Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 5 décembre 2016

#mforum 13ème édition. Les entreprises intègrent l'ère post-PC

La disponibilité de réseaux mobiles de 4ème génération couplée à la puissance informatique des smartphones et des tablettes transforment radicalement les usages des consommateurs: comment les entreprises peuvent-elles s'adapter à cette nouvelle donne?
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 21/12/2012 | Imprimer | Envoyer

Le #mforum avait choisi la date symbolique du 12/12/2012 pour prendre ses quartiers d'hiver au Golf d'Hulencourt. En guise de mise en bouche, les membres de la communauté #mforum ont ainsi pu partager la vision de Francis Pisani, spécialiste des TIC, qui a souligné le rôle central du mobile tel qu'il l'a observé lors de son récent tour du monde de l'innovation.

Toute le programme de cette édition fut marquée par l'ère du "post-PC"et l'avènement de la mobiquité. Au menu de ce rendez-vous des acteurs de la mobilité en Wallonie: réseau 4G, mobile-commerce, BYOD, SEO et marketing mobile, sans oublier une incursion au coeur de la Silicon Valley.

La 4G au coeur de la "mobiquité"

André Graillet, Manager Mobile Projects & M2M, a présenté la stratégie de Belgacom en matière de réseau 4G, soulignant d'emblée que les avantages majeurs de la 4G sont essentiellement:

  • une réactivité et une réduction significative du phénomène de latence assez typique de la 3G où l'affichage d'une page est précédé d'une brève attente,
  • une capacité accrue qui permettra dans un contexte de "ressource sharing" d'accueillir sans perte de qualité un plus grand nombre de connexions simultanées sur le réseau,
  • un débit nettement supérieur à celui de la 3G (tant en download qu'en upload), ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour des usages avancés, par exemple dans le domaine du multimédia.

La 4G se présente donc comme un véritable "game changer" à la fois pour l'industrie des télécommunications mais également pour les utilisateurs. Grâce à la qualité de l'expérience "utilisateur", il sera ainsi possible de passer d'une connexion fixe au WiFi ou à la 4G de façon transparente. La 4G apporte également une réponse à des besoins toujours plus importants en matière d'usages mobiles avancés: télétravail nomade, réalité augmentée, cloud computing, véhicules connectés (privés et publics), domotique à distance, e-health, Internet des objets, etc. Cette nouvelle génération mobile s'inscrit donc comme une composante majeure dans le contexte du "anytime, anywhere, any device" (et même anything).

Selon des chiffres communiqués par Ericsson en novembre 2012, on comptait déjà plus de 55 millions d'utilisateurs de la 4G dans le monde qui se répartissaient de la façon suivante:

  • Etats-Unis et Canada: 28 millions,
  • Japon et Corée du Sud: 25 millions,
  • Europe: 2 millions.

Parmi les premiers utilisateurs professionnels de la 4G, on peut notamment citer les entreprises et les organisations qui ont d'importants besoins en matière de débit dans un contexte de faible latence. Dans cette perspective, on retrouvera, par exemple, le monde des médias qui est caractérisé par une forte concurrence entre acteurs et qui est confronté à des besoins de connectivité permanente et performante en situation de mobilité. On retrouve également déjà des clients professionnels de la 4G dans le domaine de la santé, notamment pour certains services d'urgence.

Paradoxalement, le domicile est également un lieu où la 4G trouvera un usage important, notamment dans le cadre du "second screen", c'est-à-dire d'un usage conjoint par exemple de la télévision et d'un terminal mobile. Dans cette optique, c'est ce dernier qui est le "compagnon" le plus fidèle de l'utilisateur. Pour Belgacom, de plus en plus d'utilisateurs resteront connectés à la 4G plutôt que de passer à une connexion domestique classique. Les abonnements mobiles et Internet devront évidemment évoluer vers une véritable intégration.

Belgacom a commencé à déployer commercialement son réseau 4G en Belgique en se concentrant sur plusieurs villes: Mons, Wavre, Liège, Namur pour la Wallonie. Hasselt, Anvers, Louvain et Gand pour la Flandre. Pour des raisons de réglementations spécifiques, Bruxelles n'est actuellement pas couvert, mais le réseau 3G va y être upgradé afin d'offrir un plus grand confort d'utilisation.

