Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 10 décembre 2016

Mobile & Wireless Summit 2008

Le Wireless & Mobile Summit 2008 du Gartner Group a mis en relief l'importance du phénomène de "consumérisation de la mobilité" qui constitue un défi majeur en termes de maîtrise des technologies mais également d'organisation pour les entreprises
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 26/05/2008 | Imprimer | Envoyer

Le centre de gravité de l'industrie mobile se déplace de la technologie vers les services et les contenus. C'est ainsi que Nokia s'est récemment réorganisé autour de l'offre de services via son futur portail de services baptisé OVI ou que Google, en lançant son initiative "Android" focalise son énergie sur l'émergence d'applications et de services pour sa future plateforme mobile. Apple veut renforcer sa présence dans les contenus mobiles via la prochaine version 3G de son iPhone.

Certains géants du Web entrent également sur le marché des contenus mobiles, c'est ainsi le cas d'Amazon avec le lancement de son e-book baptisé "Kindle". Enfin, les opérateurs ne sont pas en reste. Ainsi aux Etats-Unis, Verizon a annoncé l'ouverture de son réseau mobile à tout type de terminaux (consoles de jeux, balladeurs MP3 WiFi, etc.). Ces évolutions s'inscrivent dans une tendance déjà observé dans le monde de l'Internet où la diminution du coût d'accès aux technologies a permis aux acteurs innovants de se concentrer sur le marché des applications et des services.

Quelles sont les grandes tendances en ce qui concerne les technologies mobiles?

Gartner identifie trois grandes tendances majeures d'ici à 2012 sur le marché des technologies mobiles:

  1. l'augmentation de la bande passante,
  2. la réduction de la latence,
  3. la coexistence de plusieurs réseaux mobiles et sans fil.

Les réseaux mobiles et sans fil

La technologie LTE (Long Term Evolution) va constituer la prochaine évolution majeure des réseaux cellulaires. Cette technologie, parfois qualifiée de 3,9G est actuellement en cours de développement. Gartner souligne que pour la plupart des applications mobiles à venir, la combinaison qualifiée 10/10 (pour 10 Mbps et 10 millisecondes de latence) devrait parfaitement être atteinte avec LTE. Toutefois, Gartner relève également que la plupart des futurs business cases pour la 4G devraient davantage être articulés sur la capacité que sur la bande passante. LTE devrait donc constituer un enjeu technologique de premier ordre pour l'industrie mobile, tandis que Wimax resterait, au tournant de la prochaine décennie, une technologie de niche avec 3% du marché mondial des terminaux et 1% seulement des appels réalisés sur ce type de réseau.

En ce qui concerne les réseaux sans fil de type WiFi (WAN), la disponibilité du 802.11.n devrait, selon Gartner, constituer une véritable rupture. Avec des débits de l'ordre de 100 Mbps, le 802.11.n va connaître un développement très important sur le marché des réseaux sans fil domestiques, notamment pour toutes les applications de type Rich Media. En revanche, son déploiement en entreprise risque de constituer un défi plus sérieux au regard des enjeux liés à la compatibilité avec les équipements existants. enfin, la baisse continue du prix des puces WiFi (coût d'intégration de moins de 5 dollars) devrait permettre la poursuite de l'intégration de cette technologie dans les terminaux mobiles de type smartphones.

Pour ce qui est des réseaux sans fils personnels (PAN), la technologie Bluetooth est sur le point de constituer une technologie universelle du fait de sa très large intégration dans la plupart des terminaux du marché et des appareils électroniques grand public. La combinaison de l'ULP (Ultra Low Power) et de l'UWB (Ultra Wide Band) va également ouvrir de nouvelles opportunités comme en matière de réseaux de senseurs ou encore d'applications grand public (media devices) pour cette technologie radio.

