Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mercredi 28 septembre 2016

Adjugo: lorsque gouvernance IT rime avec "Green IT"

Tous les secteurs d'activités sont aujourd'hui entrés dans une phase active de réduction de leurs émissions carbone. Quel rôle le secteur des TIC peut-il jouer dans cette mobilisation? Que recouvre la notion de Green IT?
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 15/12/2009 | Imprimer | Envoyer

Face à l'évidence du réchauffement climatique et de ses impacts sur les modes humains d'organisation, c'est à l'aune de la métrique CO2 que se structurera demain l'ensemble de l'économie. Dans cette perspective, force est de reconnaître que le bilan de l'empreinte environnementale du secteur IT (2% de l'ensemble de l'énergie consommée dans le monde par exemple) est aujourd'hui inversement proportionnel à son impact positif sur l'ensemble des secteurs économiques.

Gisement de productivité et d'innovations accrues depuis plus de vingt ans, le secteur IT doit aujourd'hui opérer une véritable refondation pour devenir certes plus durable mais également pour constituer une des dynamiques majeures du passage vers une économie décarbonée.

Green IT entre contraintes et opportunités

La Green IT est précisément l'expression tangible de ces deux réalités. Dans une première étape, l'IT devra donc tout d'abord poursuivre ses propres efforts environnementaux. Cette transformation est actuellement en cours via la mise en place de:

  • technologies plus "propres" comme l'éco-conception (éco-labels) des produits informatiques, les nouvelles générations de Datacenters ou encore la virtualisation;
  • bonnes pratiques (nouvelle gouvernance IT) appliquées, soit spontanément par les entreprises et les organisations, soit en étant le fruit de mesures réglementaires incitatives ou coercitives (achats responsables et durables de matériels, mise en place de tableaux de bord environnementaux, optimisation des impressions papiers, gestion de l'énergie consommée via des politiques ciblées d'extinction des machines non utilisés, dématérialisation des processus internes et externes, politiques de mobilité et de transport, télétravail, téléconférences, e-formation, gestion de la fin de cycle de vie des matériels IT, etc.).

Ces efforts sont certes déterminants mais ne constituent cependant que la partie émergée de l'iceberg car la seconde étape dans laquelle nos économies vont maintenant entrer va être la plus riche en opportunités pour le secteur IT. Loin de se cantonner à devenir l'acteur exemplaire de sa propre sobriété, le secteur IT va constituer l'un des leviers essentiels qui va irriguer en gains environnementaux l'ensemble des secteurs économiques.

L'un des chantiers les plus visibles de cette participation active du secteur IT à la transformation de la plupart des métiers est sûrement celui de l'informatisation des grands réseaux de distribution existants, tels que l'eau, l'électricité, les routes et les autoroutes.

La disponibilité de technologies performantes de capteurs, de transmission et d'analyse, en temps réel, des données collectées sur ces différentes infrastructures va, par exemple, contribuer significativement à réinventer l'usage même des services proposés par ces réseaux.

La green IT ne sera dès lors plus considérée comme une composante spécifique de l'IT mais bien comme une ressource essentielle à l'émergence de projets écologiques globaux (exemple des villes intelligentes et durables).

En amont, le défi lancé par l'intégration des projets en cours dans le domaine de la production d'énergies renouvellables va nécessairement correspondre à un besoin accru "d'intelligence" informatique (Smart Grid) pour optimiser la rencontre entre les aléas de production, la décentralisation de ces sources de production, la gestion des pics de consommation et enfin la nécessité d'inventer de nouveaux modèles de tarification associés où les circuits financiers seront à double sens.

En aval, le consommateur final va devenir également un véritable "consom-acteur" de cette révolution verte qui sera, par conséquent, de plus en plus demandeur d'outils IT lui permettant de jouer ce rôle. Là encore, réseaux de capteurs et de nanocapteurs sans fil, compteurs intelligents (smart meters), réseaux haut et très haut débit, ou encore applications en ligne et services de géolocalisation et d'information en temps réel, constitueront, à la fois, autant de marchés nouveaux pour les entreprises IT innovantes et autant d'économies significatives d'énergie du côté des consommateurs (des baisses de 5 à 15% de la consommation d'énergie par les particuliers ont déjà été observées lors de projets-pilotes de cette nature).

