Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mercredi 28 septembre 2016

Internet dans les airs

Depuis peu il est possible d'accéder à Internet au travers de connexions sans fil à une altitude de 30000 pieds et à plus de 900 kilomètres à l'heure. Lufthansa et British Airways proposent désormais ce type de services en partenariat avec Boeing
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 29/06/2004 | Imprimer | Envoyer

Le désir d'être connecté à Internet en avion n'est pas nouveau, mais se heurtait à un certain nombre de freins, tels que le coût, le challenge technique ou encore la réglementation relative aux interférences avec le système de navigation de l'avion. Désormais, une nouvelle ère pour les télécommunications grand public se profile pour les prochaines années. On peut donc s'attendre à une petite révolution quant à la manière dont nous allons travailler ou nous divertir durant les voyages en avion.

Quels services?

British Airways

La compagnie aérienne anglaise, en partenariat avec le service Connexion de Boeing, a équipé un de ses jets 747-400 d'un réseau fixe (First-class et Club World) et du WiFi (pour l'ensemble des passagers) sur son vol entre Londres (Heathrow) et New-York (John F. Kennedy International Airport). Le service offre aux passagers l'accès à Internet et au courrier électronique pendant le vol. British Airways n'a pas encore communiqué d'information concernant la déploiement du service commercial.

Lufthansa

En partenariat avec le programme Cisco Mobile Office et le service satellite Connexion de Boeing, la compagnie aérienne allemande lance le service Flynet sur des vols internationaux. Les tests définitifs avant commercialisation ont débuté en janvier 2003 en partenariat avec des sociétés (BASF, Siemens ou Software AG par exemple) disposant de nombreux employés nomades. Ces tests concernaient notamment les accès aux intranets d'entreprises et aux serveurs de courrier électronique, via des connexions VPN. Le service commercial a quant à lui débuté en mai 2004 et vient d'être étendu.

Actuellement, Flynet est disponible sur les vols:

  • Munich - Los Angeles - Munich (depuis le 17 mai 2004),
  • Munich - Tokyo - Munich (depuis le 22 juin 2004).

La compagnie projette de déployer le service au cours des deux années à venir sur ses 80 appareils effectuant des vols intercontinentaux de l'Europe vers l'Amérique du nord et l'Asie. Dans sa configuration finale, le service en vol offrira à la fois l'accès sans fil et l'accès à un réseau câblé. Avec 380 sièges, un vol 747 typique de Lufthansa proposera ainsi un réseau comportant autant de connexions qu'une PME. La tendance de ce type de services serait toutefois d'aller vers une infrastructure complète WiFi. En effet, l'infrastructure câblée ajoutant quelques centaines de kilos au poids de l'avion, la consommation en carburant risque d'augmenter de manière importante.

A coté de son service d'accès, Lufthansa investit également dans le développement d'un portail Web pour fournir à ses passagers un large éventail de services d'informations sur des sujets divers tels que le monde politique, les affaires, le sport, le divertissement et la culture, ou encore les destinations des vols.

Comment cela fonctionne-t-il?

Boeing Connexion

Boeing Connexion

Boeing, via son département Connexion, a signé un contrat avec l'opérateur satellite Eutelsat afin de disposer d'une capacité de transport de données via satellite pour le raccordement de son service d'informations mobiles à bande large. La fourniture du service couvre les régions stratégiques que sont les Etat-Unis, l'Europe et l'Asie, permettant ainsi de fournir une connectivité à grande vitesse pour les clients des lignes aériennes recherchant l'accès en temps réel au courrier électronique, aux intranets d'entreprises, au Web, etc.

A bord de l'avion

Au sein du fuselage de l'appareil est disposé la pierre angulaire de l'infrastructure réseau d'accès haut débit: l'antenne du service Connexion de Boeing. Cette antenne émet et reçoit les données au travers de 10 satellites géostationnaires situés à 36000 kilomètres d'altitude. Les transmissions permettent d'apprécier un accès Internet équivalent à celui disponible au travers d'une connexion ADSL classique.

Le réseau local est quant à lui composé d'un ensemble de switchs, de plusieurs points d'accès WiFi 802.11b et d'un router qui est connecté à l'antenne réalisant la passerelle satellite.

Et les interférences?

Nombreux sont ceux qui se demanderont sans doute pourquoi l'utilisation d'un réseau WiFi est permise dans l'aviation civile par les autorités compétentes, alors que l'utilisation des téléphones mobiles en vol est interdite.

En fait, ces deux technologies de communication utilisent des mécanismes différents. En ce qui concerne les téléphones mobiles, un premier problème provient, non pas du téléphone lui-même, mais bien des interférences avec l'infrastructure du réseau mobile au sol. Un téléphone mobile émet des ondes lorsqu'il a à sa disposition des cellules (antennes) de transmission dans son champ d'accès. Lorsqu'il est utilisé en plein vol, le téléphone peut se relier à un nombre très important de cellules au-dessous du trajet de l'avion. Le téléphone se déplace évidemment à la même vitesse que l'avion et change de cellule à un rythme trop élevé pour les capacités de gestion de l'infrastructure mobile au sol.

Dans le cas du réseau WiFi, l'ensemble de l'infrastructure se déplace à la même vitesse créant par conséquent un référentiel de transmission local, la connectivité avec le réseau au sol étant assurée par la connexion satellite.

Un autre problème technique relatif à l'utilisation des téléphones mobiles pendant un vol concerne les règles en matière d'interférences radio. Les avions embarquent des modules radio pour les communications, la navigation, le radar, etc. Ceux-ci sont installés avec précaution afin de minimiser les interférences entre eux. L'infrastructure d'accès WiFi installée à bord des avions n'est qu'une déclinaison supplémentaire de ces technologies.