Le marché des terminaux mobiles

En ce qui concerne le marché des terminaux, Gartner prévoit qu'en 2011, plus de 1,6 milliards de terminaux seront mis sur le marché. Actuellement, les cinq premiers constructeurs de terminaux contrôlent à eux seuls 80% du marché mondial. Gartner confirme la percée de l'iPhone d'Apple qui devrait faire son entrée dans le top five des smartphones les plus vendus dès la fin de l'année 2008. Autre évolution notable, nos terminaux mobiles vont de plus en plus nous permettre d'accéder à l'Internet, puisque Gartner estime que 85% des terminaux mobiles disposeront de cette fonctionnalité en 2011.

En revanche, la tendance à une plus large diversité des terminaux devrait se poursuivre et continuer à poser un défi sérieux aux entreprises qui souhaitent offrir leurs produits et services via des applications de type Thin Client. La question de l'expérience utilisateur et la capacité à maîtriser le rendering des applications Web sur les navigateurs des terminaux mobiles constituera donc toujours un enjeu majeur. Enfin, concernant les terminaux, la percée du GPS se confirme. Gartner estime qu'à partir de 2010, 40% des nouveaux terminaux mis sur le marché intègreront la fonction GPS.

Les plateformes-mobiles

La bataille des plateformes mobiles va également se poursuivre. Tandis que l'OS Symbian devrait maintenir une position forte sur le marché résidentiel, celui-ci demeure moins utilisé (à l'exception des applications voix) sur le marché professionnel.

La plateforme Windows Mobile reste, quant à elle, toujours très attractive pour les entreprises, notamment en raison de son intégration avec les applications Microsoft, comme la messagerie Exchange, par exemple.

RIM devrait maintenir sa position sur le marché Nord américain et sur le segment de l'e-mail mobile avec sa solution Blackberry. Toutefois, l'ouverture récente de RIM vers le marché résidentiel avec des produits intégrant des fonctions multimédia ou encore un GPS comme sur le Blackberry Curve, par exemple, commence à porter ses fruits et ouvre de nouvelles perspectives pour RIM. En effet, RIM a récemment annoncé avoir recruté 2.2 millions de clients supplémentaires entre décembre 2007 et mars 2008, ce qui porte sa base totale d'utilisateurs à 14 millions. Les clients résidentiels représentent actuellement 34% de ce parc. L'offre d'applications grand public à succès comme les clients de messagerie instantanée ou encore les applications permettant l'accès aux réseaux sociaux dopent les ventes. Ainsi, l'application Facebook pour Blackberry a déjà été téléchargée plus d'un million de fois depuis sa disponibilité fin 2007.

Enfin, la plateforme Linux reste quant à elle encore extrêmement fragmentée même si l'initiative Android de Google pourrait venir se substituer à LIPS ou LIMO. Cependant, la plateforme Android devrait être avant tout orientée vers le marché résidentiel et Gartner ne prévoit pas l'émergence d'une offre cohérente à destination des entreprises avant 2010 pour ce type de plateforme.

Pour résumer, voici, selon Gartner, les 10 technologies qui vont contribuer au développement du secteur mobile au cours des prochaines années:

