Agence Wallonne des Télécommunications, la plateforme ICT de la Wallonie

vendredi 29 août 2014

Points positifs, compétences spécifiques et points à améliorer

L'étude de l'AWT a mis en évidence un certain nombre de points positifs et de compétences au niveau de la sécurité informatique dans les communes de l'échantillon. Des points plus négatifs ont également été constatés
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 24/01/2005 | Imprimer | Envoyer

Les points positifs et très positifs rencontrés dans les communes

Au cours de cette analyse dans les 14 communes, l'AWT a relevé un certain nombre d'initiatives et de réalisations particulièrement intéressantes. On relèvera notamment:

  • le réseau LAN de la commune de Morlanwelz composé de 17 kilomètres de fibre optique et réalisé avec des subsides de la Région wallonne. Cette fibre optique est utilisée pour relier entre eux l'ensemble des 22 bâtiments de l'administration communale (y compris les écoles) afin d'organiser un intranet communal composé de plusieurs VLAN (réseau IP basé sur des switches en Gigabit Ethernet),
  • le réseau communal de Chaudfontaine, composé de fibres optiques appartenant à la commune et de fibres optiques louées à l'ALE TeledisNet,
  • le réseau communal de Namur,composé de fibres optiques louées,
  • l'adoption de la téléphonie IP à Marche-en-Famenne, à Morlanwelz, à Thuin, réalisée en partie ou entièrement avec des subsides de la Région wallonne,
  • le projet SMS Citoyens de la commune de Ciney. Ce système d'information permet aux habitants de la commune:
    • dans un premier temps, de recevoir des informations utiles par SMS en envoyant une requête par SMS au numéro 3004 (avec inscription préalable au service):
      • les coordonnées des médecins de garde,
      • les coordonnées des pharmacies de garde,
      • les coordonnées des services de l'administration communale,
      • les horaires de l'administration communale (population, espace citoyens, ateliers communaux, piscine, pointage, etc.),
    • dans un deuxième temps, ce service pourra être complété:
      • par une meilleure gestion des ressources ouvrières, des enseignants, etc.,
      • par des informations liées à des évènements spécifiques: arrivée des élèves en classe verte, absence d'un professeur dans une école, etc.
    Pour le succès d'un tel projet, il faudra assurer une mise à jour régulière des informations utiles;
  • l'adoption de la téléphonie IP prévue sous peu à Chaudfontaine et à Namur,
  • la gestion centralisée des utilisateurs basée sur LDAP à Marche-en-Famenne,
  • la prise de conscience du fait qu'un gros problème sécurité engendrerait de sérieux soucis à l'administration communale (d'où la réflexion et la mise en place de solutions de protection),
  • la mise en place des VPN pour accéder aux ressources internes et surtout pour la maintenance technique,
  • la mise en place des VLAN afin de mieux séparer le trafic,
  • la maîtrise de certains concepts, produits, systèmes ou logiciels (souvent d'un haut niveau d'expertise),
  • le souhait de partager les compétences avec d'autres communes et de participer à des groupes de travailsous une coordination de la Région wallonne,
  • le choix d'une commune de faire appel à une société externe afin d'établir un cahier de charges et de choisir la meilleure offre en vue d'informatiser l'infrastructure de connexion entre les bâtiments de l'administration communale et de mettre en place un réseau LAN. Les résultats sont impressionnants pour une commune de petite taille: connexions en fibre optique et Gigabit Ethernet, éléments actifs (switches) performants, etc. La commune a par ailleurs demandé des conseils à la Région wallonne pour choisir cette société externe,
  • le choix d'une commune pour un environnement informatique complet en open source, tant pour les serveurs que pour les stations de travail.

Compétences spécifiques identifiées dans l'échantillon de 14 communes

Cahiers des charges intéressants:

  • cahier des charges concernant la mise en place d'un réseau LAN communal avec une connexion fibre optique reliant les bâtiments et des switches performants.
  • cahier des charges pour la téléphonie IP.

Projets intéressants:

  • projet de workflow en XML pour la gestion des tâches communales journalières,
  • projet SMS de la commune de Ciney s'il s'avère être un succès,
  • politique de sécurité : charte informatique de la Ville de Marche-en-Famenne,
  • mise en place de la téléphonie IP Cisco (il serait intéressant de diffuser cette expérience et de montrer les points positifs et négatifs : bénéfices, réduction de coût, etc.),
  • projet de déploiement des fibres optiques sur les poteaux électriques d'Electrabel.

Les points à améliorer

L'AWT a constaté un manque général d'informations sur les sujets suivants:

  • le FCCU (Federal Computer Crime Unit). Cet organisme est pratiquement inconnu. En cas de problème, on tente de trouver une solution sans avoir le réflexe de faire appel à des experts techniques et juridiques,
  • l'identification de sociétés fiables et compétentes en sécurité informatique ou en équipement informatique en Région wallonne,
  • les offres de formation sur les problématiques informatiques.

A côté de ce manque d'information, il faut également souligner un manque de compétences et de ressources internes dans les administrations communales de petite ou de moyenne taille. Les conseils et les compétences techniques neutres de la Région wallonne doivent jouer un rôle fondamental à ce niveau.

Le manque de compétences dans la compréhension des risques liés à la sécurité informatique crée parfois un faux sentiment de sécurité. D'une manière générale, les systèmes se trouvant sous la responsabilité complète ou partielle d'un fournisseur de service demeurent peu connus et peu ou pas du tout maîtrisables par le personnel de la commune. La commune n'a pas les compétences pour évaluer la situation et les faits décrits par les fournisseurs.

On trouve parfois des ressources partagées (imprimantes, photocopieuses ou fax) placées dans la salle informatique des serveurs à laquelle tous les agents de la commune ont donc accès! Une banque placerait-elle l'imprimante dans la salle des coffres?

Dans certaines administrations une partie du personnel technique est sous contrat de travail précaire (ADL, plan Rosetta, etc.). Malgré la qualité du travail fourni ils n'ont pas toujours la possibilité d'avoir un engagement permanent afin d'assurer la continuité de leur travail.

Portail de la Région wallonne