Si l'offre de smartphones compatibles 4G est actuellement très limitée, il est en revanche déjà possible de se procurer facilement des clés USB et des routeurs 4G/WiFi qui se connectent en 4G (ou tout autre réseau) et redistribuent la connectivité en WiFi, permettant un usage collectif en situation de mobilité des différents appareils tels que laptops, tablettes, etc.

Shopigram. Une plateforme Web et mobile au service du commerce local

Avec Shopigram, le #mforum a fait une incursion remarquée dans le "connected commerce" et dans le "SoLoMo" (Social Local Mobile). En proposant aux "petits" commerçants de créer "from scratch" une boutique en ligne, Shopigram met le commerce connecté à la portée de tous. Mais le plus remarquable est que le processus est possible de A à Z avec un smarphone.

Le commerçant prend la photo du produit qu'il souhaite vendre en ligne, y ajoute un titre et une description, et poste le tout sur la plateforme en ligne de Shopigram. Des filtres permettent en outre de personnaliser les photos. Cerise sur le gâteau, il peut également demander la création d'une application mobile spécifique à son commerce, ce qui est normalement une opportunité réservée aux entreprises de plus grande taille. La plateforme permet en outre une connexion automatique avec les réseaux sociaux, ce qui permet d'augmenter considérablement la visibilité du commerçant. Elle fournit également des statistiques d'usage. Enfin, l'achat éventuel se fait via l'application mobile et PayPal pour le paiement.

Shopigram se positionne comme une véritable marketplace, en se concentrant pour l'instant sur 4 secteurs spécifiques : mode et vêtements, maison et décoration, culture et divertissement, boissons et restauration. Cette marketplace est "locale". L'idée est de faire se rencontrer une offre et une demande locales, mais qui, jusque là, ne disposaient pas d'un "espace" de rencontre.

Avec Shopigram, les commerçants, même de très petite taille, entrent dans l'ère du commerce multicanal et du "always open".

BYOD et BYOA. Economies ou empowerment des employés?

Les TIC débordent aujourd'hui largement du seul cadre professionnel où les systèmes et usages étaient soigneusement contrôlés. C'est ce appelle généralement la consumérisation de l'IT. Beaucoup d'entre nous disposent désormais de meilleurs outils technologiques au domicile qu'au travail. Or, ces terminaux et services "privés" sont de plus en plus utilisés également dans le cadre professionnel. Cette tendance va s'accentuer. C'est le BYOD (Bring Your Own Device) et le BYOA (Bring Your Own Application). Mettre en oeuvre une stratégie BYOx dans une organisation demeure encore aujourd'hui complexe pour de multiples raisons.

Ainsi pour Gartner, les points d'attention à prendre nécessairement en compte lors du déploiement d'un programme BYO sont les suivants:

  • dimensionnement du programme et critères d'éligibilité des utilisateurs,
  • indépendance des critères d'évaluation,
  • mise en place d'une politique interne d'accompagnement,
  • sélection d'une plateforme,
  • conditions d'accès au SI de l'entreprise,
  • garanties en matière de sécurité technique et juridique (notamment au regard de la protection des données personnelles),
  • propriété du terminal et conditions de partcipation financière de l'entreprise à l'acquisition et au renouvellement,
  • support technique à l'utilisateur,
  • choix des outils et des technologies (Mobile Device Management).

En tant qu'opérateur et fournisseur de services de télécommunications, Belgacom s'intéresse de près à cette problématique, notamment en fournissant une plateforme de gestion intégrée à ses clients. L'entreprise a également mené une enquête auprès de ses clients afin de connaître l'impact réel du BYOD dans le monde professionnel.

Pour les managers IT, les défis sont les suivants :

  • faut-il accepter tous les terminaux?
  • l'infrastructure IT, et notamment le WiFi, de l'entreprise peut-elle supporter ces nouveaux terminaux, en termes de compatibilité et de volume de données échangées?
  • comment peut-on monitorer le parc des terminaux et les usages?
  • quels sont les risques éventuels en matière de sécurité? (utilisateur, thin client, applications, cloud, configuration, etc.)?

Une entreprise qui souhaite intégrer le modèle du BYOx devra mettre en place une stratégie de management, de monitoring et de support aux utilisateurs.

Les étapes d'implémentation de cette stratégie seront:

  • l'inventaire et l'audit des terminaux déjà présents,
  • la définition du support qui sera fourni,
  • les éventuelles adaptations à faire au niveau de l'infrastructure IT,
  • l'information des utilisateurs et la mise en oeuvre d'une "policy" d'usage.