  • HSUPA (High Speed Uplink Packet Access) qui devrait permettre d'améliorer sensiblement l'expérience utilisateur en situation de mobilité grâce à des flux montants équivalents à un accès Internet fixe. Cette technologie ouvre également la voie vers un "Mobile 2.0" en facilitant le développement d'offres commerciales basées sur les contenus autoproduits par les utilisateurs (User generated Content),
  • mobile Web et Widgets car ces technologies présentent l'avantage d'un faible TCO (Total Cost of Ownership) et qu'elles peuvent être déployées rapidement dans le cadre d'offres hybrides PC-Mobile,
  • Near Field Communication (NFC) qui ouvre la voix à toute une série de nouvelles applications de type informationnel et transactionnel,
  • "mobile presence" car cette technologie va de pair avec la mise en place des véritables offres de convergence fixe-mobile articulées autour du concept de communications unifiées.
  • nouvelles technologies d'affichage qui correspondent à une plus grande consumérisation de la mobilité autour de terminaux qui ne seront pas forcément des téléphones mobiles. La disponibilité des premiers e-book readers et demain de solutions intégrant des écrans flexibles correspondent à cette évolution,
  • nouvelles interfaces utilisateur car la bataille de l'interface a été lancée avec l'arrivée de l'iPhone d'Apple sur le marché. La disponibilité de nombreux terminaux de haut de gamme proposant des interfaces tactiles multitouch, haptiques et intégrant un accéléromètre va constituer un enjeu commercial majeur pour les constructeurs d'équipements,
  • GPS qui est en passe de devenir une fonctionnalité courante sur les smartphones et qui devrait poursuivre son développement via la disponibilité d'applications mobiles contextuelles (exemple du GPS piéton Nokia Maps 2.0 avec POI et City guides),
  • 802.11.n pour ses performances dans le cadre de réseaux domestiques,
  • ULP Bluetooth qui va permettre de renforcer et d'étendre l'intérêt de la technologie bluetooth, notamment dans le domaine des capteurs et des applications Machine-to-Machine,
  • fonction "Vidéo Out" pour les terminaux type smartphones qui pourrait permettre de renforcer la substituabilité de ces solutions par rapport au laptop notamment dans le cadre de courts déplacements professionnels.

Solutions de mobilité: quelle valeur ajoutée pour les entreprises?

Gartner propose que le concept de "Business Value of IT" (BVIT) appliqué au domaine de la mobilité professionnelle puisse être analysé par les entreprises concernées au travers des trois axes complémentaires que sont:

  1. l'amélioration des processus d'entreprises existants,
  2. la croissance des activités de l'entreprise,
  3. la transformation des propositions de valeur au travers de l'offre de nouveaux produits et services innovants.

Afin de mieux cerner les défis les plus importants à relever en matière de mobilité pour les entreprises, Gartner a réalisé au dernier trimestre 2007, une enquête auprès de 200 entreprises utilisant des solutions de mobilité. Cette étude met en relief la montée en puissance de certains thèmes comme la consumérisation de l'IT ou encore le Mobile-Web, alors que d'autres thématiques voient leur importance se réduire car les entreprises considèrent que ces aspects sont de mieux en mieux maîtrisés.

Solutions de mobilité professionnelles

Quelles sont les préoccupations majeures des entreprises en matière de solutions de mobilité professionnelles?

  • la sécurité des solutions mobiles: ce thème poursuit sa décroissance dans la liste des enjeux majeurs pour les entreprises, de nombreux professionnels considérant que c'est là un sujet de mieux en mieux maîtrisé,
  • la définition de la stratégie et de l'architecture des solutions mobiles: cet aspect représente un enjeu stratégique majeur pour les entreprises interrogées qui doivent intégrer la mobilité au coeur du système d'information,
  • l'e-mail mobile: l'équipement en solutions d'e-mail mobile se poursuit à un rythme soutenu au sein des entreprises interrogées mais cette question constitue davantage une préoccupation sur le court terme car l'e-mail mobile est en passe de devenir une véritable commodité,
  • la gestion du parc de terminaux: cette question demeure primordiale au yeux des IT managers qui voient-là un moyen d'optimiser le TCO au fur et à mesure que le nombre d'utilisateurs de terminaux mobiles s'accroît dans l'entreprise,
  • la sélection des types de terminaux: cet aspect prend un relief tout particulier dans la perspective de la "consumérisation de la mobilité" qui conduit les employés à demander de nouveaux types de terminaux, tels que l'iPhone par exemple, qui repoussent sans cesse les frontières de ce qui peut-être considéré comme un terminal "d'entreprise",
  • le "mobile Web": il ne s'agit pas encore d'une préoccupation immédiate au sein des entreprises interrogées, mais il apparaît que cette thématique est en train de gagner rapidement en importance.

