Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 26 septembre 2016

Haut débit pour tous avec l'ADSL

Les technologies xDSL (Digital Suscriber Line) permettent un accès Internet à haut débit sur une ligne téléphonique standard
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 14/02/2001 | Imprimer | Envoyer

Les technologies xDSL (Digital Suscriber Line) permettent d'avoir un accès Internet à haut débit et s'adressent à la plus grande communauté d'utilisateurs potentiels que sont les 800 millions d'utilisateurs du réseau téléphonique mondial. L'intérêt principal de la technologie xDSL est de donner un accès Internet à haut débit sur une ligne téléphonique standard et de garder en même temps son accès au réseau téléphonique (la voix et les données partagent la même ligne). L'infrastructure en place ne demande que quelques aménagements (l'achat ou la location d'un modem xDSL, des filtres pour séparer la voix et les données, etc).

ADSL (Asymetric Digital Suscriber Line)

L'ADSL offre des débits théoriques compris entre 1,5 Mbps et 9 Mbps (soit 160 fois plus que les modems à 56 Kbps). La vitesse dépend de la distance entre le point à connecter (foyer ou entreprise) et le central téléphonique équipé ADSL. Cette distance doit être inférieure à 5 kilomètres.

Le débit de transmission de l'ADSL est asymétrique: 1,5 à 9 Mbps en download (téléchargement, c'est-à-dire le transfert depuis le réseau vers l'utilisateur) et de 16 à 640 kbps en upload (transfert dépuis l'utilisateur vers le réseau). Cette propriété rend l'ADSL capable de satisfaire les besoins d'accès Internet des foyers et des PME. Dans les prochaines années on prévoit que le nombre d'utilisateurs ADSL dépassera le nombre d'utilisateurs modem, câbles, liaisons sans fil et RNIS.

Belgacom offre un service ADSL pour un ordinateur isolé (débit de maximum de 1 Mbps en download et de 128 kbps en upload) et un service orienté entreprise capable de connecter plusieurs ordinateurs reliés en lan (débit de maximum 1 Mbps en download et de 128 à 512 kbps en upload). Ce service est offert par des ISP tels que Belgacom Turbo Line, Planet Internet, Infonie, Easynet, Belnet, Win, etc.

Pour un utilisateur qui souhaite avoir un accès Internet ADSL la question à se poser est: suis-je dans une zone ADSL? Pour le savoir, il suffit de se connecter au site de l'un de ces fournisseurs et d'effectuer une vérification via son numéro de téléphone. Vous saurez alors si le service est disponible et sinon quand il le sera.

Il faut savoir que les zones à forte densité de population sont les mieux servies. Par contre, certaines zones à faible densite devront encore attendre la fin 2001, ou même 2002. Il restera également un faible pourcentage de zones pour lesquelles la distance entre le central téléphonique et le point à connecter dépasse les 5 kilomètres. Dans ce cas, il faudra sans doute attendre une nouvelle génération d'équipements xDSL (SHDSL) qui permettront le placement des répétiteurs afin de toucher des abonnés situés jusqu'à 8 kilomètres environ des noeuds de services xDSL.

SHDSL (Symetric High bit rate Digital Suscriber Line)

Le SHDSL sera la nouvelle norme du haut débit qui devra couvrir un rayon de 8 kilomètres autour du central téléphonique et arriver à des débits de 2,3 Mbps en mode symétrique (débit download égal au débit upload).

Ce débit est assuré sur une paire de fils de cuivre. Il est possible de mettre en service le SHDSL sur deux ou plusieurs paires de fils en cuivre. Ainsi, le débit peut doubler (4,6 Mbps) ou tripler. Les équipements SHDSL existent déjà mais leur utilisation en Belgique n'est pas encore annoncée.

VDSL (Very high-speed rate Digital Suscriber Line)

Le VDSL permet d'augmenter le débit jusqu'à 50 Mbps. Le VDSL est adapté au transfert de vidéo, de voix et de données sur la paire de fils en cuivre.

