Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 11 décembre 2017

Plan eHosp 2011-2016. Vers un réseau d'hôpitaux connectés numériquement

En 2009, le Gouvernement fédéral et le SPF Santé publique lançaient le plan eHosp. Ce plan prévoit un budget annuel de plus de 16 millions d'euros pour les investissements informatiques dans les hôpitaux, et notamment le dossier infirmier électronique
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 24/02/2011 | Imprimer | Envoyer

Article réalisé sur base du travail de Carole Absil (Agoria).

Lors de la séance d'information eHealth du 12 janvier 2011, les débuts du plan eHosp (à savoir de 2009 à 2011) ont été analysés et les actions futures dans ce cadre ont été présentées. La plate-forme eHealth d'Agoria suit de près le sujet et fait le point.

Fondements du plan eHosp

Le plan eHosp trouve son origine dans le fait que l'informatisation des hôpitaux belges est aujourd'hui encore beaucoup trop disparate, avec de grandes différences entre les différents hôpitaux (universitaires, publics, privés). De plus, on constate que la tendance évolue vers une mutation profonde du rôle de l'hôpital dans le système de soins:

  • vieillissement de la population (évolution vers des soins extra-muros);
  • poids des pathologies chroniques;
  • pression de l'offre et besoin d'absorber de plus en plus rapidement les nouveautés techniques et médicales;
  • contraintes budgétaires;
  • etc.

Au-delà de nos frontières, des collaborations voient le jour avec la création de zones d'accès intégrées, des accords inter-hospitaliers, ce qui nécessite une certaine interopérabilité et harmonisation de la part des structures de soins. Comme exemples de collaboration, on peut citer "The Euregio Meuse-Rhin platform" et "The Franco-Belgian Health Observatory".

Pourquoi un plan eHosp?

Une informatisation poussée du secteur hospitalier est une condition sine qua non à la modernisation de notre système de soins de santé. De plus, une approche qualité et sécurité centrée sur le patient demande:

  • une personnalisation de la prise en charge et une évaluation "globale" des besoins du patient;
  • un rôle plus actif du patient;
  • une approche centrée sur la coopération et le partage d'informations entre acteurs et entre lignes de soins;
  • une capacité de communication permanente avec les sources de connaissances internes et externes à l'hôpital;
  • un meilleur contrôle de tous les facteurs de risques (médecine prédictive);
  • une prise en compte de l'e-mobility.

La pression budgétaire sur la sécurité sociale est de plus en plus importante, ce qui se répercute également sur nos institutions de soins. Dès lors, le plan eHosp vise également un contrôle des coûts de santé et œuvre à:

  • cibler les domaines qui demandent un investissement prioritaire;
  • éviter les dépenses inutiles (comme le double examen);
  • simplifier au maximum les flux administratifs;
  • privilégier les approches intégrées et transversales innovantes pour les patients chroniques;
  • encourager les synergies entre institutions;
  • utiliser les nouvelles potentialités des réseaux;
  • améliorer la qualité des appels d'offres grâce à un cadre de standardisation;
  • favoriser l'investissement dans la formation aux nouvelles technologies;
  • encourager l'hôpital à devenir un centre d'excellence.

Évaluation du plan eHosp de 2009 à aujourd'hui

Les indicateurs donnant des informations sur les dépenses TIC des hôpitaux sont assez anciens et faussés. En effet, ils prennent en compte aussi bien le matériel que le logiciel et parfois aussi les dépenses pour le gros électro médical, tels les scanners. Néanmoins, ils peuvent nous donner une idée de l'importance (ou non) accordée aux TIC par les institutions de soins.

Suivant les derniers chiffres disponibles, datant de 2004, les pourcentages des dépenses TIC en Europe, en fonction de la taille de l'hôpital exprimée en nombre de lits, sont les suivants.

Pourcentages des
dépenses TIC des hôpitaux en Europe
<250 lits 250-750 lits >750 lits Total
Allemagne 1,6% 2,0% 1,4% 1,8%
France 1,5% 1,4% 1,6% 1,5%
UK/Irlande 2,0% 1,7% 1,4% 1,7%
Italie 1,3% 0,9% 1,4% 1,1%
Espagne 1,1% 1,9% 0,9% 1,4%
Belgique 2,4% 2,2% 1,6% 2,1%
Pays Bas 3,2% 3,1% 3,8% 3,3%
Autriche 1,8% 2,6% 2,1% 2,2%
Suisse 1,8% 2,0% 2,4% 2,0%
Norvège 2,7% 2,6% 2,3% 2,6%
Suède 3,0% 4,0% 2,7% 3,3%
Danemark 3,0% 2,5% 2,1% 2,5%
Finlande 4,1% 2,1% 4,3% 3,5%
Europe / / / 1,8%

Les chiffres de 2005 du Finhosta constituent également une bonne indication. Il s'agit de la moyenne des coûts TIC / coûts totaux selon la taille de l'hôpital.