Une bonne pratique consiste éventuellement à opter pour le CYOD, c'est-à-dire "Choose Your Own Device", en établissant une "white list" des terminaux acceptés et supportés par l'entreprise.

Universem. SEO (Search Engine Optimization) et ASO (Application Search Optimization)

Entreprise spécialisée dans le référencement et le SEO (Search Engine Optimization), Universem a attiré l'attention des entreprises sur le fait que le Web mobile et les applications natives doivent être aujourd'hui intégrées dans toutes les stratégies d'e-marketing et de référencement. Connectés en permanence, les internautes utilisent de plus en plus le search mobile comme porte d'entrée vers le Web. Or, dans cette perspective, les résultats envoyés par Google vont considérablement différer par rapport aux recherches classiques, puisqu'ils intègrent notamment des paramètres liés à la géolocalisation, caractéristique intrinsèque au mobile.

Pour Universem, la stratégie de l'entreprise en matière de marketing mobile passe par trois étapes classiques:

  • promotion,
  • mesure,
  • optimisation.

La recherche sur le Web est, avec 77%, l'usage de loin le plus important des mobinautes avec leur smarphone. On peut également souligner que plus de 50% des utilisateurs mobiles se connectent également sur les sites de retail. Pour être trouvé parmi les recherches mobiles, les solutions sont à la fois identiques au Web classique, et particulières à la mobilité.

Une version mobile de AdWords (SEA) est proposée par Google. En fonction des mots clés, les messages à envoyer doivent être courts et précis. En y intégrant des informations de géolocalisation ou d'horaires, le résultat aura plus de chance d'attirer le clic du mobinaute. Actuellement, le CPC (Cost Per Clic) est plus faible, car la concurrence est moins intense que sur le Web.

En matière de référencement naturel (SEO), il est vraiment intéressant de se doter d'un site Web adaptable au format du mobile et de choisir sur quels mots clés il convient d'insister. Par ailleurs, il convient de ne pas négliger les images qui vont également constituer une excellente source de trafic si elles sont correctement dimensionnées et commentées. Un catalogue de produits bien formaté pour le mobile est donc une bonne pratique.

Mais même si on ne vend pas en ligne, optimiser son site pour le mobile est intéressant, par exemple pour générer des contacts B2B, notament via des liens ou boutons "Click to Call". Ainsi, en fonction du lieu de la recherche effectuée depuis un smartphone, envoyer un lien avec un numéro de téléphone de la zone concernée suscitera plus d'intérêt et de meilleurs taux de clics.

En ce qui concerne les applications mobiles (ASO), il faut là aussi se poser les bonnes questions pour être en mesure d'augmenter sa visibilité au milieu des millions d'applications désormais disponibles sur les stores mobiles (App Store, Google Play, etc.).

On sait que les premiers jours de lancement d'un" application vont être décisifs pour arriver dans le top 10 sur les stores d'Apple (App Store) ou de Google (Google Play). Par contre, notamment dans le cas d'Apple, on ignore comment le classement est exactement établi, même s'il est évident que  des critères tels que le nombre de téléchargements, les avis des utilisateurs ou les mots clés interviennent de façon significative.

Enfin, il est également important de mettre régulièrement l'application à jour afin de la faire vivre dans le temps et de maintenir et/ou d'améliorer son classement sur les stores.

Tout comme pour le référencement sur le Web, il existe également des mauvaises pratiques qui, si elles peuvent fonctionner au début, sont dangereuses à terme et peuvent déboucher sur un black-listage. Attention donc aux téléchargements contre rémunération, aux avis factices ou encore aux fermes de liens.

Pour les applications, il est possible de faire de la publicité, mais le meilleur usage est certainement d'utiliser le trafic existant, ce qui est une forme d'auto-promotion gratuite. Un excellent exemple, tel que décrit par Universem, est celui du journal Le Soir. En effet, celui-ci dispose à la fois d'une site Web qui s'adapte au terminal mobile (responsive design) et d'une application native. Enfin, la promotion de ces outils est effectuée en s'appuyant sur son propre trafic Web.

Selon Universem, dans le cas d'une application, on peut suivre le canevas de promotion suivant:

  • faire du buzz avant la sortie,
  • rendre l'application visible dès sa disponibilité sur les stores,
  • concevoir une landing page spécifique et y décrire l'application ainsi que ses avantages,
  • fournir des screenshots,
  • prévoir des publicités "click to download".

