Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

dimanche 4 décembre 2016

Un réseau communal en fibre optique à Bassenge

L'accès aux réseaux de télécommunications à très haut débit est aujourd'hui un enjeu majeur. La commune de Bassenge l'a bien compris et a mis en route son réseau LAN en fibres optiques depuis mai 2010
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 06/12/2010 | Imprimer | Envoyer

Le besoin en réseaux à très haut débit concerne aujourd'hui tous les acteurs publics et privés d'une région. L'AWT a d'ailleurs largement relayé les opportunités de croissance offertes par le très haut débit.

Grâce notamment à son infrastructure en fibres optiques, la couverture en très haut débit de la Wallonie est bonne, par exemple au niveau des parcs d'activité économique, des universités ou de plusieurs administrations de la Région wallonne. Toutefois, certaines zones manquent encore d'une couverture suffisante. C'est notamment le cas de la commune de Bassenge, en province de Liège. Cette problématique n'est pas unique. Beaucoup de communes sont confrontées avec le besoin de connectivité entre les bâtiments communaux et la gestion du parc informatique. La solution imaginée par Bassenge, en collaboration avec l'AWT, est donc d'autant plus intéressante qu'elle peut servir de modèle pour d'autres initiatives.

Quels étaient les besoins de la commune?

La réalisation de ce réseau à très haut débit part d'un besoin concret et urgent: connecter entre eux les 4 bâtiments communaux. Ces bâtiments sont situés à quelques kilomètres l'un de l'autre, la distance maximale dépassant 7 kilomètres.

Une telle connexion présente de nombreux avantages:

  • la centralisation de l'informatique communale,
  • la maintenance plus facile par un accès à distance;
  • l'usage d'une seule connexion à PubliLink par la commune et le CPAS;
  • l'usage d'une seule connexion à Internet;
  • la sécurité informatique renforcée et uniformisée;
  • la mise en place aisée de nouvelles applications et la connexion d'autres bâtiments:
    • le passage des communications vocales fixes, entre les bâtiments communaux, sur ce réseau;
    • la mise en place éventuelle des caméras de surveillance;
    • l'intégration d'autres bâtiments communaux sur ce réseau (s'ils se trouvent sur le trajet de la fibre optique);
    • etc.

La solution

La démarche de la commune a été de lancer un appel d'offres pour réaliser la connexion des 4 sites isolés, car aucun opérateur présent à Bassenge ne pouvait réaliser cette connexion avec les débits nécessaires. Dans cette optique, l'AWT a notamment proposé de rédiger la partie technique d'un cahier des charges afin de permettre à tout opérateur de proposer une meilleure solution technique adaptée aux conditions géographiques de la commune.

Les solutions techniques proposées par les opérateurs étaient très différentes en termes de budgets et de solutions techniques:

  • une solution coûteuse basée sur des fibres optiques placées dans des tranchées qui devraient connecter les 4 sites au réseau d'un opérateur (les travaux de génie civil représentent 80-90% des coûts d'une infrastructure);
  • une solution basée sur des services de connexion, via le réseau d'un opérateur, payés mensuellement;
  • une solution basée sur la pose des fibres optiques en aérien, solution très peu onéreuse est très rapide en temps de déploiement (4 à 6 semaines pour déployer plus de 7 kilomètres de fibres optiques pour un prix avoisinant 10 euros le mètre).

La solution choisie correspond à la meilleure adéquation entre exigences techniques et impératifs budgétaires: des fibres posées en mode aérien, ce qui n'engendre pas de forfaits mensuels par la suite. Les bâtiments interconnectés disposent d'un débit pratiquement illimité, car ils sont reliés en fibre optique noire. Le débit actuel de la connexion entre les bâtiments est d'1 Gbps et il pourrait être doublé ou triplé en fonction des besoins futurs sans frais ni travaux supplémentaires.

Le marché concerne la connexion de 4 bâtiments:

  • l'administration communale;
  • le CPAS;
  • le service des travaux;
  • la maison communale de Roclenge.

Sur le trajet de la fibre se trouvent deux autres bâtiments communaux, dont la bibliothèque et le Centre culturel, qui ont été connectés d'office à ce réseau communal sans supplément budgétaire. D'autres bâtiments, dont celui de la police par exemple, pourront à tout moment être connectés facilement à ce réseau communal ou à un réseau virtuel séparé.

Conclusions et recommandations

Un LAN à très haut débit est une facilité extraordinaire pour la gestion de l'informatique d'une commune. Le pas suivant pour la commune de Bassenge sera la suppression des centraux téléphoniques classiques dans les bâtiments communaux et le passage de toutes les communications vocales internes sur ce nouveau réseau LAN, tout en gardant une sortie centralisée de ces communications vers et depuis l'extérieur.

Une commune qui souhaite connecter entre eux les bâtiments communaux doit prendre en compte les critères suivants:

  • la situation géographique de la commune;
  • la proximité des autoroutes, car l'infrastructure wallonne de fibres optiques, gérée par la SOFICO, se trouve le long des autoroutes;
  • la proximité des routes nationales,
  • la proximité du chemin de fer (B-Telecom valorise les fibres optiques déployées le long des voies ferrées);
  • la présence éventuelle des poteaux électriques (on peut y suspendre la fibre optique, moyennant un accord avec l'ALE);
  • les maisons mitoyennes, en milieu très urbanisé par exemple, car on peut accrocher la fibre optique sur les façades;
  • etc.

Il y a plusieurs solutions pour réaliser une infrastructure THD en fibres optiques et interconnecter des bâtiments entre eux:

  • la solution de pose de la fibre optique dans une tranchée est une solution coûteuse et plus lente à réaliser à cause des travaux de génie civil. Mais la commune peut toujours décider de placer des gaines techniques en attente dans les tranchées réalisées à l'occasion d'autres travaux prévus sur la voirie, afin de les utiliser dans le futur;
  • la solution de pose de la fibre optique en aérien est la solution la moins chère et la plus rapide à déployer:
    • sur des poteaux électriques,
    • sur les façades des immeubles;
  • les solutions mixtes qui permettent de réduire les coûts et les budgets;
  • les partenariats avec les opérateurs afin de mutualiser une infrastructure et de partager les coûts;
  • les connexions point à point laser sans fil s'il y a une bonne visibilité entre deux bâtiments (même si il ne s'agit pas d'une solution "fibres optiques", elle permet d'atteindre facilement de très hauts débits).

Pour en savoir plus

  • Le très haut débit et les nouveaux horizons de la vie digitale
    Réseaux FTTH, services innovants et politique volontariste: telles sont les 3 clés identifiées lors de l'édition 2010 du FTTH Council Europe pour permettre à nos pays et régions de saisir les opportunités de l'économie digitale. Décryptage avec l'AWT
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,109
  • Le très-haut débit comme moteur d'une relance numérique
    A l'heure où nos sociétés vont devoir affronter des mutations structurelles majeures au cours des prochaines années, comment le très haut débit peut-il contribuer à faciliter ces transformations?
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,099
  • Le très haut débit pour les communes
    Le 6 mai 2008, l'AWT a participé au "Forum informatique" organisé par l'Union des Villes et Communes de Wallonie afin de promouvoir le développement numérique du territoire grâce aux infrastructures THD
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,077
  • La téléphonie sur IP
    Cette fiche présente dans le détail la téléphonie traditionnelle, fixe ou mobile, et son intégration dans le monde des télécommunications informatiques, c'est-à-dire la téléphonie sur IP
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,fic,150,001

Portail de la Région wallonne