Moyenne des coûts ICT/coûts totaux (FINHOSTA)
Taille de l'hôpital Pourcentage des
dépenses TIC
0 - 200 1,74%
200 - 400 1,56%
400 - 600 1,57%
600 - 800 1,53%
800 - 1000 1,68%
>1000 1,74%
Moyenne générale 1,60%

En moyenne, le taux de dépenses TIC dans un hôpital se situe entre 1,6 et 2,1 %. Étant donné que ces chiffres datent d'avant le boom de l'eHealth et de la politique d'informatisation de nos institutions hospitalières, nous pouvons estimer que nous devrions nous situer aux alentours de 2 % .

Afin d'avoir une politique soutenue en termes d'informatisation, Agoria prône un pourcentage de dépenses TIC de 3 % (indépendamment des dépenses pour le gros électro médical).

En prélude au plan eHosp, une étude du SPF Santé publique en 2008 avait montré que 39 hôpitaux utilisaient encore du papier à 100 % et que plus de 50 % de nos hôpitaux disposaient de moins de 50 % des données sous forme numérisée

% Digitalized data in general hospitals (2008). Source: SPF santé

Données numérisées dans les hôpitaux (en %, 2008)

Un des objectifs majeurs d'eHosp est l'informatisation du dossier infirmier. Ce dernier devait répondre à différents critères comme l'identification du patient, l'anamnèse de l'infirmière, le programme de soins de l'infirmière, les notes d'observation structurées… mais également l'intégration d'un programme de formation ou encore d'un plan d'investissement. L'évaluation du plan eHosp a débouché sur les constats suivants:

  • l'implémentation légale des différents éléments du dossier infirmier a progressé mais reste incomplète;
  • l'informatisation peut induire une diminution temporaire de la performance globale (d'environ 7 %): 54 %-47 %;
  • l'informatisation du dossier infirmier est implémentée dans moins de la moitié des hôpitaux et stagne: 42 %;
  • la rédaction d'un plan d'investissement est en recul: 37 % (-6 %);
  • l'investissement dans le facteur humain reste très sous-estimé (seulement +5 %): 36 %;
  • 16 % des hôpitaux seulement ont acquis ou développé une solution logicielle entre 2008 et aujourd'hui;
  • 32 % des hôpitaux n'avaient pris aucune initiative en 2008, pour encore 27 % en 2010.

En conclusion générale pour le plan eHosp depuis 2008, on peut dire que:

  • l'impact est trop faible sur le secteur;
  • l'absence de plan stratégique est manifeste;
  • il y a une carence d'investissement dans le facteur humain.

Et dès lors, les besoins suivants ont été identifiés:

  • une vision plus globale et à plus long terme;
  • un positionnement plus stratégique des TIC au sein de l'hôpital;
  • une politique de stimulant plus globale et à plus long terme;
  • un cadre global d'évaluation et de standardisation.

Le SPF Santé publique conserve bien le financement annuel de 16,3 millions d'euros pour les institutions hospitalières, mais a décidé de renforcer les critères.

Les nouveautés du plan eHosp

Le plan stratégique TIC: une nécessité pour chaque hôpital

Ce plan stratégique est fondé sur 4 piliers:

  • un dossier électronique, centré sur le patient et indépendant des spécialités, accessible à chaque contact et intégré sémantiquement;
  • un hôpital "connecté" avec l'extérieur en permanence;
  • une simplification administrative maximale;
  • un rôle du département TIC en matière de gestion de projet, de sécurité, de contrôle de la qualité, de formation et de gestion du changement.

Afin d'aider et de soutenir les hôpitaux dans cet effort, les autorités publiques vont proposer les actions suivantes:

  • connaître précisément et surveiller la situation du secteur;
  • promouvoir de nouvelles fonctions-clés (par ex. conseiller en sécurité TIC, case manager, call center);
  • développer les services de base utiles aux hôpitaux (qui seront fournis par la plateforme eHealth);
  • adapter ou développer les sources authentiques qui contribuent à la sécurité, à la qualité et à l'interopérabilité des processus et des données;
  • développer et/ou diffuser un cadre de standardisation élargi;
  • documenter et diffuser largement les exemples de bonnes pratiques;
  • proposer une nouvelle politique d'incitant financier;
  • valider les approches innovantes via des appels à projets spécifiques.

