Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 5 décembre 2016

Stratellite: l'infrastructure des connexions sans fil de demain?

Une société américaine teste un nouveau type d'infrastructure de télécommunications. Le stratellite pourrait permettre le déploiement d'infrastructures à large bande pour services mobiles et sans fil à un coût abordable
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 02/08/2005 | Imprimer | Envoyer

Un dirigeable fournissant des services de communication sans fil et mobiles

Le stratellite appartient à la classe des Aéronefs de Haute Altitude (AHA) à structure rigide. En réalité, le stratellite est un dirigeable de très haute altitude qui fournit une plate-forme stationnaire afin d'assurer la transmission des services de communication sans fil et mobiles les plus divers: téléphonie mobile cellulaire, services 3G/4G, téléphonie sans fil fixe, HDTV ou encore accès à l'Internet sans fil.

Situé dans la stratosphère, à quelques 20 kilomètres au-dessus de la terre, le stratellite Sanswire One mesure 75 mètres de long pour 45 mètres de haut. L'enveloppe, constituée de Kevlar, contient 390.000 mètres cubes d'un mélange d'hélium et d'hydrogène. Ce stratellite a une ligne de visée de plus de 300 kilomètres et peut donc couvrir une superficie d'environ 700.000 kilomètres carrés. Toutefois, Sanswire prévoit une infrastructure qui comprendrait un stratellite par mégapole.

Le stratellite a une durée de vie dans la stratosphère de 18 mois, terme au-delà duquel il retourne à sa base terrestre. Sur terre, il subit un entretien (remplacement du gaz, mise à jour logicielle) et est ensuite renvoyé vers la stratosphère. Le stratellite est donc totalement réutilisable.

Illustration d'un stratelitte

Illustration d'un stratelitte

Satellite ou stratellite?

L'intérêt du stratellite par rapport au satellite est multiple. D'abord grâce à ses coûts de construction et de mise en service. Pas besoin de lanceur pour ce dirigeable sans pilote qui atteint son altitude à l'aide d'une technique de "gaz lifting", contrairement aux satellites qui sont placés en orbite géostationnaire par des fusées. Actionné par des moteurs électriques alimentés par des panneaux solaires, le stratellite est contrôlé par GPS à partir d'un centre d'opération terrestre.

Ensuite, le stratellite s'avère être une bonne solution d'infrastructure à haut débit symétrique. En effet, un satellite géostationnaire est situé à environ 35000 km de la terre. Cela implique un délai de quelques secondes à toutes les transmissions. Le stratellite étant 1700 fois plus proche de la terre, les transmissions seront beaucoup plus rapides qu'au moyen de satellites. De plus, les transmissions par satellite sont asymétriques. Le satellite est donc peu adapté à la transmission de données.

Les atouts du stratellite

Le stratellite offre de nombreux avantages:

  • infrastructure à haut débit symétrique,
  • solution mobile et sans fil de longue portée,
  • couvre de larges territoires,
  • résout le problème de couverture des zones rurales,
  • mise en place rapide (quelques semaines),
  • disponible même lors de catastrophes naturelles (séisme, raz de marée, etc.),
  • prix abordable,
  • technologie réutilisable.

Le stratellite: une solution d'avenir?

Le stratellite pourrait être une solution d'avenir pour bâtir des infrastructures nationales à des prix abordables qui pourront ainsi réduire la fracture sociale. Aux Etats-Unis, un abonnement illimité d'accès sans fil à Internet via stratellite devrait s'afficher autour de 29 dollars par mois.

D'autres usages, militaires ou gouvernementaux, pourront émerger: le contrôle des frontières, la sécurité des habitations, la recherche liée aux changements climatiques, la surveillance des mouvements telluriques et des éléments météorologiques.

Le concept est séduisant mais doit encore faire ses preuves. Des tests et des essais en vol vont démarrer durant les mois d'été 2005 et couvrir des régions d'Amérique du Nord et du Sud. Aucune date d'entrée en service n'a pour le moment été annoncée.

La Belgique compte déjà utiliser cette technologie. En effet, en 2006, la Flandre lancera Mercator-1. Son projet de "stratellite" sera dédié à la prise de vues de très haute résolution et à la télédétection stratosphérique. Ces éléments seront mis à disposition de ses services de cartographie et d'information géographique.

Pour en savoir plus

Portail de la Région wallonne