L'une des questions majeures analysée tout au long du Wireless & Mobile Summit 2008 a été celle de la capacité des entreprises à déployer des solutions de mobilité professionnelles à destination de leurs collaborateurs (Business-to-Employees), mais également de leurs clients via des applications et services de mobile-commerce. Cette question doit être analysée au travers de l'évolution de l'architecture des applications, de la gestion des terminaux mobiles et des profils d'utilisateurs. En ce qui concerne, l'évolution des architectures, Gartner recommande une analyse articulée autour de quatres étapes qui reflètent le niveau de maturité de l'architecture mobile:

  1. une architecture mobile rationalisée: il s'agit-là d'éviter les éventuelles duplications ainsi qu'une multiplication des plateformes,
  2. une architecture de type multicanal: l'entreprise doit développer une capacité à distribuer ses services via des canaux multiples, mais également des formats différents,
  3. une architecture intégrant une communication enrichie: le défi consiste à proposer à ses employés l'utilisation de fonctions avancées de type présence, géolocalisation, communications unifiées et applications collaboratives en situation de mobilité,
  4. une architecture permettant l'offre de services contextuels: il s'agit du défi le plus complexe où l'architecture mise en place permet de répondre à la multiplicité de besoins exprimés par les utilisateurs (employés et/ou clients), notamment en termes de personnalisation des services.

Quelles tendances pour les terminaux d'entreprise?

Si des tendances précédemment observées comme la montée en puissance des smartphones, la disponibilité d'une connectivité WiFi, la disponibilité d'une offre de terminaux "durcis" pour les usages professionnels, se confirment, d'autres tendances apparaissent. Parmi celles-ci, on peut notamment observer les évolutions suivantes:

  • consumérisation: les employés sont en train de redéfinir les limites de ce qui peut-être considéré comme un terminal d'entreprise. L'iPhone d'Apple constitue, de ce point de vue, la figure emblématique de cette tendance où apparaissement de nouveaux produits peu ou pas supportés par le système d'information de l'entreprise mais qui reçoivent les suffrages des employés.
  • apparition de nouveaux types de terminaux: l'année 2008 sera marquée par l'arrivée en force sur le marché de nouveaux terminaux se situant entre le laptop et le smartphone que sont les UMPC (Ultramobile PC) et les MID (Mobile Internet Devices). Cette tendance, amorcée au dernier trimestre avec le succès de l'Asus eeePC va se poursuivre avec le lancement de nouveaux produits équipés des derniers processeurs INTEL Atom dédiés à ce type de device. Sur certains marchés, les opérateurs mobiles assurent la distribution de ces UMPC avec une offre de connectivité 3G haut débit.

Comment gérer les terminaux des employés?

La montée en puissance du nombre de terminaux mobiles appartenant aux employés qui entrent dans l'entreprise pose un nouveau défi aux responsables IT. Gartner estime que cette réalité peut-être appréhendée via trois types d'approches distinctes:

  • l'interdiction: simple en apparence, cette solution est en revanche beaucoup plus complexe à mettre en oeuvre dans les faits;
  • la sécurité "active": cette approche passe par l'installation de logiciels de sécurité sur les terminaux des employés afin de rendre ceux-ci "compatibles" avec la politique de sécurité. Là encore, il s'agit d'un défi technique, organisationnel et surtout humain, de par son aspect intrusif, quasi impossible à atteindre;
  • la sécurité "défensive": Il s'agit probablement là de l'approche la plus opérationnelle en matière de sécurité. Elle consiste notamment à réduire les risques potentiels via une politique "best efforts" qui restreint l'accès et le support de ces terminaux à quelques interactions limitées (SMS, Web browsing) avec le système d'information de l'entreprise.

Quelle stratégie mobile B-toC?

Si le marché du mobile-commerce reste encore essentiellement aujourd'hui limité à la distribution de biens digitaux à faible valeur monétaire (logos et sonneries), on observe depuis quelques mois une rapide montée en puissance de sites mobiles orientés vers les besoins du consommateur final. Ces sites s'inscrivent généralement dans le cadre d'une stratégie de type multicanal et répondent à des besoins de type informationnel mais également transactionnel.

