Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

lundi 26 septembre 2016

Le très haut débit, même à Orval !

Une connexion de qualité à Internet est critique pour toute activité économique. Pourtant, Orval est encore une "zone blanche" pour le haut débit. Mais, grâce à la persévérance des acteurs locaux, la situation devrait changer. L'AWT fait le point
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 16/07/2012 | Imprimer | Envoyer

A Orval, il n'y a pas que la production de bières qui soit à l'étroit

Orval est connue pour son abbaye cistercienne du XIIe siècle, mais aussi pour sa brasserie et sa fromagerie gérées par le monastère. Avec près de 90.000 touristes visitant les ruines de l'abbaye et le musée de la bière, la production de 67.000 hectolitres de bière et 220 tonnes de fromage, une activité économique significative est concentrée sur ce site attractif, mais isolé de la commune de Florenville, située à deux pas de la frontière française. Près de 35 personnes travaillent uniquement pour la brasserie. Au total plus de 60 postes informatiques sont gérés par Laurent Romain, IT Manager pour l'ensemble du site.

La bière d'Orval est une des 6 bières qui peut porter en Belgique le qualificatif de bière trappiste. Elle rencontre un grand succès de consommation, en particulier sur le marché néerlandophone. Malgré une augmentation de 50% ces dernières années, la production ne parvient pas à suivre la demande. Elle est en effet limitée à la capacité de l'unité d'embouteillage, mais surtout à l'espace de stockage considérable nécessaire au processus de fermentation spécifique de cette bière: 2 à 3 mois de repos après embouteillage.

Plus de 200 euros par mois pour seulement 1MB/s

Les contraintes ne sont toutefois pas limitées à la production. En effet, l'accès à Internet est également insuffisant. Ainsi, il n'a été possible de connecter à Internet les 60 personnes sur place qu'avec une ligne ADSL. Même en souscrivant un abonnement "premium" à 220 euros par mois, le débit de cette ligne est plafonné à 1 MB/s en download et à 512 Kbit/s en upload. En effet, Belgacom n'ayant pas encore modernisé son réseau dans les différentes entités de cette commune, l'Abbaye doit se connecter à un central téléphonique distant de 9 kilomètres.

Cette ligne ADSL a été mise en service il y a une dizaine d'années. A l'époque, une amélioration nette du débit était observée par rapport à la connexion précédente (modem 56K). Pour un réseau informatique d'une dizaine de postes de travail et un usage essentiellement limité à l'e-mail sans de gros fichiers attachés, la vitesse de connexion pouvait alors suffire.

Disposer d'un débit suffisant est devenu critique

L'AWT l'a souligné à de nombreuses reprises, notamment dans le Master Plan TIC, l'avenir des régions passe désormais par l'aménagement numérique de leur territoire et donc par un accès à Internet à haut débit pour tous. C'est à cette réalité que l'activité de l'abbaye d'Orval est elle aussi confrontée. Ses besoins en connectivité ont largement évolué:

  • connexion à des services de web-banking et à Isabel;
  • commandes auprès des fournisseurs de plus en plus fréquemment en ligne;
  • serveur Exchange sur le site, avec un volume d'e-mails important (plusieurs milliers par jour, notamment des commandes en provenance de grossistes) et des agendas partagés synchronisés sur smartphones;
  • déclarations administratives (TVA et accises) en ligne;
  • développement du télétravail;
  • supervision à distance du réseau informatique par le responsable réseau et le prestataire TIC externe situé à Liège (Computerland);
  • télémaintenance de certains automates de production (à partir des sièges des fabricants, en Belgique et en Allemagne);
  • externalisation du backup informatique.

Pour ce dernier usage, malgré une programmation des opérations pour des transferts en dehors des heures de bureau, l'accroissement des volumes de stockage est tel qu'il était devenu impossible d'effectuer un backup complet en une nuit. Même la consultation simple d'Internet devenait problématique: une cinquantaine de personnes devaient se partager cette même connexion de 1Mbytes/s. Le téléchargement de documents, tels que des fichiers .pdf, prenaient de nombreuses minutes.

Une liaison avec un débit aussi réduit est apparue comme un handicap pour le développement de l'activité du principal pôle économique de la Commune. Les annonces promotionnelles de débits de 100 MB laissaient rêveurs les gestionnaires des installations d'Orval et donnaient l’impression d'être "cloîtré" dans la préhistoire des TIC, alors que l’abbaye, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, est loin d’être fermée au monde extérieur.

Les alternatives à l'ADSL

C'est pourquoi Laurent Romain s'est informé dès 2010 au sujet des alternatives à l'ADSL. La première idée se porta bien entendu une connexion via la fibre optique. Mais l'offre reçue de Belgacom était intenable: frais d'installation de 76.000 euros et coût d'utilisation 9 fois supérieur à l'ADSL pour un débit juste 10 fois supérieur. Même déception pour l'offre de VOO, avec un coût d'installation 2 fois moins élevé, mais toujours trop élevé. Dans les 2 cas, les opérateurs souhaitaient répercuter l'entièreté du prix de la tranchée de pose de la fibre (7 kilomètres dans le cas de Belgacom).

D'autres solutions ont ainsi été examinées:

  • une connexion satellite: faisable, mais la redevance mensuelle aurait été trop élevée pour le débit demandé;
  • une connexion par un faisceau hertzien: impossible techniquement car Orval se situe dans un creux de vallée;
  • une connexion via lignes louées: Belgacom était prêt à fournir exceptionnellement cette solution qui n'est plus commercialisée en Belgique. Mais les débits auraient été de toute façon limités à 2 fois 1MB/s pour un prix 2,5 fois plus élevé.