Le "click to download" est par exemple très bien utilisé par la maison du tourisme de Dinant. Lors de recherches mobiles sur le thème du tourisme dans la province de Namur, un lien payant apparaît dans les résultats. En cliquant, on peut télécharger l'application. Ceci démontre une fois encore la puissance du modèle SoLoMo (Social Local Mobile) où l'information envoyée correspond au contexte précis d'usage du demandeur (lieu, moment, type de terminal, goûts, etc.).

En matière de budget, le marketing mobile permet d'excellents résultats en matière de ROI et d'acquisition d'utilisateurs qualifiés. Ainsi, 25 à 35% des téléchargements d'applications résultent de publicités. De même, les taux de conversion sont excellents, avec près de 40% en moyenne. La plateforme AdMobs permet également de faire de la publicité pour une application sur d'autres applications, ce qui permet un ciblage très précis.

Les mesures statistiques montrent que l'essentiel des téléchargements vient de l'App Store d'Apple et de Google Play.

Les outils fournis par Google sont également très importants. Avec Google Mobile App Analytics, on peut mesurer les actions, les comportements et optimiser la conversion. Il s'agit d'une librairie informatique qui est chargée au coeur même de l'application. Elle permet donc un tracking très précis des utilisateurs.

Pour ce qui est des sites mobiles, l'analyse du trafic est identique à celle des sites Web. Il suffit d'isoler le trafic mobile pour l'analyser. Une bonne idée peut également être de proposer deux versions d'un site mobile et de vérifier lequel des deux fonctionne le mieux.

Un des messages clés d'Universem, d'ailleurs repris par Jean-Marc Hardy, est de prendre en compte le mobile de manière spécifique. Il est ainsi incroyable de constater que 60% des sites Web des marques les plus connues en Belgique ne sont pas adaptés à une consultation via un smartphone ! On sait pourtant que 67% des utilisateurs achètent plus facilement sur un site qui est "mobile friendly".

60questions.net. Comment écrire pour le mobile?

Jean-Marc Hardy est consultant en ergonomie Web. Il est venu présenter les principales conclusions de son expertise contenue dans un nouvel ouvrage co-écrit avec Isabelle Canivet sur le passage du Web au mobile.

Se revendiquant d'emblée comme "non-technophile", son premier message se veut simple: le marché mobile est là, il faut y prendre place! Or, pour déployer une stratégie de présence Web mobile, la première étape est évidemment de s'occuper du contenu.

Première question qu'il convient dès lors de se poser: quelles informations et quels services l'entreprise va-t-elle proposer? En fonction des secteurs, la réponse pourra être plus ou moins évidente. Ce sera notamment le cas de la restauration, par exemple, qui est une activité très liée à la mobilité et où le client va formuler en général une requête simple et naturelle du type "je suis dans telle ou telle ville et je cherche un restaurant italien".

Pour choisir l'information à envoyer en priorité, il faut donc tenir compte du sentiment d'urgence ou d'inspiration qui en fonction du contexte et de la localisation de l'utilisateur sera très important en situation de mobilité. Ainsi, dans le cas d'une école, les parents chercheront le plus souvent un numéro de téléphone, une adresse, un plan, des horaires de cours, plutôt que le projet pédagogique détaillé.

D'autre part, l'identification du type de terminal est également indispensable pour mettre en place un design adapté. C'est le concept de "responsive design", basé sur les feuilles de style, HTML5 et javascript. Un site peut ainsi apparaître très différemment pour les 3 terminaux de base que sont respectivement: le PC, la tablette et le smartphone. Pour des exemples de responsive design on peut notamment se référer au site Searchengineland.com.

Une autre solution est de développer un site Web spécifiquement adapté au mobile, site vers lequel l'utilisateur d'un smartphone ou de tablette sera envoyé automatiquement. Il faut toutefois prévoir la possibilité de revenir vers le site "full Web" si l'utilisateur le souhaite.

Enfin, comme l'a souligné Jean-Marc hardy, on peut également choisir de développer une application mobile native spécifique pour chaque plateforme (iOS, Androïd, WindowsPhone). L'un des avantages majeurs des applications natives reste aujourd'hui la possbilité de tirer pleinement parti de certaines fonctionnalités hardware du téléphone (appareil photo, gyroscope, accéléromètre, etc.).