La capacité s'appuie sur une répartition des débits upload et download pour ajuster la qualité des transmissions en fonction des besoins (par exemple 26 Mbps en mode symétrique pour assurer une transmission bidirectionnelle d'imagerie à haute définition).

Cependant, la distance maximale d'utilisation est inversement proportionnelle au débit. De 1,5 kilomètre pour 12 Mbps elle arrive à 300 mètres seulement pour 50 Mbps en mode asymétrique. Le VDSL fonctionne normalement en mode asymétrique mais on peut arriver à un fonctionnement quasi symétrique (par exemple le transfert bidirectionnel à 26 Mbps sur une distance de 300 mètres).

Le VDSL n'est pas encore annoncé en Belgique. Les sociétés Alcatel et Texas Instruments vont travailler ensemble pour rendre leurs équipements compatibles afin d'assurer l'essor commercial de cette technologie. Les opérateurs pourront fournir le service VDSL en même temps avec le service ADSL.

Les aspects juridiques liés au dégroupage

Le Règlement 2887/2000 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 (JOCE L336/4 du 30/12/2000) a introduit en Europe le principe du dégroupage de la boucle locale de cuivre. Ce texte étant d'application immédiate, il permet donc l'ouverture à la concurrence de l'accès local depuis le 1er janvier 2001.

L'expression boucle locale désigne le circuit physique à paire torsadée métallique du réseau d'accès local qui relie le point de terminaison du réseau dans les locaux de l'abonné au répartiteur principal, au commutateur local, au concentrateur ou à toute autre installation locale équivalente de l'opérateur. Il s'agit donc de proposer aux entreprises et aux abonnés résidentiels une offre alternative à la fourniture haut débit de services de données et, le cas échéant, également de services vocaux de l'opérateur historiquement dominant. La disponibilité d'une telle offre devrait permettre une baisse sensible des tarifs, notamment pour l'accès rapide à l'Internet.

Afin d'être en mesure de respecter l'échéance européenne, un Arrêté royal du 12 décembre 2000 (modifiant celui du 22 juin 1998 relatif aux conditions d'établissement et d'exploitation de réseaux publics de télécommunications, Moniteur belge du 29/12/2000) est venu poser le principe et les modalités du dégroupage en Belgique. Comme cela est exigé par les textes, Belgacom, en tant qu'opérateur notifié, a fourni à la fin de l'année 2000 une offre de référence concernant les conditions tarifaires (orientation vers les coûts) et techniques du dégroupage (colocalisation, conditions d'accès pour les personnels autorisés, normes de sécurité, etc).

Toutefois, si le principe du dégroupage est effectivement acquis, sa réalisation sera plus délicate. L'entrée de nouveaux concurrents sur le marché de l'Internet à haut débit, par exemple l'ADSL, reste en effet largement conditionnée aux conditions de mise en œuvre de l'offre de référence de l'opérateur puissant et à l'intervention des Autorités nationales de régulation ainsi que de la Commission européenne.

Pour en savoir plus

  • DSL Forum Lien externe
    DSL Forum est un consortium industriel international regroupant près de 200 fournisseurs de services, équipementiers, etc. Son objectif est le développement du potentiel des technologies à large bande DSL en vue de rencontrer les besoins du marché de masse
    http://www.adsl.com
  • Arrêté royal du 12 décembre 2000 sur le dégroupage (.PDF 25 k)
    Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 22 juin 1998 relatif aux conditions d'établissement et d'exploitation de réseaux publics de télécommunications
    http://www.awt.be/contenu/tel/res/ARdegroupage.pdf
  • Règlement européen sur le dégroupage (.PDF 117 k)
    Règlement (CE) No 2887/2000 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif au dégroupage de l'accès à la boucle locale (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)
    http://www.awt.be/contenu/tel/res/reglement_degroupage.pdf
Portail de la Région wallonne