D'autres opérateurs de télécommunications ont également été consultés, mais aucun n'a été prêt à investir en déployant son réseau en fibres optique jusqu'à Orval. Tous s'étaient contentés de se référer aux débits maximums annoncés par l'opérateur historique.

Operateur alternatif

Finalement, la seule solution satisfaisante a été trouvée auprès de l'opérateur Destiny. Spécialisé dans le service haut débit pour les entreprises, Destiny a proposé une solution SHDSL. En sélectionnant les 5 meilleures paires téléphoniques sur la douzaine disponibles, il a été possible de proposer un débit total de 4MB pour un demi-millier d'euros par mois. Certes, le prix peut paraître élevé pour un débit comparable à une ligne ADSL de base, mais le débit proposé est symétrique (même qualité pour l'upload et le download, contrairement à l'ASDL).

Orval a dès lors opté pour cette solution originale qui permet de tirer le maximum des paires de cuivre existantes.

Bientôt 100MB par la fibre optique

Mi-2012, après 2 ans d'utilisation, Laurent Romain juge l'expérience très concluante. Très peu de problèmes de coupure ont été rencontrés. La consultation d'Internet est redevenue acceptable et les backups informatiques sont maintenant complets.

Les besoins en débit continuent toutefois à croître, parallèlement à l'augmentation de la performance du réseau informatique interne. Toutes les installations du site de plusieurs hectares sont desservies par un backbone privé en fibres optiques à 1GB. Un cloud privé a été constitué, avec plus d'une douzaine de serveurs virtuels et une installation informatique complètement dédoublée. Par rapport à ce débit interne à 1GB, la connexion extérieure à 4MB paraît être un goulot d'étranglement.

La réflexion d'une connexion Internet en fibre optique est ainsi revenue à l'ordre du jour, d'autant plus que Belgacom propose désormais une offre nettement plus avantageuse. Le réexamen de la topologie de son réseau a permis de réduire drastiquement la longueur de la tranchée propre au site d'Orval (moins de 500 mètres). De plus, un accord a pu être conclu pour mutualiser les coûts d'installation avec d'autres clients professionnels aux alentours. Cette modernisation du réseau offre en outre la possibilité de proposer Belgacom TV aux habitants de Villers-devant-Orval.

Le coût de location d'une telle liaison reste élevé, dépassant largement le millier d'euros par mois. Mais, dans la perspective de permettre à l'ensemble des utilisateurs de bénéficier d'un confort correct de consultation (débit de 100 MB), Orval a finalement franchi le pas et espère que cette liaison sera opérationnelle pour l'automne 2012. De plus, la perspective de l'ouverture à la concurrence des infrastructures fibres optiques FTTx donne l'espoir à terme de bénéficier de tarifs de connexion plus compétitifs.

Ainsi le débit de connexion ne devrait plus être un frein au développement d'Orval. La pertinence d'un site de vente en ligne pourrait par exemple être réexaminée. Encore faut-il parvenir à être en mesure d'augmenter la production, sans quoi il n'est pas pensable de développer les exportations, plafonnées actuellement à 15% des ventes.

Dans l'immédiat, ce sont plutôt les canaux de distribution en BtoB qui restent privilégiés. Ainsi une application sur tablette va être réalisée pour aider les commerciaux à démarcher les ambassadeurs de la marque "Orval". Il est également envisagé de proposer une application sur smartphone exploitant les outils de géolocalisation pour permettre au grand public de repérer le lieu le plus proche où il peut déguster "un" Orval.

Pour en savoir plus

  • Orval Lien externe
    Brasserie et abbaye Notre-Dame d'Orval
    http://www.orval.be
  • Destiny Lien externe
    Opérateur en télécommunication, spécialisé dans les solutions BtoB et les réseaux de donnés privés
    http://www.destiny.be
  • Le très haut débit et les nouveaux horizons de la vie digitale
    Réseaux FTTH, services innovants et politique volontariste: telles sont les 3 clés identifiées lors de l'édition 2010 du FTTH Council Europe pour permettre à nos pays et régions de saisir les opportunités de l'économie digitale. Décryptage avec l'AWT
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,109
  • Le très-haut débit comme moteur d'une relance numérique
    A l'heure où nos sociétés vont devoir affronter des mutations structurelles majeures au cours des prochaines années, comment le très haut débit peut-il contribuer à faciliter ces transformations?
    http://www.awt.be/web/res/index.aspx?page=res,fr,foc,100,099
  • Club PME 2.0 de l'AWT. Le réseau des acteurs wallons de l'e-business
    Le Club PME 2.0 est un service lancé par l'AWT. Il s'agit d'un réseau informel d'entreprises et indépendants utilisateurs des TIC dont l'objectif est de faciliter la diffusion de bonnes pratiques de terrain et l'échange d'expériences
    http://www.awt.be/web/ebu/index.aspx?page=ebu,fr,pm2,000,000
  • Equipement TIC 2012 des entreprises wallonnes
    83% des entreprises wallonnes sont connectées à Internet. 64% des PME/GE disposent d'un site web. De plus en plus d'entreprises sont conscientes de l'importance de leur notoriété en ligne, puisque 50% des entreprises dotées d'un site Web ont évalué la qualité de leur référencement
    http://www.awt.be/web/dem/index.aspx?page=dem,fr,b12,ent,010
Portail de la Région wallonne