Matériels autorisés pour les passagers

Il est interdit d'utiliser les téléphones mobiles à bord de l'avion en vol. Avec les appareils bi-fonction (smartphone ou carte WLAN avec fonctionnalité GPRS), la fonction téléphone doit être désactivée ("aircraft mode" ou "fligth mode"). La mise en fonction d'appareils disposant de fonctionnalités d'accès sans fil WiFi n'est autorisée que si le vol dispose d'un ou plusieurs points d'accès. Il est donc interdit à deux passagers disposant de dispositifs WiFi d'établir une communication sans fil point à point pendant le vol!

Un service oui ... Mais à quel coût ?

Au cours de sa période de test, British Airways demandait une participation de 25 à 30 dollars.

Quant au service commercial Flynet, son utilisation pour l'accès au réseau Internet est facturé selon deux modes, alors que l'accès au portail Flynet de la compagnie aérienne est entièrement gratuit. Les modes de facturation de Lufthansa sont:

  • InternetFlight: forfait pour les vols "long-courrier" de 29,95 dollars ou de 19,95 dollars pour les vols de moins de 6 heures,
  • InternetMinutes: facturation à la minute avec package initial de 30 minutes pour 9,95 dollars et chaque minute additionnelle à 0,25 dollar.

Une révolution ...

Dans la façon dont nous travaillons

La mobilité dans le monde professionnel n'est plus un concept insolite. Elle fait partie de notre quotidien et l'image que le travail se réalise là où se situe le bureau est désormais révolue. Il faut dorénavant penser que le bureau se situe là où le travail peut être réalisé!

Les technologies d'accès distant aux ressources de l'entreprise sont disponibles et performantes, mais aussi et surtout sécurisées. La flexibilité de mobilité offerte par les techniques de VPN (Virtual Private Network) nous permet de pouvoir être connecté au réseau de l'entreprise, à son intranet et à toutes les ressources indispensables au travail. Après le GPRS, l'UMTS est en voie de déploiement pour offrir encore plus de rapidité. Avec le WiFi et, dans un futur proche, le WiMax, il est enfin possible d'étendre cette mobilité sans fil au delà de la terre ferme.

Avec l'arrivée d'Internet à bord des avions, c'est l'une des dernières barrières de l'accessibilité. Les vols pour les professionnels ne seront plus considérés comme une perte de temps ou une rupture avec les ressources nécessaires à l'accomplissement des activités professionnelles.

Dans la façon dont nous nous divertissons

Le divertissement pendant un vol de longue durée est un segment du marché en pleine expansion qui incorpore différentes technologies visant à offrir un nombre croissant de produits et de services aux voyageurs. L'arrivée de l'accès Internet à haut débit au sein de l'aviation civile commerciale permettra de franchir une nouvelle frontière quant à la problématique des divertissements proposés aux passagers en vol.

Les passagers n'auront plus simplement accès à de l'information préparée à l'avance (magazines, actualités rediffusées, etc.), mais bien à de l'information en temps réel via le Web.

D'autre part, les possibilités de divertissement "pur" pourront également se développer. Les nouvelles opportunités relatives aux jeux en ligne vont probablement supplanter les bons vieux jeux vidéo comme "Tetris" ou "Solitaire". Lorsqu'à travers le hublot vous apercevrez un autre avion, il y aura peut être parmi ses passagers quelqu'un qui partage la même session de jeu réseau que vous! Les mêmes évolutions peuvent être imaginées pour les films grâce aux nouvelles technologies de streaming vidéo.

Dans la façon dont nous sommes assistés médicalement

Jusqu'à présent sur un vol long courrier, lorsqu'une urgence médicale survient, l'avion doit être dérouté vers l'aéroport le plus proche si aucun médecin n'est présent à bord pour s'occuper du malade. Cette mesure engendre de nombreux désagréments et est évidemment très coûteuse.

Grâce à l'accès haut débit en vol, il est désormais imaginable de pouvoir disposer d'une solution de télémédecine à bord des avions. En effet, en embarquant des modules permettant de prendre toutes les mesures médicales importantes en cas de première urgence, il sera possible de communiquer celle-ci vers un médecin au sol. Un premier diagnostic de la gravité prenant en compte les paramètres mesurés pourra ainsi être établi. Le médecin prendra alors la décision de faire atterrir l'avion d'urgence ou de dicter les mesures médicales nécessaires à un membre du personnel possédant une formation de secouriste.

En partenariat avec la Lufthansa, le Centre Aérospatial Allemand (DLR) pourrait proposer une telle solution sur le vol Francfort-Washington relié à Internet par le biais du service Flynet. Si Lufthansa décide de mettre en place ce système d'assistance, elle fera appel à la société singapourienne SOS International pour la mise en oeuvre d'un centre d'assistance regroupant l'équipe en charge d'effectuer les diagnostics à distance.

Pour en savoir plus

  • Service Flynet de Lufthansa Lien externe
    Avec le service FlyNet, il est possible de voyager en avion tout en restant connecté. Grâce à l'accès Internet haut débit fourni par le service Connexion de Boeing, on peut ainsi surfer sur le Web, gérer ses e-mails ou se connecter à l'intranet de son entreprise
    http://konzern.lufthansa.com/en/themen/net.html
  • World Airline Entertainment Association (WAEA) Lien externe
    Réseau international des professionnels de la communication et du divertissement dans le cadre du transport aérien
    http://www.waea.org
Portail de la Région wallonne