Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

vendredi 30 septembre 2016

G.Fast et FTTdp. Accélérateur ou retardateur du très haut débit?

En juillet 2013, Alcatel-Lucent et Telekom Austria ont terminé le premier essai du G.Fast, technologie capable d'augmenter les débits sur les câbles en cuivre sur des distances de plus en plus rapprochées des habitations (de 20 à 200 mètres). Nouvelle étape vers le THD pour tous? L'AWT fait le point
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 22/10/2013 | Imprimer | Envoyer

Dans les jours qui ont suivi la fin des essais, l'ITU (International Telecommunication Union) a déjà pris des décisions pour standardiser cette technologie à l'horizon de mars 2014. Le G.Fast pourrait constituer un moyen d'économie en temps et en ressources pour valider les objectifs politiques du Digital Agenda 2020. Pour la plupart des opérateurs télécoms européens, l'enjeu est de réduire les coûts de déploiement du THD. Cela passe nécessairement par une diminution du coût de raccordement par abonné et d'un raccourcissement des délais d'adoption par les clients.

G.Fast

Actuellement, avec les technologies utilisées dans la boucle locale, c'est-à-dire le dernier lien entre l'utilisateur et le backbone des opérateurs, on parle en centaines de mètres. Par exemple, le VDSL est accessible jusquà des distances d'environ un kilomètre.

Avec la technologie G.Fast on ne parle plus de "dernier kilomètre" ou de "last mile". Si l'on peut atteindre des débits de 1 Gbps à 70 mètres, ce débit retombre à 800 Mbps à 100 mètres (voire même 500 Mbps sur des câbles en cuivre non blindés). De plus, ces débits s'entendent pour un utilisateur unique. En rajoutant des utilisateurs au voisinage, c'est-à-dire le "crosstalk", on ne peut compter que sur 200 Mbps à 100 mètres.

Le G.Fast doit donc être considéré d'abord comme une technologie complémentaire à la fibre. Elle devrait permettre d'accélérer le déploiement du THD avec des solutions similaires au FTTH, tout en utilisant l'accès sur le cuivre pour les derniers 20 à 200 mètres.

G.fast with vectoring eliminates crosstalk to keep speeds high

Sur l'illustration ci-dessus, la ligne bleue montre les paramètres de G.Fast pour le cas d'un seul utilisateur. Pour plusieurs utilisateurs, les paramètres sont représentés par la ligne rouge.

FTTdp

Le FTTdp (Fiber to the Distribution Point) est une solution hybride pour les réseaux THD. Elle permet d'arriver avec la fibre optique jusque dans un point technique (Distribution Point) proche du logement de l'abonné et d'utiliser, à partir de ce point, les câbles en cuivre existants pour atteindre le client final sur une distance de 20 à 200m.

Cette architecture hybride a l'avantage:

  • de minimiser les coûts de déploiement (Swisscom déclare pouvoir réduire ces coûts d'un facteur 5);
  • d'assurer l'alimentation électrique des convertisseurs optoélectroniques via l'équipement du client avec la technique de "reverse powering" (donc, l'alimentation électrique du Distribution Point n'est pas nécessaire);
  • de permettre au client d'installer les équipements lui-même (comme pour une connexion xDSL).

Access to the home through existing wiring with the same level of requirement as FTTH

Les enjeux de FTTdp/G.Fast sont légaux, économiques et techniques. Ils permettront notamment d'utiliser la paire torsadée téléphonique et le câble coaxial des câblo-opérateurs.

L'impact sur la réglementation

Ce nouveau standard aura des impacts sur le dégroupage de la boucle locale et il sera impératif de bien définir:

  • comment dégrouper cette infrastructure?
  • qui va gérer les DP (Distribution Points)?
  • quid sur les interférences avec les autres services fournis, telles les chaînes TV numériques?
  • quid sur l'accès symétrique, tellement important pour les services de type "cloud"?

En Europe, certains opérateurs, équipementiers et régulateurs comme l'ARCEP ont déjà entamé des travaux pour étudier cette innovation afin de mieux l'intégrer.

L'avenir nous dira si le couple G.Fast/FTTdp sera bien un accélérateur ou un retardateur du déploiement FTTH.

Pour en savoir plus

Portail de la Région wallonne