Comme l'a rappelé Jean-Marc Hardy, réfléchir à l'ergonomie d'un site ou d'une application mobile, c'est toujours tenir compte de plusieurs paramètres fondamantaux, tels que:

  • la taille de l'écran et le nombre limité de pixels. Le plus souvent, un design en une seule colonne sera la bonne solution.
  • le nombre de boutons.  3 ou 4 sont en général un maximum par écran.
  • la navigation en 2 temps, par exemple avec une icône "+" ou un menu à scroller (flip) horizontalement,
  • la place que va prendre un doigt sur l'écran et l'endroit où il se posera le plus facilement,
  • l'eventuelle rotation de l'écran,
  • les différentes tailles d'écrans et l'endroit où viennent se positionner les contenus.

Ecrire pour un site mobile demandera un niveau de concision encore plus important que pour le Web. Il faut tenir compte des limites d'interaction de l'utilisateur via le clavier. Même s'ils se sont améliorés, les claviers des terminaux mobiles restent un vrai cauchemar pour des encodages complexes. Il sera donc utile de mémoriser un maximum d'informations ou de proposer des choix dans des listes déroulantes.

xBrainSoft. Oubliez la technologie, pensez expérience utilisateur (#usawt)

Pour cette 13ème édition du #mforum, l'AWT a lancé une nouvelle rubrique basée sur l'utilisation de Google HangOut et baptisée pour l'occasion #usawt.

A cette occasion, l'AWT a interviewé Grégory Renard (xBrainSoft) qui vient de s'intaller au coeur de la Silicon Valley à Menlo Park. Découvrez dans cette vidéo son expérience américaine et son approche du marché dans un contexte post-PC.


TRENDS 2012 les nouvelles tendances dans le... par frenchweb

Pour en savoir plus

  • M-Forum 12-12-12 (.PDF 486 k)
    Introduction de l'AWT, lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
    http://www.awt.be/contenu/tel/mob/mforum13_AWT.pdf
  • Belgacom Lien externe
    Le groupe Belgacom est le fournisseur de référence en Belgique en matière de services de télécommunication intégrés
    http://www.belgacom.com
  • Proximus 4G (.PDF 2126 k)
    Présentation d'André Graillet, Belgacom, lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
    http://www.awt.be/contenu/tel/mob/mforum13_Belgacom4G.pdf
  • Shopigram Marketplace Lien externe
    A new and simple way to sell stuff with your iPhone. Connect with your facebook account, take a picture, tag a name, a price and your stuff is ready for sales on the marketplace
    http://get.shopigr.am
  • BYOW (Bring Your Own Device) (.PDF 1182 k)
    Présentation de Turkan Gokalp, Belgacom, lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
    http://www.awt.be/contenu/tel/mob/mforum13_BelgacomBYOD.pdf
  • Universem Lien externe
    Spécialisée en Search Engine Marketing, Universem conçoit et implémente des stratégies mêlant le référencement naturel (SEO), le référencement payant (SEA) et le Web Analytics afin d'optimiser le retour sur investissement
    http://www.universem.be
  • Mobile Marketing (.PDF 2586 k)
    Présentation de Simon-Pierre Breuls et Sébastien François, Universem, lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
    http://www.awt.be/contenu/tel/mob/mforum13_universem.pdf
  • Quelle stratégie vers le Web mobile?
    Présentation de Jean-Marc Hardy lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
  • 60questions.net Lien externe
    Quelles sont les caractéristiques des sites web qui marchent. Tout ce qu'il faut savoir pour réussir son projet internet ou intranet
    http://www.60questions.net
  • 60 questions, le blog Lien externe
    Le but premier de ce blog est de discuter des bonnes et mauvaises pratiques en matière de conception de sites web. Avec un accent particulier sur les innovations qui permettent d'enrichir ou de simplifier le Web
    http://blog.60questions.net
  • Face à l'explosion du Web mobile quelle stratégie adopter? (.PDF 1908 k)
    Présentation de Jean-Marc Hardy, 60questions.net lors de la 13ème édition du M-Forum AWT/Proximus (12/12/2012)
    http://www.awt.be/contenu/tel/mob/mforum13_JeanMarcHardy.pdf
  • xBrainSoft Lien externe
    Les Assistants Personnels et Intelligences Digitales sont de nouveaux outils pour vous faciliter la vie. Il s'agit de services dédiés au bien-être et au gain de temps de l'utilisateur
    http://www.xbrainsoft.com
Portail de la Région wallonne