Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

samedi 10 décembre 2016

Smartcities. Le numérique au service du lien social

Le concept de smartcities mis en place dans plusieurs métropoles mondiales est-il transférable aux villes moyennes? Quelles technologies numériques peuvent répondre aux défis citoyens dans nos cités? L'AWT fait le point sur les "villes intelligentes"
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 30/05/2012 | Imprimer | Envoyer

Le 24 avril 2012, à l'initiative de Technofutur TIC dans le cadre de la Semaine Numérique, l'Eurométropole Lille-Coutrai-Tournai organisait avec l'Ecampus une conférence-débat ayant pour thème "les Smart Cities au quotidien".  A cette occasion, les débats ont été précédés d'un vision politique délivrée successivement par Rudy Demotte, Ministre-Président de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles et actuel Président de l'Eurométropole, Pierre de Saintignon, Vice-Président de la Région Nord-Pas-de-Calais et Vice-Président de Lille Métropole Communauté Urbaine et un représentant de Stéphane De Clerck, Bourgmestre de Kortrijk et Vice-Président de l'Eurométropole.

L'objet de cette rencontre était d'entamer une réflexion transfrontalière sur les différents aspects liés à la ville intelligente au service des citoyens. Loin de se limiter aux seuls "objets connectés", comme, par exemple, les réseaux de capteurs installés dans une cité, cette conférence a davantage mis l'accent sur une approche globale des services urbains intelligents privilégiant le lien social et la participation citoyenne.

Quelle définition pour la ville intelligente?

Le concept de ville intelligente est un concept protéiforme qui a d'ailleurs différentes expressions selon les endroits où l'on se trouve sur la planète. Toutefois, ces différentes expériences ont toutes un dénominateur commun: une même volonté collective d'optimiser les ressources naturelles et de privilégier la participation citoyenne grâce à l'apport de la technologie. La ville intelligente de demain aura pour but d'être capable de répondre à des défis collectifs comme la gestion des flux de mobilité physique, de faire des citoyens des "alliés" des services publics ou encore de faciliter l'accès au plus grand nombre à la culture, au savoir dans cet espace de vie collectif qu'est la cité.

L'objectif poursuivi est donc de parvenir à recréer des conditions idéales du vivre ensemble avec l'aide de la technologie. Dans cette perspective, les technologies numériques ne doivent pas être appréhendées comme un élément de division mais bien comme un élément de réconciliation et de cohésion qui permette à chacun de trouver sa place au sein de la ville de demain.

Dès lors, les technologies et services numériques doivent répondre à cinq finalités essentielles qui constituent le futur socle de la ville intelligente du futur:

  • information (services à la population, transports, tourisme, culture, etc.),
  • consultation (démocratie participative, visualisations de projets urbains via des technologies de réalité augmentée, de maquettes immersives 3D, etc.),
  • implication (propositions collectives pour le futur, amélioration des services publics, etc.),
  • collaboration (citoyens "alliés" de l'administration, signalement d'incidents, co-conception de services via le crowdsourcing, la géolocalisation, les différents contextes d'usages, etc.)
  • adhésion (insertion digitale et indicateurs d'appropriation profonde par les citoyens).

Comme l'a rappelé dans son intervention Bruno Shroeder (Microsoft), trois composantes sont nécessaires pour atteindre ces objectifs:

  • des technologies disponibles et accessibles,
  • une participation citoyenne,
  • une vision de la ville. 

Collecter et analyser de grandes quantités de données pour bâtir de l'intelligence au service de tous

La maturité des technologies numériques et la disponibilité de celles-ci auprès des citoyens (connexions haut débit fixe et mobile, puissance de calcul des terminaux grâce aux Smartphones et tablettes, écosystèmes de développeurs d'applications informatiques, gisements de données publiques et privées, etc.), permettent, dès aujourd'hui, le lancement de nouveaux services urbains numériques.

La plupart des expériences menées actuellement en Europe et dans le monde vont dans ce sens. Ces différentes expériences pilotes visent d'abord à faciliter les interactions entre les environnements physiques des citoyens et l'environnement numérique. Dans cette perspective, la technologie joue ici un rôle de "médiateur". C'est notamment le cas lorsque les services déployés visent à collecter et à traiter des très grandes quantités d'informations car c'est le traitement informatique de celles-ci qui va précisément générer de l'intelligence au service de tous.

Comment, par exemple, disposer des données permettant d'optimiser la mobilité urbaine en fonction des heures de la journée? C'est le défi du projet "Living City" à Genève mené en collaboration entre la ville et l'opérateur mobile Swisscom. En suivant la localisation de 14 millions d'appels téléphoniques anonymisés, il a été possible de construire des graphes permettant de mieux comprendre les déplacements urbains quotidiens. Demain, ces modèles permettront peut-être d'adapter l'offre de services urbains notamment en matière de moyens collectifs de transport, des sens de circulation ou encore en ce qui concerne la programmation de la signalisation routière afin de fluidifier le trafic lors de pics de trafic.

La collecte de données peut aussi s'inscrire dans une perspective de services de crowdsourcing utilisant l'immense potentiel des citoyens devenus en quelque sorte acteurs de leur propre espace collectif de vie.