Les autorités publiques mettront à la disposition des hôpitaux un instrument d'(auto)évaluation. Il leur permettra de mesurer eux-mêmes leur performance et de réaliser une analyse SWOT. Cet outil sera un instrument idéal pour soutenir la politique d'informatisation.

Les 7 nouveaux principes de base du plan

Le plan repose sur 7 principes:

  • focus sur le dossier patient dans ses différentes composantes, dans le cadre d'un plan stratégique quinquennal, une priorité étant accordée aux applications cliniques et à une politique de réduction des risques (sécurité);
  • accent sur les fonctionnalités et non sur les produits;
  • réduction de l'écart important entre les hôpitaux (objectif à 5 ans);
  • pas de financement d'architectures ou de services déjà mis à disposition (pas de double investissement);
  • encourager la mutualisation des moyens et l'application du principe de subsidiarité;
  • équilibre entre soutien à l'investissement et soutien à l'usage (investissement dans le facteur humain);
  • utilisation de critères aisément mesurables et évaluables.

Nouvelle politique d'incitants financiers

Le nouveau plan eHosp prévoit un soutien financier (enveloppe de 16,3 millions annuels) pour les hôpitaux, réparti selon 2 axes.

  • Axe forfaitaire.
    Pour l'hôpital disposant d'un plan stratégique pluriannuel réaliste qui vise à satisfaire, dans les 5 ans, à un certain nombre de critères minimaux et exécutant correctement ce plan. Les indicateurs sont les suivants:
    • existence d'un plan stratégique approuvé,
    • mise en œuvre d'une politique de sécurité TIC basée sur un standard reconnu,
    • identification unique du patient,
    • un Central Data Repository,
    • périphériques installés et interconnectés (laboratoire, radiologie, pharmacie, etc.),
    • intégration et utilisation des sources authentiques disponibles,
    • dossier patient minimal (avec des critères mis à jour sur base annuelle),
    • intégration au réseau (aux hubs et meta-hubs),
    • simplification administrative maximale,
    • plan approuvé pour la formation TIC du staff médical,
    • accès du patient et communication avec celui-ci,
    • respect des critères de bonne gestion TIC.
  • Axe projets.
    Pour l'hôpital qui collabore aux projets prioritaires définis suivants:
    • pilotes possibles: prescription électronique intra et extra-muros,
    • monitoring intégré de la sécurité,
    • traçabilité,
    • codification de l'information à usage clinique,
    • gestion des urgences,
    • programme d'hospitalisation à domicile,
    • projets innovants en matière de formation/gestion du changement,
    • mutualisation de services ou d'architectures entre hôpitaux.

De plus, afin d'assurer la connexion des hôpitaux aux hubs (réseau de santé wallon (Charleroi), Abrumet (Bruxelles), LISA (Louvain), Antwerps regionaal platform (Anvers), Regional hub Gent (Gand)) et meta-hub (eHealth Platform), un budget de 12.000 euros par hôpital sera libéré.

Cette nouvelle partie du plan est encore en discussion avec le CNEH (Conseil national des établissements hospitaliers) et devrait pouvoir être lancée en 2011 .

Pour en savoir plus

  • Be health Lien externe
    La plate-forme eHealth est avant tout une institution publique, instituée par la loi, qui vise à promouvoir et à soutenir l'échange électronique et sécurisé de données entre tous les acteurs des soins de santé tout en respectant la protection de la vie privée et le secret médical
    http://www.ehealth.fgov.be
  • Agoria Lien externe
    Agoria rassemble les entreprises de l'industrie technologique, dont les TIC, et représente les 275.000 personnes occupées dans ce secteur
    http://www.agoria.be
  • De meilleurs soins de santé grâce aux TIC
    Le 18 novembre 2008, TMAB organisait, en collaboration avec Agoria ICT eHealth Platform, la 5ème édition du congrès eHealth. Les innovations liées aux Technologies de l'Information et de la Communication dans le secteur médical étaient à l'ordre du jour
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,084
  • TIC et santé: quoi de neuf docteur?
    Le secteur médical est très demandeur en solutions TIC: fibres optiques pour le très haut débit, solutions sans fil pour l'accès universel aux données, stéthoscope électronique, ou encore une place de marché pour les services santé
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,074
Portail de la Région wallonne