C'est notamment le cas de sites marchands français comme le distributeur de produits culturels Alapage qui réalise déjà 3% de son Chiffre d'affaires en ligne via son site mobile ou de la version mobile du site marchand de la SNCF qui totalisait en mars 2008, 9000 visiteurs/jour, 600 réservations/jour et 80 paiements électroniques/jour. De son côté, un spécialiste de la vente à distance comme La Redoute, qui a lancé son site de mobile-commerce en septembre 2007, annonce en avril 2008, une fréquentation supérieure à 4.500 visiteurs uniques chaque mois et un nombre de commandes sur mobile multiplié par 2,5 depuis le lancement.

Les entreprises doivent donc se préparer à faire évoluer leurs stratégies d'e-commerce. Cette réflexion doit nécessairement s'articuler autour de trois thèmes majeurs que sont:

  • les objectifs de l'entreprise concernée: dès lors que le mobile devient un canal supplémentaire de communication ou de commercialisation, il convient de s'interroger sur les moyens à mettre en oeuvre pour rencontrer cet objectif de façon adéquate et d'analyser comment ce nouveau canal peut s'intégrer dans la stratégie globale de l'entreprise. Enfin, cette réflexion ne pourra s'affranchir d'une analyse approfondie concernant les types de partenariats à mettre en place pour la mise en oeuvre de cette stratégie mobile. En effet, l'industrie mobile se caractérise par l'importance d'un écosystème complexe où l'une des difficultés consiste précisément dans la conclusion de partenariats pertinents.
  • les aspects sociaux: qui sont mes clients mobiles? Qui sont-ils ?(âge, CSP, etc.). Quel est leur équipement, de quelle formule tarifaire disposent-ils? (abonnement, pré-payé?). Il ne faudra pas perdre de vue qu'en matière mobile, 50% de vos clients changeront de terminal ou de formule tarifaire, tous les 18 mois en moyenne.
  • les aspects technologiques: les applications et services B-to-C peuvent-être proposées aux clients de différentes façons (SMS, Mobile-messaging, Mobile-Web, Bluecasting, NFC, etc.).Il convient donc d'identifier la technologie la plus pertinente au lancement des services B-to-C mais également de prévoir une évolution de ces services pour répondre par exemple à des besoins de type contextuels (géolocalisation, chrono-mobilité, commerce ubiquitaire, etc.).

Quelle stratégie mobile-business pour les entreprises?

Gartner recommande une approche en deux phases:

  1. la première phase serait de nature tactique: elle implique notamment l'identification des technologies et des architectures pertinentes pour le déploiement des applications mobiles de type B-to-E (Business-to-Employees) et B-to-C (Business-to-Consumer). Sur le plan des services proposés, Gartner recommande que cette première approche corresponde à la mise en oeuvre d'interactions simples, comme le Mobile-Web et le Mobile-Messaging. Cette phase pourrait-être qualifiée de "Mobile 1.5" car elle implique le développement de services "hybrides" entre le Web et le mobile.
  2. la seconde phase serait, quant à elle, plus stratégique: souvent qualifiée de "Mobile 2.0", cette évolution prendrait en compte la spécificité du média mobile et s'appuierait sur les dernières technologies disponibles (présence, géolocalisation, services de vocalisation, etc.) afin de proposer des services beaucoup plus contextuels capables de reconnaître et de répondre à une très large variété de besoins exprimés par les employés et les consommateurs dans des contextes d'usages spécifiques.

Pour en savoir plus

  • Gartner Lien externe
    Le Gartner Group est l'un des leaders dans la recherche et l'analyse du secteur des technologies de l'information (IT)
    http://www.gartner.com
  • Le Mobile 2.0 Lien externe
    Où en est le Mobile 2.0? Avec les experts du Web et du mobile français, la troisième édition de la conférence 'Le Mobile 2.0' propose de répondre aux diverses interrogations du public et des professionnels
    http://www.lemobile20.fr

 

Portail de la Région wallonne