Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 4 décembre 2016

Du nouveau pour les abonnés ADSL

Plusieurs nouveautés relatives à l'ADSL ont été annoncées par Belgacom. Elles concernent sa disponibilité, les niveaux de débit, le contrôle du volume de transfert, mais aussi le SDSL et les essais du VDSL
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 17/10/2002 | Imprimer | Envoyer

Fin août, le nombre d'abonnés ADSL s'élevait à 400000. Une hausse attendue sur base des résultats des enquêtes réalisées par l'AWT au niveau des usages TIC en Région wallonne qui avaient montré le succès important de l'ADSL et la volonté de ceux qui n'en disposaient pas encore d'y passer rapidement.

Toujours plus de débit

Ces mêmes enquêtes soulignaient également clairement les attentes des clients sur un autre point sensible: un débit passant à la vitesse supérieure. On le sait, l'ADSL, peut techniquement, atteindre des vitesses plus importantes que celles disponibles pour les abonnements actuels en Belgique (Go, Plus, Premium, Office, Pro). Ces limitations devraient être levées, puisque Belgacom a annoncé récemment qu'il prévoyait d'augmenter la vitesse de transmission vers l'utilisateur de 750 kbit/s (1 Mbit/s) à 3 Mbit/s dès le 1 Novembre 2002.

Il faut toutefois à nouveau insister sur le fait que pour atteindre cette vitesse maximale, différents facteurs devront être pris en compte:

  • la distance entre l'abonné et le centrale téléphonique (ou la qualité du signal),
  • la qualité du cablage interne,
  • les performances des ordinateurs,
  • etc.

Les ISP (fournisseurs d'accès Internet) décideront de suivre ou pas cette augmentation de vitesse. Globalement, ils sont tous très favorables et prêts à entamer ce changement.

Rappelons que l'ADSL est un des plus confortables moyens de connexion à Internet pour les particuliers et les PME qui utilisent le réseau téléphonique existant pour transmettre la voie et des données. Ainsi, l'ADSL est utilisé de plus en plus pour le télétravail. Dans ce cas, l'accès ADSL peut être complété avec la mise en œuvre d'un VPN (réseau privé virtuel) pour accéder aux ressources internes d'une entreprises et disposer de services supplémentaires:

  • l'intranet,
  • des fichiers partages,
  • des agendas et des listes de contacts,
  • le courrier électronique,la messagerie instantanée,
  • etc.

Par ailleurs, l'opérateur a annoncé que grâce à des mesures plus précises sur les lignes, ce sont désormais 93% de la population qui sont couverts par l'offre ADSL (contre 90% jusqu'à présent). C'est désormais la qualité du signal qui compte, plus que la distance (les fameux 5 kilomètres), qui entre en ligne de compte.

Volumes de données transférés

Certains abonnements ADSL ont des limitations de volume de données à transférer. Si ce volume n'était pas très surveillé jusqu'à maintenant, cela risque de changer complètement.

A partir de la même date (1 novembre 2002), Belgacom annonce également un suivi rigoureux des volumes de données transférées avec annonce par mail si le seuil de 3 Gbytes restants est atteint. Ainsi l'utilisateur pourra faire un meilleur usage des derniers 3 Gbytes qui lui restent à transférer jusqu'à la fin du mois ou acheter du volume supplémentaire par tranches de 5 Gbytes pour 5 EUR (cet achat est proposé en ligne).

Ce passage de l'ADSL à une vitesse supérieure ouvre la voie à d'autres service à offrir aux utilisateurs tels les services de e-gouvernement, les services liés aux soins de santé, les services multimédia: l'image, l'audio, etc.

SDSL - VDSL

Belgacom travaille également à l'avenir des technologies DSL. Il en va ainsi de la technologie SDSL (Symetric Digital Subscriber Line) qui offre la vitesse de 2,3 Mbit/s, mais tant en réception qu'en envoi de données, ce qui devrait séduire un nombre croissant d'entreprises.

Belgacom pense également à se lancer dans le VDSL (Very (High bit rate) Digital Subscriber Line) qui offre une vitesse de transfert dix fois plus importante que l'ADSL! Des tests sont actuellement menés avec quelques dizaines d'employés de l'entreprise dans deux villes de Belgique. Ces tests sont technologiquement concluants. Toutefois, le VDSL risque de coûter très cher. Il nécessite en effet un déploiement beaucoup plus intensif de fibre optique et implique aussi une distance moins grande entre les centraux et les clients finaux.

Portail de la Région wallonne