Des applications citoyennes pour la ville intelligente

Selon l'étude CityLife d'Ericssson Labs publiée en mai 2012 et analysant le comportement des urbains dans 13 grandes villes mondiales, 50% des citadins utilisent leur téléphone mobile quotidiennement pour se connecter à Internet. Par ailleurs, cette même étude fait apparaître que 40% des personnes vivant en ville disposent d'un Smartphone. Dès lors, il est envisageable de déployer des solutions de collecte automatisée de données faisant appel aux applications embarquées dans les smartphones des citoyens.  C'est par exemple le cas de l'application "Street Bump" qui sera testée durant l'été 2012 par la ville de Bristol au Royaume-Uni. L'application mobile va détecter automatiquement en roulant les irrégularités dans la chaussée et envoyer cette information géolocalisée grâce à la puce GPS du smartphone, afin de réaliser une cartographie en temps réel des trous dans les routes.

D'autres applications mobiles faisant appel à la participation citoyenne sont déjà en service dans d'autres domaines de la vie urbaine comme le signalement de dégradations ou d'incivilités. Ces applications sont disponibles directement via un service de la ville mais sont conçues avec l'aide des communautés locales de développeurs afin de proposer une nouvelle génération de services publics sur un mode innovant et de rupture. C'est ainsi que la ville de Boston a notamment conçu un nouveau département dédié à la ville intelligente et baptisé "The Office of New Urban Mechanics". A Boston, depuis le lancement des premières applications mobiles permettant de signaler ces dysfonctionnements urbains en octobre 2009, plus de 30 000 personnes ont déjà utilisé ces services.

Enfin, les mécanismes de gamification sont également mis à contribution pour doper la participation citoyenne afin de contruire ce lien social de la ville intelligente de demain. Là encore, la technologie et la façon dont celle-ci est mise en œuvre jouent un rôle de médiateur. C'est notamment le cas du serious game Community PlanIT à Boston et à Détroit aux Etats-Unis. Du 15 septembre au 20 octobre 2011, des écoles de Boston se sont inscrites dans cette initiative de gamification en impliquant les parents, les étudiants, les enseignants afin de mesurer la qualité du fonctionnement et des programmes pédagogiques de l'école. 450 personnes se sont inscrites et plus de 4600 commentaires ont ainsi été recueillis. Le jeu s'est clôturé par une rencontre interactive rassemblant 65 joueurs où les résultats ont été traduits en indicateurs et en recommandations.

La participation citoyenne au travers des nouveaux services numériques urbains s'exprime également dans le domaine de la démocratie participative. C'est ainsi que la ville de Bordeaux et la Communauté urbaine ont lancé, depuis 2010, plusieurs initiatives en ce sens. L'objectif consistait à rapprocher les points de vue des différentes parties aux projets de services numériques urbains en n'imposant pas une vue technologique de la part des grands offreurs traditionnels ou des offreurs publics mais simplement en confrontant cette vision avec la vision citoyenne pour que les citoyens s'emparent véritablement de cette technologie.

Ces "détournements positifs" ont notamment permis l'explosion d'une créativité partagée donnant naissance à de nouveaux réservoirs culturels alimentés par les citoyens eux-mêmes via des moyens technologiques ou encore à des services de Flash Vote, via téléphone mobile, pour les jeunes, par exemple. Dans le même temps, toute une série de services mobiles sans contact impliquant le déploiement massif de Codes-Barre 2D et de tags NFC (Near Field Communication) ont été mis en place dans l'espace public afin de faciliter l'information et les interactions avec les citoyens.

Pour en savoir plus

  • Community PlanIt Lien externe
    Play the game. Plan the future. Community PlanIt is an online engagement game that gives everyone the power to help shape their community's future
    http://communityplanit.org
  • New Urban Mechanics Lien externe
    New Urban Mechanics is an approach to civic innovation focused on delivering transformative City services to Boston's residents
    http://www.newurbanmechanics.org
  • Ville vivante Lien externe
    la Ville de Genève a pris le pari audacieux de visualiser les empreintes numériques laissées par nos téléphones portables. Cette installation a pour but de sensibiliser et de questionner les gens sur une nouvelle manière de lire les flux d'une population connectée au quotidien
    http://villevivante.ch
  • Centre d'innovation des technologies sans sontact (CITC) EuraRFID Lien externe
    Le CITC EuraRFID favorise la compréhension des technologies innovantes en matière du sans contact et de l'Internet des Objets (IOT)
    http://www.citc-eurarfid.com
  • Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai Lien externe
    Structure de concertation, l'Eurométropole rassemble 14 institutions décidées à travailler ensemble afin de soutenir et de promouvoir la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale
    http://fr.eurometropolis.eu
  • Eurometropolitan e-Campus Lien externe
    L'Eurometropolitan e-Campus regroupe toutes les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que les hautes écoles de la Province du Hainaut et le FOREM. L'e-Campus vise à couvrir la palette la plus large possible des métiers de l'internet
    http://ee-campus.be
Portail de la Région wallonne