle. L'évolution est constante, la mise à jour des connaissances et du savoir-faire est permanente. Il est essentiel que les écoles, centres de formation, entreprises et pouvoirs publics soient en synergie pour améliorer sans cesse la qualité de l'enseignement et des formations.

Depuis peu, 2 à 4 ans tout au plus, le secteur du multimédia offre un nombre croissant de possibilités d'emploi. Les stages en entreprises, bien que souvent trop courts, permettent aux étudiants de se former efficacement, de se familiariser avec la réalité professionnelle et même de tisser des liens avec des employeurs potentiels.

Implication dans les projets Promimage

Plusieurs projets retenus par le jury de Promimage 2007 font appel aux services de Digital Graphics:

  • Eve et l'éternel malentendu, de Scott Muray;
  • Par les fenêtres, d'Arnaud Demuynck;
  • Le pays où l'on arrive jamais, de Jan Vromman;
  • Cré Tonnerre, de Iwan Peter Schreer;
  • San Mao, de Marc-Henri Wajnberg;
  • Home, d'Ursula Meier.

D'autres projets ont bien sûr été réalisés lors des précédentes éditions:

  • Square Couine;
  • La femme papillon;
  • Le masque de la mort rouge;
  • Le portefeuille;
  • etc.

Brendan et le secret de Kells (Promimage 2004) est également en cours de réalisation.

A titre d'exemple, les services utilisés sur ces projets sont les suivants:

  • compositing,
  • mélange de techniques d'animation,
  • modélisation 3D,
  • création d'images virtuelles et d'arrière-plans en 3D,
  • etc.

Travail collaboratif

Sur de gros projets, tels que "Brendan et le secret de Kells", de nombreux studios travaillent en collaboration. Les fichiers et les informations sont souvent partagés sur des bases de données centralisées et synchronisées dans chacun des studios.

Par exemple, le transferts des données pour "Brendan et le secret de Kells" se fait via une base de données qui permet une bonne synchronisation entre les différents intervenants, mais présente les désavantages d'être relativement lente et de ne permettre qu'un travail linéaire. En effet, les tâches sont ordonnées et chaque tâche ne peut se faire qu'après une autre bien définie.

Pour contrer ces problèmes, Digital Graphics utilise une base de données interne pour gérer le travail de colorisation. Les différents plans d'une même scène peuvent être traités en parallèle ou sans ordre précis, l'état d'avancement de chacun étant suivi dans la base de données. Ce type d'outil "industrialise" le travail car il permet de le libérer de contraintes organisationnelles et de timing.

Conclusion

Digital Graphics tire sa force de l'intérêt qu'elle porte des projets artistiquement attirants. La technique est utilisée en appui, en réponse à des besoins artistiques. Elle n'est jamais utilisée pour elle-même ou au détriment de l'art, les recours inutiles aux technologies sont évités.

L'implication de la société dès le début de la réalisation d'un projet facilite le travail du réalisateur et lui apporte une vision différente, tant artistique que technique. Certains pièges ou certains coûts supplémentaires peuvent être évités et le travail de post-production (montage, réalisation d'effets spéciaux, etc.) est allégé.

La valeur ajoutée de digital Graphics est donc bien plus que le travail de post-production. Le dialogue permanent avec le réalisateur et les chefs de départements crée un climat de confiance et de collaboration tout au long des différentes étapes de la réalisation.

Si aujourd'hui le secteur est en pleine éclosion, Marc et Serge Umé veulent poursuivre dans la voie des réalisations au fort potentiel artistique et refusent de se risquer à la diminution de la qualité du travail fourni. Un seul regret: la position de chef d'entreprise oriente le travail vers plus de gestion d'entreprise et donc vers un peu moins d'implication dans la création elle-même.

Pour en savoir plus

  • Digital Graphics
    Digital Graphics est une société spécialisée dans la post-production d'images: infographie, films d'animation 3D, effets numériques pour la TV et le cinéma, développement d'applications graphiques
    http://www.awt.be/web/ict/index.aspx?page=ict,fr,100,000,000&id=10056
Portail de la Région wallonne