IT et Green apparaissent donc comme indissociables pour offrir des solutions adaptées aux défis concrets qui s'annoncent mais également pour créer une valeur économique capable de concilier l'indispensable préservation de notre capital environnemental et une croissance durable source d'avenir pour nos entreprises et pour les emplois qui y sont attachés.

Adjugo un acteur au service de la Green IT

La société de conseil Adjugo a vu le jour en 2007. Cette société est active tant auprès des pouvoirs publics que des entreprises privées. Outre une veille permanente sur l'évolution des nouveaux standards et sur l'impact des nouvelles réglementations européennes en matière de développement durable, Adjugo a développé une méthode de gouvernance de l'informatique verte (Green-IT Governance Framework). Ce projet innovateur, financé en partie par le 7th Program Cadre Européen (Cordis), analyse d'une part l'utilisation plus propre de l'IT (maturité) et d'autre part l'apport de l'IT comme facteur de diminution des émissions de CO2 (low carbon public entities).

Adjugo identifie quatre éléments moteurs pour conduire les organisations vers la Green IT:

  • les impacts incontestables des effets induits par le changement climatique sur les organisations humaines;
  • l'évolution réglementaire qui progressivement passe d'un mode incitatif vers un mode de type coercitif;
  • la prise de conscience par les entreprises de leur responsabilité sociale en matière de développement durable;
  • la refonte progressive de la gouvernance IT au sein des entreprises dans un objectif de maîtrise des coûts opérationnels et comme argument différenciant du point de vue marketing.

L'impact de ces tendances est encore renforcé par la transformation accélérée de nos économies développées en sociétés où les services deviennent dominants. Si plusieurs initiatives gouvernementales et régionales sont déjà actuellement mises en oeuvre en matière de green IT en Europe, Adjugo souligne néanmoins que l'essentiel reste encore à faire en la matière. Si l'exemple des mesures "CO2 Neutral" constituent déjà un pas dans la bonne direction, elles demeurent néanmoins insuffisantes car la compensation financière ne doit pas constituer un alibi commode pour s'exonérer de ses obligations en matière de contribution à la réduction des émissions de CO2.

Dans le cadre d'une mission d'audit de type Green IT, Adjugo propose la mise en place d'une première phase sous la forme d'un "Quick Scan" qui fait appel à une méthologie éprouvée regroupée autour de cinq domaines clés et 220 bonnes pratiques préalablement identifiées. A l'issue de cet audit, Adjugo consolide les résultats obtenus dans une grille de maturité reprenant un classement des actions en cours ou restant à mener.

Cette première phase permet à Adjugo de proposer à la structure auditée des recommandations personnalisées. C'est à l'entreprise de décider des propositions qu'elle souhaite mettre en oeuvre.

Adjugo observe aujourd'hui une prise de conscience dans certaines entreprises et organisations en matière de Green IT mais souligne que dans la plupart des cas ces conversions demeurent encore trop fragmentées. Généralement de type Bottom-Up, ces initiatives Green IT restent le plus souvent liées à une personne ou un service particulièrement conscient de la nécessité de décarboner progressivement l'activité et l'offre de produits et de services de l'entreprise considérée. Dans cette perspective, les responsables informatiques, les services financiers et la direction générale de l'entreprise ne disposent pas aujourd'hui d'informations pertinentes et encore moins d'une roadmap sur laquelle fonder une stratégie d'ensemble en matière d'objectifs de type Green IT.

Pour illustrer cette vision immature des organisations, Adjugo cite notamment deux exemples:

  • les difficultés d'adoption et d'évaluation des politiques de réduction des déplacements via le télétravail et les téléconférences du fait notamment des incertitudes légales qui subsistent aujourd'hui ou compte-tenu d'absence de coordination avec d'autres politiques (exemple des plans de mobilité);
  • les" PC Donation Policies" qui se traduisent par un coût envionnemental extrêmement élevé du fait de l'absence de filières de recyclage dans les pays en voie de développement.

Pour en savoir plus

  • Adjugo Lien externe
    Process and project improvement for a better IT governance
    http://www.adjugo.com
  • Green ICT Lien externe
    Green ICT
    http://www.green-ict.com
Portail de la Région wallonne