Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 5 décembre 2016

Où en est le sans fil haut débit en Belgique?

De nombreuses informations circulent en Belgique quant à la disponibilité des futures offres haut débit sans fil, que celles-ci s'appuient sur la technologie cellulaire ou au contraire sur le Wireless LAN. Qu'en est-il vraiment?
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 31/10/2002 | Imprimer | Envoyer

Accumulation de retards pour la 3G

En ce qui concerne l'une des technologie mobile les plus médiatique de ces dernières années, la 3G ou UMTS, les retards succèdent aux déceptions. En effet, alors que les trois opérateurs mobiles belges (Proximus, Mobistar, Base) titulaires d'une licence de troisième génération, avaient déjà obtenu un report d'un an en vue d'un lancement commercial de leur services en septembre 2003, ceux-ci viennent de demander à Rick Daems de leur accorder un nouveau report d'un an.

Les raisons invoquées tiennent essentiellement au manque de disponibilité de composants réseaux ainsi que de terminaux compatibles. L'IBPT s'est déclaré favorable à l'obtention d'un nouveau délai. La question n'est pas neutre. Les autorité de régulation et de tutelle de plusieurs pays européens sont actuellement confrontés à des demandes identiques. Le conseil informel "Télécom" qui se tiendra le 4 décembre prochain sous présidence danoise devrait peut-être apporter un début de réponse dans la perspective d'une coordination des positions nationales sur le sujet.

Des services 2.5G attrayants

Dans le même temps, les opérateurs accélèrent le déploiement de leurs services 2,5G considérant que l'adoption de ceux-ci est déterminante pour l'avenir de la 3G. Ainsi, en Belgique, Base vient-il de lancer fin octobre 2002, le service I-mode. Basé sur le même modèle technique et économique que celui mis en œuvre par les autres filiales de KPN mobile en Allemagne (E-Plus) et aux Pays-Bas (KPN Mobile), les services multimédias I-mode sont organisés autour d'un portail et d'une cinquantaine de services (pratiques, divertissement, etc.).

Les autres opérateurs vont à présent pouvoir riposter en proposant une offre WAP sur GPRS en couleur, à prix forfaitaire ainsi que de nouveaux services de messagerie multimédia avec le MMS par exemple. La disponibilité d'un grand nombre de terminaux GPRS à écran couleur dont certains incorporent même des fonctions photo devrait faciliter ces nouvelles stratégies orientées sur les services mobiles-data. Les derniers chiffres relevés en Europe montrent que l'arrivée des écrans couleurs correspond à une augmentation significative de la consultation de services. Enfin, si le trafic GPRS restait faible au cours des derniers mois, la disponibilité récente d'une tarification plus claire, souvent forfaitaire, et de services MMS pourrait prochainement changer la donne. Ainsi, dans la péninsule italienne, les quatre opérateurs mobiles qui ont lancé depuis l'été dernier une offre MMS, revendiquent déjà plus de 1,5 millions de messages multimédia transmis.

Les promesses du Wireless LAN

En revanche, tout va en apparence plutôt bien pour la technologie de réseau sans fil Wireless LAN encore appelée WiFi dans sa déclinaison 802.11.b. Il ne s'écoule plus un jour sans que nouveaux produits apparaissent sur le marché. Par ailleurs, la concurrence qui s'exerce contribue à une baisse sensible des prix des matériels (cartes PCMCIA, Access Point). Dans le même temps, plusieurs entreprises se déclarent prêtes à ouvrir des services commerciaux utilisant des points d'accès publics, encore appelés "Hot Spots" permettant un accès à l'Internet sans fil à haut débit (2 Mbits/s) dans certains lieux publics tels que les aéroports, les gares, les hôtels, etc. De nombreux services de ce type sont d'ores et déjà disponibles dans les pays scandinaves, notamment en Suède où l'opérateur Telia propose un service baptisé "HomeRun".

L'Allemagne constitue également un marché très dynamique pour l'offre de Hot Spots publics et pourrait même devenir leader en Europe dans ce domaine dès 2004, notamment grâce à l'entrée sur le marché de T-Mobile, filiale de Deutsche Telekom. Rappelons, pour mémoire, que T-Mobile a notamment racheté via sa filiale américaine mobile VoiceStream, l'un des principaux acteurs des réseaux WiFi aux Etats-Unis. Une offre unique au niveau de l'accès et de la facturation constituerait un argument commercial non négligeable vis-à-vis des utilisateurs nomades, ainsi qu'un moyen de doper les services mobiles-data. Analysys a ainsi estimé que 3 à 10% des services mobiles-data pourraient échapper aux opérateurs si ceux-ci ignoraient le potentiel des services WLAN. En Belgique, les premiers points d'accès WLAN seront bientôt disponibles, notamment à l'aéroport de Zaventem.

Quel modèle de développement?

Toutefois, une inconnue subsiste. Quel sera le modèle économique de ces services sans fil à haut débit de type WLAN? Les petits WISP (Wireless Service Providers) qui se partagent actuellement les marchés émergents, aux Etats-Unis et en Europe, pourront-il survivre à une offensive technique et commerciale des opérateurs télécoms?

La logique commerciale ne constitue cependant pas l'unique moteur de l'essor du 802.11.b. En effet, on assiste également à un développement rapide de réseaux sans fils "alternatifs" ou "coopératifs" qui commencent à former, notamment en zone urbaine, une infrastructure métropolitaine parallèle aux réseaux télécoms traditionnels, notamment fixes, dont le principal attrait reste la liberté d'accès et la gratuité. Si de telles initiatives sont encore le fait de passionnés et autres spécialistes, elle pourrait néanmoins constituer bientôt une réalité incontournable et nécessiter une véritable réflexion économique, juridique et sociale.

Pour en savoir plus

  • Institut belge des services postaux et de télécommunications (IBPT) Lien externe
    L'Institut est chargé de missions stratégiques (compétence d'avis à propos de la politique menée dans le secteur des postes et des télécommunications), réglementaires (élaboration de la réglementation belge et transposition en droit belge des directives européennes), opérationnelles (licences, agréments et fréquences notamment), de conciliation (entre opérateurs) et de contrôle. L'IBPT fournit également un service d'alerte concernant les virus informatiques
    http://www.bipt.be
  • Proximus Lien externe
    Premier opérateur de télécommunications mobiles en Belgique. C'est une filiale de Belgacom
    http://www.proximus.be
  • Mobistar Lien externe
    Opérateur de téléphonie mobile et de télécommunications. Mobistar fait partie du groupe France Télécom
    http://www.mobistar.be
  • Base Lien externe
    Créé à l'origine sous le nom de KPN Orange, Base est le troisième opérateur de téléphonie mobile en Belgique. En février 2001, KPN Mobile a acquis la pleine propriété de KPN Orange. La société se rebaptise Base au printemps 2002
    http://www.base.be
  • Reseau Citoyen Lien externe
    Réseau où il n'y a plus d'opérateur particulier, où l'usage est libre entre participants, où les moyens techniques nécessaires et suffisants pour se joindre au réseau ont un coût comparable à celui d'un terminal GSM milieu de gamme
    http://www.reseaucitoyen.be
Portail de la Région wallonne